Deprecated: Methods with the same name as their class will not be constructors in a future version of PHP; VipersVideoQuicktags has a deprecated constructor in /homepages/46/d456916985/htdocs/wp-content/plugins/vipers-video-quicktags/vipers-video-quicktags.php on line 31

Notice: Constant WP_MEMORY_LIMIT already defined in /homepages/46/d456916985/htdocs/wp-config.php on line 93

Notice: Constant WP_MAX_MEMORY_LIMIT already defined in /homepages/46/d456916985/htdocs/wp-config.php on line 94
La Crypte - Lavisqteam.fr
septembre 21, 2021

La Crypte

Titre Original : The Cave

De : Bruce Hunt

Avec Cole Hauser, Eddie Cibrian, Rick Ravanello, Marcel Iures

Année : 2006

Pays : Etats-Unis

Genre : Horreur

Résumé :

Au cœur d’une forêt roumaine, dans les ruines d’une abbaye du XIIIe siècle, des scientifiques découvrent l’entrée d’un labyrinthe de grottes souterraines. Ils engagent des spécialistes pour les aider à explorer cet univers mystérieux.
Jack et son frère Tyler dirigent la meilleure équipe de spéléologues plongeurs du monde. Ils en ont déjà vu beaucoup, mais ce qui les attend au fond, loin sous la terre, dépasse leurs pires cauchemars…

Avis :

C’est fin 2005 que Neil Marshall va frapper un grand coup dans la fourmilière qu’est le cinéma d’horreur. Exploitant à fond la carte de la claustrophobie, avec The Descent, il propose de suivre une expédition de spéléologie qui va mal tourner avec de vilains monstres dedans. Est-ce qu’à cette époque, les grottes souterraines étaient tendance dans le film d’horreur ? Mystère. Mais ce qu’il faut savoir, c’est que La Crypte est sorti après The Descent et va souffrir de la comparaison. Accusé de plagiat, ce ne sera pourtant pas le cas, puisque les films n’ont que quelques mois d’écart, et les tournages ont dû se faire de façon quasi similaire. De ce fait, se replonger dans le film de Bruce Hunt quelques années après aurait pu permettre d’éloigner la comparaison et de considérer La Crypte comme un seul film unique, et donc de pouvoir le traiter tel quel. Sauf que le constat ne change pas, La Crypte est un très mauvais film.

1. Mais qui sont ces gens ?

Le film débute dans les années 70 où des types pensent trouver un trésor dans les fondations d’un vieux monastère abandonné en Europe de l’Est. Mais en faisant exploser le sol, l’équipe déclenche un éboulement qui les ensevelit. Trente ans plus tard, une équipe de spéléologie découvre les restes du monastère et la grande caverne souterraine qui devient un nouveau lieu à explorer. Sur place est donc dépêchée une équipe expérimentée. Manque de pot, dans la caverne se trouve des créatures qui ont un peu la dalle. Très clairement, La Crypte marche sur les pas de The Descent. Le problème, c’est que Neil Marshall a placé la barre très haute. Et Bruce Hunt, dont c’est l’unique film à ce jour, a beau ne pas être un novice (il a été second réalisateur sur Matrix), il n’arrivera jamais à nous passionner pour cette histoire basique, survival sans âme et qui manque d’épaisseur.

Le principal problème de ce film vient de ses personnages. Après l’introduction, on nous présente sommairement une équipe d’exploration sous-marine, avec quelques têtes brûlées et quelques désaccords au sein des plongeurs. On nous balance des noms sans trop savoir de qui il s’agit, et surtout, on ne connaît pas les fonctions des personnages. Une fois sur place en Roumanie, le groupe fait la connaissance de deux docteurs, dont une jolie femme qui deviendra une convoitise. Mais la présentation s’arrêtera là. C’est-à-dire que par la suite, on ne nous présentera plus personne, il n’y aura pas de flashback et on va vite se rendre compte que les protagonistes ne seront que de la chair à canon, hormis les deux frères qui seront souvent en désaccord. De ce fait, difficile de ressentir la moindre empathie pour qui que ce soit, et donc de craindre pour la fine équipe.

2. Shaky Cam

Hormis les personnages qui sont complètement vides, il faut aussi noter que le scénario tient sur un timbre-poste. Ou plus précisément, sur une idée qui a germé à partir d’un article scientifique. En effet, on aurait retrouvé dans des cavernes de Roumanie des créatures inconnus qui se seraient adaptées à la vie souterraine. Il n’en fallait pas plus pour gribouiller une histoire inepte, un vieux survival où des humains vont devoir survivre face à des créatures dégueulasses. Et ce qui aurait pu être une histoire banale mais nerveuse va vite devenir un calvaire de tous les instants. Pourtant, le début est assez prometteur, avec un bon rythme et un côté assez décomplexé qui fait mouche. Mais très vite, on se rend compte de la vacuité du projet, de son inutilité et surtout, de son manque de surprise. On devinera très vite qui va mourir, et qui va survivre, et en vrai, on s’en battra légèrement les couilles, puisque aucun des personnages n’est attachants.

Mais le pire dans tout ça va venir de la réalisation. Bruce Hunt a beau avoir bossé avec les sœurs Wachowski, cela ne l’empêche pas d’être un bon gros tâcheron. D’ailleurs, il lâchera l’affaire après cet unique film, certainement refroidi par l’accueil fait à son film. Si on trouvera des dialogues insipides et des champs/contre-champs intempestifs, le pire viendra des séquences d’action. A partir du moment où les créatures interviennent, on ne va plus rien comprendre. La caméra bouge dans tous les sens. A un tel point que l’on ne sait même plus où se trouve le haut et le bas. C’est tout simplement illisible et cela nuit clairement à l’aspect horrifique de la chose. Et coupler la réalisation calamiteuse, avec des personnages sans substance et une histoire débile, on obtient un mélange indigeste.

3. Rien à foutre

Avec tout ça, il ne manquerait plus que les acteurs impliqués dans l’affaire soient aux fraises. Et c’est pourtant le cas. Cole Hauser est le leadership de l’entreprise. Mais il a un charisme d’huître. Il tire la gueule constamment sans que l’on sache vraiment pourquoi, et il campe finalement un héros qui est loin d’être badass. Eddie Cibrian joue le petit frère beau gosse qui va forcément s’en sortir et hormis jouer des muscles et plisser les yeux, il ne fait pas grand-chose de plus. Lena Headey joue la médecin sexy, mais elle ne sert clairement à rien, si ce n’est l’objet d’un désir qui ne sera jamais exploité. Enfin, on pourra compter sur Piper Perabo pour mourir de la plus belle des façons, essayant d’être badass, sans jamais vraiment être crédible.

Enfin, difficile de passer outre les créatures du film, qui devaient être la cerise sur le gâteau. Et ce sera la douche froide. Les effets visuels sont vraiment moches, avec du numérique qui ne marche jamais. Et même le design de Patrick Tatopoulos est presque dérangeant tant il y en a trop. D’ailleurs, ces monstres sont censés être une sorte d’évolution de l’être humain, et ce n’est absolument pas crédible. La thématique sur l’évolution est très mal exploitée, à peine évoquée du bout des lèvres, et le final force au nanar, avec un retournement d’une grande débilité.

Au final, La Crypte est un très mauvais film. Il n’y a même pas besoin de le comparer avec le film de Neil Marshall, qui est plus viscéral, plus prenant et bien plus angoissant. Ici, les personnages sont inutiles, l’histoire est vaine, la réalisation est imbuvables et la peur n’est jamais présente. Bref, La Crypte ne fait pas peur, n’intéresse pas et ne suscite jamais le moindre intérêt. Un film à laisser moisir au fond d’une… crypte.

Note : 03/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.