septembre 27, 2022

Le Troisième Homme

12166290_1180735995273141_1361825519_n

Titre Original : The Third Man

De : Carol Reed

Avec Orson Welles, Joseph Cotten, Alida Valli, Trevor Howard

Année: 1949

Pays: Angleterre

Genre: Thriller

Résumé:

Holly Martins, un minable écrivain américain, est venu retrouver son ami Harry Lime dans la Vienne dévastée de l’après-guerre. Mais celui-ci est retrouvé mort après avoir été écrasé par une voiture. Martins choisit alors de mener sa propre enquête pour démasquer les assassins de son ami. Rien ne l’a préparé à ce qu’il va découvrir…

Avis :

Carol Reed fait partie de ces réalisateurs de légende qui, si leurs noms ne parlent pas forcément à tout le monde, leurs films parlent d’eux même. En un peu plus d’une trentaine d’années de carrière, le réalisateur anglais s’est bâti une réputation hors normes aux regards de ses pairs et des cinéphiles en général. Il faut dire que le réalisateur a offert des œuvres qui parcourent encore les écrans du monde, comme « Première Désillusion« , « Sous le regard des étoiles« , « L’Extase et l’Agonie » ou encore ce « Troisième Homme » qui est surement son film le plus connu, le plus admiré et le plus cité.

12168146_1180736041939803_509593031_n

Holly Martin est un petit écrivain américain qui vient à Vienne car un ami a réussi à lui trouver du travail. Mais une fois arrivé sur place, l’homme apprend que son ami est mort la veille renversé par une voiture. Une mort accidentelle comme il y en a plusieurs, mais très vite, Martin découvre des incohérences, des témoignages étranges qui se contredisent. Martin décide alors de mener sa propre enquête pour découvrir la vérité autour de la mort de son ami.

« Le troisième homme » est le premier film que je vois du réalisateur Carol Reed et je suis partagé entre ennui et claque visuelle. S’il y a bien une chose qui m’a surpris à la découverte de ce classique du cinéma, c’est bien l’esthétisme du film. C’est bien simple et pour faire court, je suis littéralement tombé amoureux des images que le réalisateur britannique a mis en boite. « Le troisième homme » jouit d’une ambiance incroyable, d’un style parfait, d’une lumière éblouissante et d’un travail sur les ombres sidérant. Chaque plan de ce film est parfait, déroutant, inventif, et ce « Troisième homme » peut se vanter d’avoir des scènes terriblement marquantes, qui à elles seules valent le coup d’œil. Je pense bien sûr à cette incroyable, passionnante et interminable course-poursuite à la fin, dans les égouts de Vienne. La mise en scène, les mouvements de caméra, la fluidité de cette fuite, le son, tout est maîtrisé à la perfection et je me suis pris une véritable claque à la découvrir. Toujours au niveau de l’image, j’ai énormément apprécié le travail qui a été fait sur les visages des comédiens. Carol Reed a très bien su capter les émotions, leurs réactions. Joseph Cotten arrive sans aucun effort à nous convaincre. Orson Welles qui arrive bien tard dans l’histoire est comme toujours bluffant de charisme et la belle Alida Valli est tout simplement magnifique.

Bref, je peux dire que visuellement parlant, j’ai pris un pied incroyable à découvrir ce film. Mais voilà, je ne peux pas en dire autant pour ce que le film m’a raconté. Alors qu’il est pourtant crédible, je dois dire qu’à aucun moment, le film et son histoire ont réussi à me charmer et m’emporter dans son mystère et ses complots. Je suis reste en permanence en dehors de l’intrigue, et le rythme bien lent a fini par beaucoup m’ennuyer. Et je dois dire que j’ai encore plus de mal avec la musique jazz qui accompagne le film. D’ailleurs, alors que l’intrigue m’a ennuyé, cette BO m’a parfaitement agacé et je n’ai pas compris le décalage entre cette BO entraînante et le drame de l’histoire. Ensemble, je trouve que les deux ne fonctionnent pas et c’est peut-être de là que me vient le fait que je n’ai pas réussi à entrer dans le film.

Car pourtant, celui-ci a des côtés intéressants en abordant d’excellents thèmes, comme la sortie de guerre, le contexte politique assez chaotique, les différents régimes dans la ville, les différents services d’ordre qui coopèrent, la reconstruction aussi et l’après-guerre, Carol Reed a bien pensé son film et je m’en veux de ne pas l’avoir apprécié comme je l’aurais voulu, car tout est bon, et pourtant, je suis resté sur le quai à regarder le train passer.

12169234_1180736081939799_67293751_o

Alors dans un sens, je peux dire que je ressors ravi d’avoir découvert ce « Troisième homme« , car visuellement, c’était incroyable. Je regrette seulement de ne pas avoir réussi à entrer dans l’histoire et que le rythme ait fini par tant m’ennuyer. C’est dommage, j’aurais aimé vivre ce film, mais à la place, j’ai passé le plus clair de mon temps à regarder ces images superbes plus que de suivre son histoire.

Note : 11/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=GgwArYMnoPA[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.