mai 26, 2024

Lola Pater

De : Nadir Moknèche

Avec Fanny Ardant, Tewfik Jallab, Nadia Kaci, Lucie Debay

Année : 2017

Pays : France, Belgique

Genre : Comédie, Drame

Résumé :

A la mort de sa mère, Zino décide de retrouver son père, Farid. Mais, il y a 25 ans, Farid est devenu Lola…

Avis :

Nadir Moknèche est un réalisateur franco-Algérien qui est spécialisé dans le portrait. Après des études de droit, il se sent comme une envie d’art dramatique. Arrivant au cinéma petit à petit, c’est après deux courts-métrages, qu’il dirige pendant qu’il habitait New-York, que Nadir Moknèche livre son premier long. Un premier film qui fait office de surprise et trouvera un relatif succès. Depuis, le réalisateur à fait trois autres films, et notamment « Délice Paloma« , film avec Biyouna qui est peut-être son plus connu à l’heure d’aujourd’hui.

Quatre ans après « Goodbye Morocco« , Nadir Moknèche est de retour avec un film qui a tout pour rappeler un cinéma d’un certain Pedro Almodovar. Avec « Lola Pater« , Nadir Moknèche s’aventure sur la route des relations père\fils avec un élément supplémentaire, la transsexualité. Porté par une divine Fanny Ardant, « Lola Pater » s’avère un excellent petit moment de cinéma. Un film plein de belle volonté, plein de générosité et surtout d’amour et de tendresse. Bref, un joli petit film, comme on aime en voir.

Zino, la trentaine, vient de perdre subitement sa mère. Pour les papiers du notaire, Zino doit alors retrouver son père, qu’il n’a pratiquement pas connu. Alors qu’il trouve l’adresse, Zino tombe sur Lola, une professeure de cours de danse orientale. Zino croit alors se trouver devant la nouvelle femme de son paternel, mais ce qu’il ne sait pas et qu’il ne va tarder à découvrir, c’est que Lola n’est autre que Farid, son père.

Une envie de délicatesse, d’un manteau rouge envolé de grâce Almodovarienne ? Envie d’une Fanny Ardant quelque part entre humour et amour, entre courage et cruauté ? Envie d’un petit film plein de belle humeur et de positif ?

Avec « Lola Pater« , Nadir Moknèche nous livre-là un joli petit film, vraiment plaisant à découvrir. Un petit film qui saura autant divertir qu’il saura aussi poser les bonnes questions, et même mettre de manière intelligente des sujets assez audacieux et parfois même tabous.

Doté d’une plume toute en délicatesse, « Lola Pater » est un film qui prend le temps d’expliquer ses personnages et leurs peurs. Avec « Lola Parter« , très vite, on se rend compte que c’est un portrait que compose ici son réalisateur. Un portrait tour à tour amusant ou triste, délirant ou pathétique. Un portrait qui sonne juste et surtout qui évite les clichés du traditionnel travelo qui travaille dans le milieu de la nuit et se fait remarquer à tous les coins de rue, poussant à toujours assumer plus son changement ou son apparence. « Lola Pater » aborde les conséquences bonnes ou mauvaises d’un changement de sexe. Il parle aussi du regard des autres et la peur que ce dernier peut semer chez un individu. Il parle aussi de l’acceptation de l’autre. Et puis bien sûr, il parle de la famille et il le fait avec beaucoup d’amour. Et enfin, Nadir Moknèche traite de la transsexualité avec beaucoup de retenue, voulant s’orienter vers quelque chose de plus simple et ça fonctionne plutôt bien, même si le film est loin d’être parfait.

Car oui, si Fanny Ardant est incroyable à tout instant. Si Tewfik Jallab est particulièrement touchant dans la peau de ce fils désorienté. Et si Nadia Kaci est un rayon de bonne humeur, « Lola Pater » est aussi un film qui se rate quelque peu, par exemple sur son influence Almodovarinne. Si dans le fond, ce n’est pas trop mal, et qu’on sent bien tout l’amour du réalisateur pour les films d’Almodovar, à force de vouloir s’en inspirer et lui rendre hommage, on finit par y croire et se laisser porter qu’à moitié. De plus, on pourra être un poil titillé dans le mauvais sens du terme avec cette BO au piano bien trop présente qui nous rapporte à chaque fois que oui, le personnage du fils adore le piano.

« Lola Pater » est donc un très joli petit film, et malgré ses maigres défauts, c’est un film qu’on conseille avec plaisir. Le moment est plus qu’agréable et il est tenu par une comédienne magique de bout en bout. Et puis, c’est une belle histoire de retrouvaille.

Note : 13/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=gDhnXLyV5Zo[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.