juin 29, 2022

The Rider

De : Chloé Zhao

Avec Brady Jandreau, Tim Jandreau, Lilly Jandreau, Leroy Pourier

Année : 2018

Pays : Etats-Unis

Genre : Drame

Résumé :

Le jeune cowboy Brady, étoile montante du rodéo, apprend qu’après son tragique accident de cheval, les compétitions lui sont désormais interdites. De retour chez lui, Brady doit trouver une nouvelle raison de vivre, à présent qu’il ne peut plus s’adonner à l’équitation et la compétition qui donnaient tout son sens à sa vie. Dans ses efforts pour reprendre en main son destin, Brady se lance à la recherche d’une nouvelle identité et tente de définir ce qu’implique être un homme au cœur de l’Amérique.

Avis :

Chloé Zhao est une réalisatrice sino-américaine qui commence quelque peu à faire parler d’elle. Après des études en sciences politiques, elle se dirige vers le cinéma en 2008. Elle écrira et réalisera entre 2008 et 2011 quatre courts-métrages. Puis en 2015, elle sort son premier film, « Les Chansons que mes frères m’ont apprises« , film sélectionné à la quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes et qui repartira grand gagnant de la sélection.

Toujours cohérente, pour son deuxième film, « The Rider« , Chloé Zhao a cette fois-ci décidé de s’arrêter sur les cow-boys et cette passion vivace que certains ont pour le rodéo. Ainsi, on va suivre un personnage, blessé, qui va être privé de cette passion et plus qu’un film sur le rodéo « The Rider » est un film sur le deuil. Le deuil d’une passion, un deuil hantant, et dont on ne sait que faire pour la suite. Touchant et juste, ce deuxième film est un bon film, qui sait nous tenir grâce notamment au charme incroyable de Brady Jandreau, acteur qui s’ignore. Oui, je dis qui s’ignore, car tous les personnages de ce film sont tenus par ceux-là même qui ont inspiré le film à la réalisatrice et Brady Jandreau les survole tous (et si le cow-boy ne peut plus faire du rodéo, une jolie carrière de comédien s’ouvre à lui). Bref, cette fiction, lorgnant sur le docu-fiction, est donc un joli petit moment de cinéma.

Brady Jandreau était l’une des jeunes étoiles montantes du rodéo, mais lors d’une compétition, il s’est fait jeter par un cheval, qui lui a piétiné le crâne. Aujourd’hui, Brady a une plaque en fer dans la tête et il ne peut plus exercer sa passion, car il ne pourrait survivre à un nouveau choc. Brady est perdu et n’arrive plus à trouver de sens à sa vie. Que faire ? Qui être ? Pourquoi vivre alors qu’on abat des chevaux blessés ? Autant de questions qui se bousculent pour un avenir incertain.

Pour son deuxième film, Chloé Zhao a décidé de mettre en scène une tranche de la vie de Brady Jandreau, un jeune homme qui nous est totalement inconnu. Ce qui est très appréciable avec ce film, c’est la sincérité et la simplicité que la réalisatrice porte à sa mise en scène. Avec une trajectoire comme celle-ci, le grand Hollywood aurait très bien pu nous faire sombrer dans quelque chose de larmoyant et lourd, sauf qu’ici, on est loin de la Mecque du cinéma et « The Rider » va s’avérer très pudique. Le scénario, qui parfois traînera un peu en longueur, demeure pertinent et très beau. Comment vivre quand votre passion vous « a tué » et vous a pris tout ce que vous aviez ? « The Rider » offre de jolis moments de réflexion. Les questions qu’il pose parlent à tout le monde, et il y a quelque chose de vrai et de très brutal qui se dégage de ce film. On est touché par ce jeune homme complétement perdu. Le fait d’avoir aussi choisi Brady et ses proches pour nous raconter son histoire apporte une sincérité et un naturel en plus. D’emblée, « The Rider » dégage autre chose, sans pour autant tomber dans le docu-fiction chiant. Non, Chloé Zhao a très bien su trouver le ton juste. Un ton et des réflexions qui iront même plus loin, car finalement, ce destin brisé, cette histoire de cow-boys privé de rodéo, s’aventurera sur les chemins du rêve américain, allant jusqu’à magnifiquement posé la question « – Qu’est-ce qui définit aujourd’hui un homme en Amérique ? ».

Après, comme je le disais aussi plus haut, « The Rider » demeure une petite déception, car il n’a pas été aussi prenant que je l’attendais. Le rythme n’est pas toujours égal, il y a des longueurs et si le fait d’avoir choisi Brady et ses proches apporte énormément, il peut aussi être un point faible, laissant presque un sentiment de voyeurisme, quand il aborde l’un des amis blessés de Brady. Ces scènes au demeurant restent jolies, mais il est vrai qu’il y a un côté voyeur et misérabiliste qui se dégage et peut déranger.

« The Rider« , même s’il reste quelque peu décevant, m’a toutefois fait passer un joli moment de cinéma. Touché par ce personnage, par cette passion, cet univers, cette ambiance, « The Rider« , second film de Chloé Zhao, démontre encore une fois, si besoin est, que le cinéma indépendant américain peut compter sur cette jeune réalisatrice. Bref, si je ressors un peu déçu, en aucun cas, je regrette de m’y être arrêté.

Note : 14/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=H98GVVvLSBc[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.