décembre 10, 2022

Anges & Démons

Titre Original : Angels & Demons

De : Ron Howard

Avec Tom Hanks, Ewan McGregor, Stellan Skarsgard, Ayelet Zurer

Année: 2009

Pays: Etats-Unis

Genre: Thriller

Résumé:

Une antique confrérie secrète parmi les plus puissantes de l’Histoire, les « Illuminati », qui s’était juré autrefois d’anéantir l’Eglise catholique, est de retour. Cette fois, elle est sur le point de parvenir à son but : Robert Langdon, expert en religions d’Harvard, en a la certitude.
Langdon a peu de temps pour comprendre ce qui se trame contre le Vatican et déjouer ces nouveaux crimes. Une course contre la montre et contre les tueurs qui démarre tel un jeu de piste : des églises romaines aux cryptes enfouies, des catacombes les plus profondes aux majestueuses cathédrales…
Pour l’aider à comprendre toutes ces énigmes, Langdon va rencontrer Vittoria Vetra, une scientifique aussi belle que mystérieuse.
Cette fois, il sait à qui il se confronte. Cette enquête diabolique est un piège, chaque secret est une clé, chaque révélation un danger…

Avis:

Les années 2000 pour Ron Howard n’ont pas vraiment été concluantes. Le réalisateur varie entre l’excellent, voire même le chef d’œuvre au début, puis le sympathique, le passable, l’oubliable, si bien qu’on a même fini par se demander si on n’avait pas fini par perdre la plus belle moitié de Ron Howard.

Alors que le film eut des avis mitigés aussi bien dans la presse que du côté du public, le « Da Vinci Code » fut un succès, dépassant ne serait-ce que chez nous les quatre millions d’entrées. Un succès comme celui-là, on ne le lâche pas de la sorte et après un film très intéressant sur un entretien entre « Frost / Nixon, l’heure de vérité« , Ron Howard s’est attelé à la réalisation d’une autre « aventure » de Robert Langdon, personnage créé par Dan Brown et toujours tenu par Tom Hanks.

Au vu du premier chapitre et la déception qu’il a apportée, cette nouvelle plongée aux côtés de Langdon était un objet de crainte et pourtant, c’est avec plaisir que le film va se révéler être aussi efficace que plaisant. Ron Howard, bien plus inspiré que pour le premier film, nous livre là un film haletant qui part en guerre contre un vieil ennemi, les illuminatis. Une course contre la montre qui malgré des imperfections, entraîne avec elle le public.

Le Pape est mort, et comme il se doit, le conclave se réunit pour élire un nouveau souverain pontife. Mais le Vatican se trouve alors sous une grande menace, les illuminatis. Un homme vient d’enlever les quatre favoris et menace de les exécuter le soir même à partir de vingt heures. Chaque heure passée verra un Cardinal mourir et une fois les quatre cardinaux tués, c’est le Vatican lui-même qui se verra alors dévasté. L’église fait alors appel à Robert Landgon pour déchiffrer les énigmes du ravisseur et ainsi sauver les cardinaux et plus largement l’église.

Ron Howard aurait-il appris de ses erreurs ? On dirait bien, puisqu’après la fadeur d’un « Da Vinci Code » qui avait tout pour plaire, le réalisateur nous revient en belle forme avec « Anges & Démons » et le moins que l’on puisse en dire, c’est qu’il n’a rien à voir avec le premier film sorti trois ans plus tôt.

Mieux monté, plus rythmé, mieux raconté, Ron Howard nous fait entrer dans une enquête passionnante en plein cœur du Vatican et de Rome. Ce qui est très bien avec « Anges & Démons« , c’est que le film est une véritable enquête à tiroirs. Et même s’il est un peu long à se mettre en place, une fois lancé, « Anges & Démons » ne s’arrêtera pas jusqu’à son point final. L’enquête est rudement menée et réserve toujours des surprises. Alors que « Da Vinci Code » manquait parfois de caractère, « Anges & Démons » en déborde. Ce qui est très bon avec ce film aussi, c’est l’ambiance que Ron Howard a su capter. « Anges & Démons » respire la religion, il en est imprégné à chaque plan et c’est ce qui fait sa force. Pour les besoins de son enquête, Ron Howard nous fait entrer dans les lieux interdit du Vatican ou de Rome et ne tombe pas dans le piège de la carte postale. Chaque lieu, chaque église ou place a une histoire, a une ambiance et Ron Howard s’en accommode et en tire le plus beau tout gardant toujours en tête qu’il offre un polar à la limite du thriller.

Le scénario est intelligent et se tient. « Anges & Démons » est bourré de suspens, d’action, de revirements, de rebondissements, dégageant même une touche d’imprévisibilité qui apporte énormément au film. Très détaillé, le scénario est aussi très intéressant d’un point de vue instructif, offrant des détails sur l’histoire, sur le passé des religions en même temps que sur le passé de Rome ou même du Vatican. Et ce qui est bien, c’est qu’il instruit tout en divertissant, n’ayant aucun côté donneur de leçons ou « retour en cours ».

Ron Howard s’est aussi donné les moyens du point de vue de la réalisation, poussant plus son film dans l’action. Le montage est très bon, puisqu’il donne vraiment cette impression de course contre la montre. La plus grande partie du film ne se passant que sur quelques heures, Ron Howard, une fois son rythme trouvé, ne le lâche plus et c’est tant mieux.

Reste toutefois des fonds verts assez mal gérés pour la plupart. Des fonds verts assez incompréhensibles, puisque les scènes auraient très bien pu être tournées en vrai. Un constat plus drôle, car le film détient un bon nombre d’effets spéciaux réussis.

Si on était moyennement convaincu par Tom Hanks dans le premier film, ou du moins par la relation entre lui et Audrey Tautou qui ne fonctionnait qu’à moitié, on sera là bien plus convaincu dans ce film. Tom Hanks est très bon et laisse éclairer son personnage. Mais là encore, il se fait voler la vedette pour un Ewan McGregor au top du top dans la peau d’un prêtre. On remarquera la belle Ayelet Zurer en partenaire de Tom Hanks. Coup de cœur pour Armin Mueller-Stahl qui apparaît peu, mais trouve un personnage très bon et offre une prestation ambiguë et tout en retenue.

Le « Da Vinci Code » avait déçu. « Anges & Démons » surprend. Ron Howard nous offre une bonne enquête dans un milieu qu’on connaît mal. Une enquête prenante, qui nous emporte au plus près de ses personnages et ça fait du bien de voir Ron Howard remonter peu à peu la pente.

Note : 14,5/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=dhMQVeL8Kqw[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.