décembre 8, 2022

Les Âmes Silencieuses – Beaucoup de Bruit Pour Rien

213532.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre Original : The Quiet Ones

De : John Pogue

Avec Jared Harris, Sam Claflin, Olivia Cooke, Erin Richards

Année: 2015

Pays: Etats-Unis, Angleterre

Genre: Horreur

Résumé:

Inspirée de faits réels, l’histoire d’un professeur qui utilise des méthodes peu conventionnelles en se servant de ses meilleurs élèves pour tenter une expérience des plus risquées sur une jeune patiente dérangée.

Avis:

Faire dans le tape à l’œil en affichant clairement « inspiré d’un fait réel », voilà qui est quelque chose de nouveau pour la boîte de production de la Hammer. Ayant connu son heure de gloire dans les années 60, la firme essaye tant bien que mal de survivre à l’ogre américain Blumhouse dans le domaine de l’horreur. Mais la firme de Jason Blum est ultra prolifique et bénéficie de sorties en salles, c’est bien plus difficile pour la boîte britannique. Ayant fait un retour fracassant en 2011 avec La Dame en Noir, la Hammer a eu du mal à enchainer les productions intéressantes, allant même jusqu’au DTV à la qualité plus que douteuse. Mais cette année, outre une suite à la Dame en Noir plus que dispensable, la maison de production a tenté de se faire remarquer avec Les Ames Silencieuses, film qui fut malheureusement destiné aux bacs de DVD et bluray. Mais qu’en est-il vraiment de ce métrage qui se veut réaliste?

405170.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Oxford, 1974, un professeur qui s’intéresse à la schizophrénie décide de faire une expérience auprès d’une jeune fille troublée. Aidé de deux élèves et d’un caméraman, il veut prouver que cette maladie mentale se soigne et que les possessions ne sont que des leurres inventés par le subconscient. Seulement, Jan, le sujet de l’expérience, semble voir une Evey et des évènements étranges, comme de la télékinésie ou des objets prenants feu font leur apparition. De plus en plus douteux, le professeur refuse de voir la vérité en face, et va tout faire pour guérir Jane.

Il y a des films auxquels il ne manque pas grand-chose pour devenir efficace et Les Ames Silencieuses en est le parfait exemple. Nanti d’une ambiance plutôt intéressante, le film essaye, en y parvenant un peu, d’allier le found-footage avec un cinéma plus classique. Ainsi, le film sera une alternance entre caméra à l’épaule suivant les mouvements de l’acteur jouant le caméraman et prise classique pour raconter l’histoire. Et bizarrement, c’est la partie found-footage qui sera la plus intéressante dans ce film, notamment grâce à une scène effrayante dans un grenier, où cris et apparitions seront légions. D’ailleurs, cela rejoint ce magnifique moment de La Dame en Noir, dans lequel Daniel Radcliffe visite la maison et où tout se met à bouger. Seulement, Les Ames Silencieuses est bien loin d’égaler en qualité le film de James Watkins.

Tout d’abord, on niveau de l’écriture du scénario, il y a plusieurs zones d’ombre. Outre le fait de voir la famille de Jane accepter son sort et peut-être la laisser mourir, il y a cette méconnaissance du cas par les élèves qui accompagnent le professeur. Aucun des trois ne se décide à faire des recherches pour tenter de voir d’où vient la jeune fille et son passif. D’autant plus que le relationnel des personnages est complètement raté, oscillant entre un humour de bas étage et une amourette à deux balles qui ne fonctionne qu’à moitié. Mais pire que ça, le principal problème du film viendra de ses personnages en eux-mêmes. Ils sont les clichés préférés des détracteurs de films d’horreur. C’est bien simple, ils rentrent tous dans des cases préétablies et aucun ne tire son épingle du jeu. D’autant plus que l’on ne sait rien sur eux, faisant de ces personnages des êtres sans consistance et face auxquels on ne ressentira aucune empathie.

Le film aurait pu être sauvé par ses effets de peur et sa montée en tension, mais là aussi, c’est relativement raté. Malgré quelques bonnes idées, le film se perd dans des scare jumps inutiles qui ne surprendront plus le spectateur rompu cet exercice. Le problème, c’est que tous ces effets d’angoisse ne fonctionnent pas car ils n’apportent rien à l’histoire et ne sont qu’un prétexte pour essayer de faire peur. Et c’est con, parce que niveau effet spéciaux, c’est plutôt pas. On peut aussi pester contre Olivia Cooke, qui livre une prestation assez moyenne, à cause d’un personnage dépressif et pas du tout attachant. Le montage hyper cut n’aidant pas non plus à chacune de ses apparitions.

570493.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Au final, Les Ames Silencieuses est une petite déception même si les attentes autour de ce film étaient minimes. Malgré quelques bonnes idées, le film peine à décoller et livre un spectacle lambda, dans lequel les personnages ne sont pas attachants, ne possèdent pas d’épaisseur historique et où les scare jumps ne sont qu’un prétexte pour réveiller un spectateur dans un état léthargique. Bref, le plus dommage, c’est que voir ce que le film aurait pu être avec un peu plus de rigueur dans la création des personnages et une horreur plus présente dans l’ambiance et non pas sur des surgissements ponctuels.

Note: 09/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=GbmsddXTGKA[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.