avril 14, 2024

Jusqu’à la Garde

De : Xavier Legrand

Avec Denis Ménochet, Léa Drucker, Mathilde Auneveux, Florence Janas

Année : 2018

Pays : France

Genre : Thriller

Résumé :

Le couple Besson divorce. Pour protéger son fils d’un père qu’elle accuse de violences, Miriam en demande la garde exclusive. La juge en charge du dossier accorde une garde partagée au père qu’elle considère bafoué. Pris en otage entre ses parents, Julien va tout faire pour empêcher que le pire n’arrive.

Avis :

Xavier Legrand, c’est un nouveau qu’on découvre dans le milieu de la réalisation, puisque le jeune homme avec « Jusqu’à la garde » réalise ici son premier long-métrage. Comédien de théâtre, Xavier Legrand a longtemps parcouru les planches, jouant aussi bien du Molière que du Shakespeare et du Tchekhov. Puis après de longues années, Xavier Legrand est passé à la réalisation en 2013 avec un court-métrage qui a fait parler de lui, « Avant que de tout perdre« , court-métrage qui reçut notamment un César, et fut même nommé à l’Oscar du meilleur court-métrage.

Avec un si joli palmarès, Xavier Legrand s’est vu les moyens de réaliser un long-métrage. Surprise totale de ce début février, « Jusqu’à la garde » est sorti sans grand bruit et porté par un excellent bouche à oreille, le film trouve bien plus que son public. Film oppressant et éprouvant, allant même jusqu’à être terrifiant sur son final, Xavier Legrand livre un excellent film, qui ne nous lâchera pas. Un premier film en forme de claque, passant de la difficulté d’un « Kramer contre Kramer » à une véritable vision d’horreur, qui n’est pas sans rappeler en filigrane, un « Shining« . Bref, vous l’aurez compris, ce film est une très belle claque qui mérite bien ses deux prix à la dernière Mostra de Venise. Et une claque qui fait plein de promesses !

Le couple Besson se sépare, et autant le dire, ce n’est pas vraiment dans les meilleurs termes qu’ils se quittent. Miriam accuse son mari de violence, et demande la garde exclusive. Les enfants du couple, Joséphine dix-huit ans et Julien onze ans, ne veulent plus entendre parler de leur père. Antoine, lui, nie tout en bloc. Qui dit vrai ? Qui dit faux ? La juge tranche, et si elle ne peut contraindre Joséphine à voir son père, Antoine obtient la garde un week-end sur deux de son fils.

Prenant et angoissant, Xavier Legrand gère l’ambiance de son film à la perfection, si bien qu’on finit même par oublier que c’est un film qu’on regarde. Réaliste, sans fard, cette tranche de vie, à la limite du documentaire, provoque un certain malaise à tout instant. Xavier Legrand nous intrique et nous pique, jouant avec ce que l’on sait, ce que l’on s’imagine, et ce qui est réellement. Le scénario d’ailleurs est incroyable de vérité. Les dialogues sont justes, les situations même les plus extrêmes sont criantes. Xavier Legrand a su capturer quelque chose de difficile sans jamais trop en faire. C’est même tout l’inverse, puisque « Jusqu’à la garde » commence comme un drame tout ce qu’il y a de plus tristement banal. Mais très vite, grâce à la subtile réalisation de Legrand, on se rend compte que son film, son histoire et ses personnages ne sont qu’une cocotte-minute qui ne demande qu’à exploser. D’où le malaise encore plus extrême des derniers instants de son film, où l’on reste pris en otage, impuissant et bouleversé, scotché et imprégné de suspens, attendant aussi bien que redoutant l’issue finale. Bref, c’est une claque et encore plus quand on sait que « Jusqu’à la garde » est un premier film.

Jusqu’à la garde, c’est aussi une direction d’acteurs impeccable et bluffante. Cette histoire offre des rôles puissants, extrêmes, qui sont très loin d’être évidents et si encore une fois ce n’est qu’un premier film, Xavier Legrand a réussi à sortir des merveilles de ses comédiens. Tous deux fascinants, si Denis Ménochet est comme toujours sans faute, c’est bien Léa Drucker qui est scotchante et bouleversante. On notera aussi que le jeune Thomas Gioria, dont c’est le premier rôle, est tout aussi impressionnant et bouleversant que ses aînés.

« Jusqu’à la garde » est un film puissant, qui ne laissera pas indifférent. Parfaitement tenu par une écriture aussi passionnante que terrifiante (scénario de Xavier Legrand), et une réalisation prenante, le jeune cinéaste nous offre le film qu’on n’attendait pas et ce serait bien dommage de passer à côté.

Note : 17,5/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=UvVVbgiJBUI[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Une réflexion sur « Jusqu’à la Garde »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.