janvier 27, 2022

9 Mois Ferme

9-mois-ferme-affiche

De : Albert Dupontel

Avec Albert Dupontel, Sandrine Kiberlain, Nicolas Marié, Philippe Uchan

Année : 2012

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Ariane Felder est enceinte ! C’est d’autant plus surprenant que c’est une jeune juge aux mœurs strictes et une célibataire endurcie. Mais ce qui est encore plus surprenant, c’est que d’après les tests de paternité, le père de l’enfant n’est autre que Bob, un criminel poursuivi pour une atroce agression ! Ariane, qui ne se souvient de rien, tente alors de comprendre ce qui a bien pu se passer et ce qui l’attend…

Avis :

En France, peu d’auteurs ou de réalisateurs proposent autre chose que des drames larmoyants ou lénifiants ou des comédies pour beaufs. Et quand un réalisateur s’essaye à autre chose que ces genres pré-cités, il se fait virer des salles, ne touchent plus un centime pour faire son film et se fait cataloguer comme un mauvais cinéaste. Bref, l’étiquette a encore un bel avenir devant elle. C’est d’ailleurs pour cela que des réalisateurs comme Alexandre Aja, Louis LeTerrier ou encore Pascal Laugier s’exile aux States pour faire des films de genre qui leurs conviennent. Mais dans notre pays, il y a encore quelques irréductibles qui restent en France et qui essayent de faire bouger les choses. On peut parler de Alexandre Bustillo et Julien Maury, qui sont peut-être les derniers frenchies à faire de l’horreur en France, ou encore Albert Dupontel, qui fait de la comédie burlesque mais possédant un univers riche, barré, enjoué, dramatique et avec quelques fulgurances vers l’horreur. 9 Mois Ferme est son dernier film et il était évidemment très attendu par un grand nombre de fans. Alors quel est le verdict ?

9+MOIS+FERME+PHOTO5

Attends, je crois qu’il vient de péter !

L’histoire du film part d’un quiproquo improbable. Ariane est une jeune juge aux mœurs strictes. Elle ne veut pas de conjoint, pas d’enfants et se consacre entièrement à sa vie professionnelle. Elle se rend compte au bout de quelques mois qu’elle est enceinte et c’est le drame de sa vie. Elle va donc essayer de se remémorer les éléments du jour de l’an, jour où elle est tombée enceinte. C’est alors qu’elle découvre que le père n’est autre que Bob, un supposé tueur ayant bouffé les globes oculaires d’un vieux riche. Mais le plus cocasse, c’est que Bob va prendre soin d’Ariane, sans savoir que cette dernière est enceinte de lui,c ar il veut qu’elle le défende dans l’affaire, car il est innocent, n’étant qu’un habile cambrioleur. Comme toujours dans les films d’Albert Dupontel, on retrouve des thèmes qui lui sont chers. En premier lieu, on notera un gros côté burlesque, qui rappelle ses films cartoon comme Le Vilain ou encore Enfermés Dehors. Ici, l’aspect cartoon sera développé dans des mises en scène ingénieuses et surtout hilarantes. On aura même droit à des références incroyables, notamment Evil Dead lors d’une scène mémorable où des ustensiles de cuisine attaquent le pauvre vieux. Ce côté lui permet aussi d’insérer des passages gores, mais vraiment drôles, exploitant au maximum toute son intelligence et tout son amour pour le cinoche de genre, tout en gardant une touche humoristique fondamentale au métrage. On retrouve aussi son obsession pour l’enfance, et les difficultés d’une situation familiale qui font de l’enfant l’adulte qu’il est devenu. Beaucoup plus acide et exacerbé dans Bernie, on retrouve ce côté dans 9 Mois Ferme de manière plus fine, en filigrane, notamment dans la jeunesse des deux personnages adultes. Mais en dehors de ces thèmes, que l’on peut encore cités comme les blagues potaches sur les policiers, sur le milieu de la justice, etc…, le film va droit au but et ne perd pas de temps dans des situations inutiles et qui nuisent au bon déroulement du scénario. Tout est fluide et la courte durée du film est vraiment très adaptée. La réalisation est tout bonnement géniale, énergique et surtout innovante, avec des détails qui fourmillent dans tous les sens et permettant une relecture après chaque visionnage.

Comme toujours dans ses films, Albert Dupontel joue l’un des rôles principaux et cela pour deux raisons évidentes. Déjà, cela lui fait un acteur bon marché et assez connu dans le milieu. Ensuite, s’il y a bien quelqu’un qui sait comment jouer un personnage, c’est celui qui l’a écrit, et comme tout est 100% Dupontel, il sait exactement ce qu’il faut faire et comment jouer. Il est extrêmement drôle dans son rôle de faux méchant, mais surtout, il est vraiment touchant. A ses côtés, on retrouve Sandrine Kiberlain, qui n’était pas du tout prévue pour ce rôle. Bien au contraire, lors d’un entretien avec le réalisateur/acteur, il a ajouté qu’elle était même catastrophique lors du casting. Mais finalement, elle s’est vraiment adaptée au rôle et donne une excellente prestation, à la fois touchante et émouvante. Elle incarne parfaitement la nana qui veut réussir professionnellement, avec son physique un peu sec et elle tient encore la route, lorsque le drame se produit. Mais on retiendra surtout la prestation de Nicolas Marié en Maître Trolos, qui est un avocat bègue et très mauvais. D’ailleurs son nom n’est pas anodin, puisqu’il veut dire bègue en grec. L’autre point que l’on peut soulever c’est la présence de seconds couteaux très efficaces comme Bouli Lanners, Philippe Uchan ou encore Philippe Duquesne. Enfin, le film possède des invités de luxe et qui se font vraiment plaisir dans le film, nous faisant plaisir aussi. On notera la présence de Jean Dujardin dans le rôle d’un traducteur en langage des signes complètement déjanté, Jan Kounen et Gaspard Noé en tueurs psychopathes derrière les barreaux ou encore Terry Gilliam dans le rôle du vrai mangeur de globes oculaires. Bref, on est vraiment devant un casting de qualité qui fait vraiment du bien. D’autant plus que voir des invités prestigieux s’éclater sur un film, ça prouve qu’ils n’ont pas tous la grosse tête.

VIDEO-Albert-Dupontel-enferme-Sandrine-Kiberlain-dans-un-extrait-exclu-de-9-mois-ferme_reference

AAAAhhhh, tu vois que mon film il est bien !!!! Connasse de productrice !!!

Au final, 9 Mois Ferme est une totale réussite qui lance un vent frais sur la comédie française et le cinéma français. Plus accessible qu’un Bernie, et peut-être moins sulfureux, le film n’en demeure pas moins intelligent et surtout extrêmement drôle, osant une réalisation innovante et ne faisant pas dans la blague potache bien lourde. Le film évite les écueils et se hisse dans le haut du panier de la comédie française, apportant humour, burlesque et une pointe d’émotion. Un film à ne pas rater !

Note : 17/20

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=YFJ1XAZh2OI[/youtube]

Par AqME

ServalNote de Serval: 16/20

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Une réflexion sur « 9 Mois Ferme »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.