octobre 24, 2021

Paranormal Phenomena

Titre Original : Lightning Strikes

De : Gary Jones

Avec Kevin Sorbo, David Schofield, Annabel Wright, Robyn Addison

Année : 2009

Pays : Etats-Unis

Genre : Horreur, Fantastique

Résumé :

Des touristes meurent à cause d’étranges éclairs dirigés sur eux. Un mystérieux étranger arrive dans la ville victime de ces attaques : elles sont l’œuvre d’une créature démoniaque qui veut détruire la ville. Une équipe de météorologues, venus pour trouver une solution, semble connaître l’étranger…

Avis :

Il y a des films, on sait dès le synopsis, dès la jaquette, dès la punchline, que l’on va tomber sur un bon gros navet. Les productions Asylum ou Syfy sont reines à la matière, et on ne va pas se mentir, Paranormal Phenomena coche toutes les cases du film navrant fait avec quatre bouts de ficelle. Tout y est. L’acteur has been qui essaye de cachetonner pour vivre décemment, le scénario alambiqué que même un gosse de six ans n’aurait pu inventer et la jaquette tape à l’œil qui semble indiqué un truc christique et horrifique. Mais ne nous y trompons pas, Paranormal Phenomena fait partie de ces films qui n’ont aucune raison d’exister, ni même de faire partie d’une collection de DVD d’horreur, et pourtant, il est là, à végéter tel un animal à moitié mort, attendant désespérément qu’une âme charitable lui jette un œil dessus.

L’éclair pas clair

Le scénario est complètement tiré par les cheveux. Dans la petite ville de Roscoe, alors que se prépare la fête de la citrouille, de mystérieux éclairs frappent les gens. Plusieurs personnes perdent la vie et les éclairs ne semblent pas frapper au hasard. Le shérif de la ville mène l’enquête tandis que le maire lui met la pression pour résoudre cela au plus vite. Il va alors faire équipe avec une bande de chasseurs d’orages et un homme mystérieux persuadé qu’une entité vit dans ces éclairs. Paranormal Phenomena tient une histoire rocambolesque qui ne peut pas tenir la route. Hormis inclure un mutant psychopathe dans son intrigue, il était difficilement imaginable de voir une sorte d’extraterrestre dans les éclairs. Et c’est pourtant le choix du scénariste qui doit avoir un cerveau étriqué. Ou malade. Car ici, rien ne marche et nage en plein délire abrutissant.

Le fait est que le film tente, durant un petit moment, de créer le trouble chez le téléspectateur. Le film s’ouvre sur un éclair qui éventre en deux une voiture et qui va choisir de tuer l’ado de la caisse plutôt que la mère. On y voit de suite une sorte de monstre en pixels dégueulasses, puis plus rien. Le film lâche alors un personnage louche, à la mine patibulaire, qui semble attirer les nuages et les éclairs. On aura tôt fait de comprendre que ce pauvre hère n’y est pour rien et qu’il n’est là que pour brouiller les pistes et tenter de mettre un peu de suspens dans un film qui en manque cruellement. Et outre le suspens qui est absent, la peur sera elle aussi absente. La faute à un problème d’équilibre de tons, mais aussi à des personnages qui ne tiennent absolument pas la route.

Bad Buzz l’éclair

Bien évidemment, même si on sait dans quoi on met les pieds en regardant ce genre de métrage, on espère toujours être surpris par une bonne idée. Sauf qu’ici, il n’y en a pas. Le film est mauvais de bout en bout et rien ne viendra nous sauver d’un ennui morgue. Le film ne se positionne jamais sur le tom employé. Le début fait plutôt horreur avec la nuit noire, la voiture esseulée et la flotte qui tombe à flots. Puis très vite, on vire vers une sorte de comédie neurasthénique avec ce shérif lancinant qui a plus souvent les mains dans les poches qu’ailleurs, ou encore ce maire hystérique et tout bonnement insupportable. Le film n’arrive jamais à doser avec justesse ce qu’il veut raconter et délivre un résultat bâtard qui n’a aucune direction artistique.

C’est bien simple, Paranormal Phenomena n’a pas d’orientation, ni de genre, et il se loupe dans tout ce qu’il entreprend. Même les personnages sont uniquement marionnettes qui ne trouvent pas leur place. L’équipe de chasseurs d’orages débite des informations rocambolesques, le shérif discute avec des gens, le maire beugle avant de se faire cramer la gueule et l’homme mystérieux construit une machine pour capturer la vilaine bestiole. Tout ce petit monde se cantonne à une seule et unique fonction, qui aboutira à une fin en forme de festival du barbecue, où des gens se font cramer la gueule par des éclairs pas gentils. Dès lors, difficile de ressentir de l’empathie pour les personnages, joués par des acteurs fatigués, qui cachetonnent pour pourvoir se payer à manger. Kevin Sorbo est d’ailleurs à la ramasse et semble s’en battre les couilles royalement.

Pas d’éclair de génie

Production Syfy oblige, le film est doté d’un budget tout riquiqui. Pour autant, on sait que certains réalisateurs s’adaptent et trouvent des solutions pour masquer les manques. Mais fallait-il attendre cela de la part de Gary Jones ? Du réalisateur de Boogeyman 3 et de Crocodile 2 : Death Swamp ? Bien évidemment que non. De ce fait, le film va osciller entre deux choses. Une mise en scène statique et ringarde quand il faut aborder la vie de tous les jours. Et une shaky cam imbuvable dès qu’il y a de l’action, en incrustant, en plus des éclairs en CGI abominables. Le film a déjà des années de retard. Il suffit de voir l’explosion d’une moto pour se faire une idée. Et c’est dommage, car s’il faut donner un bon point, c’est sur les maquillages. Là, il y a du gore, et c’est bien fait.

Au final, Paranormal Phenomena est une belle purge, comme on pouvait s’y attendre. Le film se vautre dans une médiocrité crasse dans tout ce qu’il entreprend. Les acteurs n’y croient pas un seul instant, les effets spéciaux sont affreux, la mise en scène est fainéante et l’histoire ne tient pas la route une seule seconde. Et que dire de ce monstre qui vit dans les éclairs… Bref, il s’agit-là d’une production Syfy d’une laideur insoupçonnable qui, malgré tout, possède un atout, les maquillages, mais ils ne sont pas assez mis en avant…

Note : 03/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.