décembre 8, 2022

Atomic Blonde – Les Bugnes ne Comptent pas pour des Prunes

De : David Leitch

Avec Charlize Theron, James McAvoy, Sofia Boutella, Toby Jones

Année : 2017

Pays : Etats-Unis

Genre : Action

Résumé :

L’agent Lorraine Broughton est une des meilleures espionne du Service de renseignement de Sa Majesté ; à la fois sensuelle et sauvage et prête à déployer toutes ses compétences pour rester en vie durant sa mission impossible. Envoyée seule à Berlin dans le but de livrer un dossier de la plus haute importance dans cette ville au climat instable, elle s’associe avec David Percival, le chef de station local, et commence alors un jeu d’espions des plus meurtriers.

Avis :

Comédien doubleur et cascadeur, David Leitch est venu à la réalisation assez tard. S’il tourne depuis le milieu des années 90, il sera d’abord passé par la case de la réalisation en seconde équipe. Ainsi des films comme « Ninja Assassins« , « Time out« , « Hansel et Gretel : Witch Hunters » ou même « Jurassic World » comportent des images tournées par David Leitch. Mais c’est en 2014 que le réalisateur passe vraiment à la réalisation avec son nom au générique, puisqu’il co-réalise avec Chad Stahelski l’énorme succès surprise « John Wick« . Depuis, l’aventure « John Wick » s’est prolongé sans lui, préférant tourner son « Atomic Blonde« , ainsi que la suite de « Deadpool » prévue pour 2018.

Après l’univers des tueurs à gages, David Leitch se lance dans l’univers des agents secrets avec « Atomic Blonde« . Porté par un casting à tomber par terre, Charlize Theron, James McAvoy et John Goodman, « Atomic Blonde » était l’un des gros plaisirs attendus pour cet été et on peut dire que le film est loin de décevoir. Adulte, pêchu, brutal, énergique, cool et mystérieux à la fois, David Leitch, pour son premier film en solo, frappe fort en réunissant tous les ingrédients pour nous offrir un spectacle presque jubilatoire. Bref, on en reprendrait bien encore un petit peu.

Berlin, quelques jours avant la chute du mur et la réunification des deux Allemagnes, un agent du MI6 se fait assassiner en pleine rue. Cet agent avait une liste détenant tous les noms des agents infiltrés en Europe. Autant dire que récupérer cette liste devient une priorité absolue. Pour cela, le MI6 envoie Lorraine Broughton, une experte du terrain. Sa mission, récupérer la liste, mais aussi démasquer la taupe qui fait tomber peu à peu les agents infiltrés.

Qu’il est bon, et surtout qu’il est cool, cet « Atomic Blonde« . Voici un film badass à souhait, qui arrive à trouver une bonne intrigue qui tient en mystère jusqu’à son final, jouant avec le classique de l’agent double et peut-être même triple (le film jette pas mal de doutes), et qui sait en même temps ne pas se prendre au sérieux, afin d’offrir un spectacle fun à celui qui le regarde. Bon, il y a toutefois quelques intrigues gratuites, comme la relation entre Charlize Theron et Sophie Boutella. Mais bon, dans le fond, le film est cool et on peut pardonner à son réalisateur d’avoir quelque peu fantasmé.

On avait déjà goûté au talent de David Leitch avec « John Wick » et c’est avec plaisir qu’on retrouve ce talent pour « Atomic Blonde » qui va être dans la même veine que le film avec Keanu Reeves. Avec ce film, David Leitch joue au film d’espionnage tout en l’installant sur fond de la chute du mur de Berlin et plus largement dans la guerre froide et ses enjeux. L’époque est intéressante, surtout que le réalisateur sait parfaitement l’employer dans son film, allant même jusqu’à tirer sur le côté nostalgique de la cool attitude du cinéma et de la musique de ces années-là. Certains pourront hurler au clientélisme, mais dans notre cas, on adore.

« Atomic Blonde« , c’est un excellent film d’action qui n’arrête pratiquement jamais. David Leitch a pratiquement autant saturé son scénario que son image.

Dans « Atomic Blonde« , il se passe tout le temps quelque chose. Chaque scène devient presque un rebondissement en elle-même et le spectacle est très plaisant et prenant. Surtout qu’en prime, le spectacle est donné par une Charlize Theron qui y croit à 200 % et s’investit à fond dans son rôle. Franchement, c’est cool de voir Charlize péter des gueules avec une telle classe. D’ailleurs, en parlant de classe et du rôle plus largement, on sent que la comédienne a dû s’inspirer parfois de « Basic Instinct » et sa célèbre Catherine Tramell (les scènes de boite de nuit sont un peu flagrantes).

On se laisse donc prendre au jeu de ce film, qui reprend aussi bien les codes du drame d’espionnage avec ses rendez-vous discrets sur les toits des immeubles que sur le film d’espionnage en mode action. Une action énervée, percutante, qui immerge parfois avec des plans-séquences assez fous. Et le tout sur une BO qui est un véritable plaisir coupable, recyclant que des vieux sons des années 80. Là encore, oui, c’est du clientéliste et oui ça fonctionne très bien et on adore ça.

Enfin, le seul petit doute finalement qui peut s’échapper de ce film, c’est son ambiance. Si de mon côté, j’ai beaucoup aimé cette ambiance bleue néon saturé, il est tout à fait compréhensible que le tout puisse déplaire, car cela donne des images aux couleurs inhabituelles, voire même étranges et irréelles. Avec « Atomic Blonde« , David Leitch a poussé son esthétisme très loin, et même si c’est très beau (encore une fois, ce n’est que personnel), on peut aussi se demander si ce n’est pas gratuit. Après, ça reste aussi l’univers qui fait une partie de ce film et peut-être que l’œuvre graphique de laquelle « Atomic Blonde » est tirée est comme ça.

Bref, entre son intrigue bien foutue, sa réalisation qui en jette, une Charlize Theron qui pète des gueules et un James McAvoy en totale roue libre pour notre plus grand plaisir (un rôle qui n’est pas s’en rappeler son rôle dans « Ordure« ), « Atomic Blonde » fait plus que son taf. Ce premier long solo de David Leitch est donc un vrai plaisir d’action, d’espionnage, de comédiens et de cinéma tout simplement. Et un peu comme « John Wick« , on ne dit pas non à une suite.

Note : 16/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=AKDNg-m56ic[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.