mai 17, 2021

Die Hard 3: Une Journée en Enfer

18686568.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre Original : Die Hard With a Vengeance

De: John McTiernan

Avec Bruce Willis, Jeremy Irons, Samuel L. Jackson, Michael Alexander Jackson

Année : 1995

Pays : Etats-Unis

Genre : Action

Résumé :

Le lieutenant John McClane est de retour et il est demandé en personne par un terroriste, Simon, qui menace New York. Alors qu’il fait équipe avec Zeus, un commerçant du quartier d’Harlem embarqué dans l’aventure malgré lui, McLane se livre à un petit jeu à travers toute la ville, devant résoudre des énigmes. S’il rate son coup, une bombe explose, c’est la règle imposée par Simon…

Avis :

Dans les sagas de film, il est assez commun que le troisième film soit le plus faible ou le plus boudé. Il suffit de regarder la trilogie du Parrain de Francis Ford Coppola ou encore Le Hobbit de Peter Jackson. Parfois utilisé comme un faire-valoir pour la saga ou alors pour clôturer une aventure en étirant au maximum la licence, le troisième film est le vilain petit canard des trilogies et autres sagas cinématographiques. Mais il y a des exceptions, comme pour Harry Potter, puisque Le Prisonnier d’Azkaban est surement le meilleur épisode de la saga. Et c’est exactement la même chose pour les Die Hard, puisque Une Journée en Enfer et l’un des meilleurs épisodes avec le premier. Bien entendu, le retour de John McTiernan derrière le projet n’y est pas pour rien et encore aujourd’hui le film reste l’une des références en la matière.

18777932.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

John McClane n’est plus flic. Séparé de sa femme, viré par ses compères, il devient petit à petit une loque, détruit par l’alcool. C’est alors qu’un terroriste fait exploser un magasin et appelle la police annonçant qu’il veut parler à John McClane. Un jeu d’énigme se prépare alors et McClane devient un pion afin d’éviter que d’autres bombes n’explosent. Il va alors trouver un compagnon de fortune, Zeus, un black qui le sauve de la première épreuve et ensemble, ils vont essayer de déjouer les projets fous de ce terroriste.

Après un Piège de Cristal qui est devenu une référence dans le cinéma d’action, John McTiernan reprend du service derrière la caméra pour redorer le blason de Die Hard. Il faut dire que malgré les qualités intrinsèques du deuxième film, 58 Minutes Pour Vivre, Renny Harlin n’avait pas su donner un souffle aussi ébouriffant que le premier métrage. Et c’est avec le troisième que l’on se rend compte que n’est pas John McTiernan qui veut. Dans ce troisième métrage, on ne reprend pas tout à fait la même recette. La situation familiale de McClane évolue, il est un peu perdu, on le sent borderline et un peu à côté de ses pompes. En ce sens, il est comme la société actuelle et évolue comme elle. Du coup, il a fallu exclure sa relation conflictuelle avec sa femme et faire entrer un autre personnage. Afin de glisser un message sur le racisme, McTi inclut un sidekick black et le résultat est juste parfait. Aux antipodes tous les deux, le film va fonctionner à base de vannes et de réflexions entre les deux personnages et le tout fonctionne à merveille.

Mais là où le film montre toute la maestria du réalisateur, c’est dans son action non stop et qui tient la route. Durant les deux heures, on ne voit pas le film passer car il y a toujours quelques choses à voir ou il se passe toujours quelque chose. Entre les fusillades, les explosions spectaculaires (celle du métro est géniale) ou encore les courses-poursuites, le film ne lasse jamais. Mais en plus de ça, le scénario est loin d’être bête. Le spectateur ne s’attend qu’à une bête vengeance alors que le film va chercher plus loin et enchaine les retournements de situations sur la fin. Alors certes, on pourrait lui reprocher d’être trop gros, trop improbable, mais finalement, la recette fonctionne et le film demeure cohérent.

Le film doit aussi beaucoup à son casting de haute volée. Bruce Willis reprend son rôle fétiche et il est vraiment excellent. Il réussit le tour de passe-passe de rendre son personnage attachant malgré la déchéance dans laquelle il tombe sans pour autant nous prendre par pitié. Il est toujours aussi drôle et les répliques fusent à vitesse grand V. Samuel L. Jackson et lui-aussi excellent, jouant le black qui se victimise par rapport aux blancs et il est vraiment génial, rendant la pareille à John McClane. Le nouveau terroriste est tenu par un Jeremy Irons de haute stature. Il est imposant, charismatique et demeure vraiment un méchant intéressant et intelligent. Il est juste dommage qu’à la fin il soit si bête. Le réalisateur inclut aussi des sidekick au grand méchant, avec une tueuse de renommée et un professionnel des explosifs, qui sont intéressants mais peut-être un poil sous-exploité ou trop surjoué à l’image de la tueuse avec son couteau.

die_hard_une_journee_en_enfer_portrait_w532

Au final, Die Hard 3 : Une Journée en Enfer est un véritable retour aux sources. Explosif, drôle, nerveux et surtout tenu par un réalisateur et des acteurs de talent, ce film fait renaître la saga et montre à quel point le deuxième film était en dessous. Un film d’action qui reste toujours aussi puissant aujourd’hui et qui fait la part belle à un bon nombre de productions actuelles, se contentant de tout faire péter sans pour autant mettre en avant un message. Ce côté politique et sulfureux manque cruellement au cinéma de maintenant et heureusement que l’on peut se replonger dans des films plus anciens pour retrouver le gout du vrai cinoche.

Note : 18/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.