septembre 27, 2022

A Day to Remember – You’re Welcome

Avis :

Parmi les sous-genres que le rock/punk/métal peut avoir, on trouve un truc un peu bizarre, le easycore. Sorte d’enfant bâtard entre punk hardcore, métalcore et pop-punk dégueulasse, le easycore va se caractériser par des mélodies douces avec quelques fulgurances hurlées. Rien de bien mirobolant sur le papier, mais certains groupes ont tiré leur épingle du jeu, comme New Found Glory que l’on peut considérer comme le fondateur du genre. Par la suite, de petits groupes se sont immiscés dans la brèche, tentant de prendre sa part du gâteau. Parmi eux, A Day to Remember, groupe américain fondé en 2003 et dont le line-up est stable depuis 2009. Alors qu’en 2016 sortait Bad Vibrations et que c’était plutôt une bonne surprise, on attendait avec plus ou moins d’impatience leur nouvel effort. Et dire que You’re Welcome est une déception est un mot trop faible.

L’album s’ouvre avec Brick Wall et on peut dire que l’on a ce que l’on est venu chercher. C’est-à-dire un titre nerveux, puissant, qui contient un refrain catchy et surtout, des riffs très lourds, digne d’un métalcore puissant. Cette ouverture promet de belles choses pour la suite et on a la sensation que le groupe a bien envie d’en découdre. Cependant, on va très vite déchanter. Dès le deuxième morceau, le groupe freine, et propose un titre pop rock des plus lisses possibles. Mindreader est d’une simplicité crasse, le break est dégueulasse et on sent que cela est formaté pour passer sur les radios amerloques. C’est hyper faible et surtout, il n’y a plus rien de Core dans le son. Fort heureusement, cela est un peu sauvé par un refrain entêtant et un chanteur qui possède un bel organe. Quand il n’utilise pas d’auto-tune, mais on y revient plus tard.

Cette déception va continuer durant une bonne partie de la galette. Bloodsucker va tenter des trucs maison se rapproche clairement d’un Imagine Dragons plutôt que d’un truc qui pique un peu les tympans. Inoffensif comme ce n’est pas possible, le morceau tente de faire un refrain qui tape, mais sans riffs, avec une approche presque électro/dub et ça ne donne rien de probant. Survient alors un sursaut du tréfonds des abysses du groupe qui délivre avec Last Chance to Dance (Bad Friend) un très bon titre. Surpuissant, quasiment tout en chant crié, on retrouve la verve des premiers albums. Bon, dès que le refrain arrive, on retombe dans une vieille facilité légèrement pop/métalcore, mais on va bien se contenter de cela, puisque sur tout le reste de l’album, il n’y a rien d’autre. Preuve en est faite avec F.Y.M., un titre post-punk ignoble contre l’argent.

Parce que oui, on frôle l’indécence sur les thématiques. Le groupe balance des fuck you money et tente vainement de poser quelques messages rebelles, mais avec des mélodies douces et sans incidence. Bref, un titre qui est une belle purge. Tout comme High Diving, morceau transparent et qui contient de l’auto-tune pour faire plus « jeune ». Nous, on a plus envie de crier « au secours »… Bref, A Day to Remember sombre littéralement dans une pop édulcorée qui trompe lamentablement son auditeur, s’attendant à un truc plus puissant. Alors on se contentera des miettes, comme Resentment, qui a le mérite de poser des riffs bien lourds, aidés par une sonorité électro qui, malheureusement, adoucit le tout. Les couplets en chant clair sont d’une tristesse rare et on se retrouve encore avec des bidouillages pour moduler la voix.

Et malgré ça, on se dit que c’est pas trop mal. C’est dire le niveau de l’album. Alors il est certain que ça marchera auprès d’un public jeune qui veut danser sur un truc un peu « rude », mais ça ne marche pas vraiment. Allez, pour rester sur Resentment, le court pont, avec son gros breakdown, fait tout de même plaisir et montre tout le potentiel du groupe. Mais non, A Day to Remember restera sur des mélodies faciles et faibles, à l’image de Looks Like Hell, Viva la Mexico ou encore Everything we Need et ses paroles sirupeuses à en donner la nausée. Bref, la déception est grande. On sauve aussi Degenerates, un titre lumineux et post-punk plutôt rigolo, mais on se contente tellement de peu dans cet album, que ça reste un truc franchement pas terrible.

Au final, You’re Welcome, le dernier effort de A Day to Remember, est un album raté dans sa quasi-totalité. Le groupe se vautre lamentablement dans la facilité et dans un registre pop ensoleillé dans l’espoir de vendre des tubes durant les beaux jours californiens, en bord de plage. Il en résulte un truc aseptisé et sans réelle saveur, qui manque d’impact, de percussion et qui se contente du minimum syndical pour offrir un mélange bâtard entre pop, punk et quelques moments coreux qui sont trop timides. Bref, ce n’est pas bien.

  • Brick Wall
  • Mindreader
  • Bloodsucker
  • Last Chance to Dance (Bad Friend)
  • F.Y.M.
  • High Diving
  • Resentment
  • Looks Like Hell
  • Viva la Mexico
  • Only Money
  • Degenerates
  • Permanent
  • Re-Entry
  • Everything we Need

Note : 07/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.