novembre 30, 2020

Fin de Siècle

Titre Original : Fin de Siglo

De : Lucio Castro

Avec Juan Barberini, Ramon Pujol, Mia Maestro, Mariano Lopez Seoane

Année : 2020

Pays : Argentine

Genre : Drame, Romance

Résumé :

Un Argentin de New York et un Espagnol de Berlin se croisent une nuit à Barcelone. Ils n’étaient pas faits pour se rencontrer et pourtant… Après une nuit torride, ce qui semblait être une rencontre éphémère entre deux inconnus devient une relation épique s’étendant sur plusieurs décennies…

Avis :

L’Argentine. S’il y a bien un pays d’Amérique du Sud dont nous avons la chance d’avoir régulièrement « des nouvelles » dans nos salles de cinéma, c’est bien celui-ci. L’Argentine est un pays qui regorge de talents. Comme ça, à la volée, on peut citer Juan José Campanella, Carlos Sorín, Damián Szifrón, Juan Solanas, Marcelo Piñeyro, Marco Berger, Luis Ortega et bien d’autres encore. Aujourd’hui, à cette liste, on peut y ajouter le nom de Lucio Castro, qui avec « Fin de siècle » signe là son premier long-métrage, après une dizaine d’années passées dans le court-métrage.

Sorti en toute discrétion, « Fin de siècle » est un joli premier essai. Ne choisissant pas la facilité, Lucio Castro entraîne son spectateur dans un film qui oscille entre réalité et fantasme, présent, passé et autre chose, dont il nous laissera libre d’en conclure ce qu’on en a envie. Riche en thèmes, très beau dans son intimité, choisissant plusieurs angles de vue pour raconter cette romance, « Fin de siècle » apparaît aussi comme un film qui pèche dans sa narration, qui même si elle finira par prendre tout son sens, a tendance à nous perdre, ce qui donne un petit sentiment d’agacement, comme si en plein visionnage, on avait raté un épisode. Quoi qu’il en soit, entre qualités et défauts, cette « Fin de siècle » laisse entrevoir un « jeune » réalisateur de talent qui on l’espère ne fera que s’améliorer pour la suite, car même s’il est imparfait, ce premier film reste un petit, mais joli, moment de cinéma.

Ocho, argentin qui habite à New-York, est en vacances à Barcelone. Un après-midi, il croise Javi, un jeune homme qu’il a déjà rencontré, il y a vingt ans de ça. Les deux hommes, qui n’étaient pas censés se recroiser, vont alors passer un après-midi ensemble. Un après-midi torride certes, mais aussi un après-midi empreint de nostalgie, de découverte et de fantasme…

Pour son premier film, Lucio Castro a eu l’envie de se lancer dans une romance. Une romance bien plus longue et riche qu’une simple petite comédie romantique qu’on a l’habitude de voir. Mais cette envie d’aller plus loin va être ce qui fera que son film sera très beau, comme cela va être aussi son défaut. « Fin de siècle« , dans les faits, est un film intéressant. C’est un film qui démontre sans mal l’envie de son réalisateur. C’est un film qui nous offre une très belle romance entre deux hommes qu’on espère voir ensemble. Puis c’est un film qui sera très riche dans son scénario, car à travers cette romance qui va s’étaler sur plus d’une vingtaine d’années, Lucio Castro va en profiter pour aborder tout un tas de thèmes importants. L’évolution de la culture gay, les rencontres d’un soir, le sida, puis au fur et à mesure que ses personnages vieillissent, la parentalité, l’éducation, la vie de couple, le temps qui passe, le sexe… Bref, Lucio Castro décrit très bien les étapes d’une vie et ce qu’elle soit vécue ou fantasmée.

« Fin de siècle« , c’est aussi un film qui démontre un bel œil pour son réalisateur qui arrive sans mal à capturer de très beaux moments. Des moments de vie très simples et intimes, que le cinéaste arrive à rendre hautement cinématographique. Une rencontre, un regard, une passion charnelle, une intimité, une simple discussion autour des années qui ont passé, ou encore une discussion dans un lit… Bref, c’est simple, humain, tendre et très beau. Puis, c’est d’autant plus beau grâce à ce casting superbe. Le film est porté par Juan Barberini et Ramon Pujol et les deux comédiens crèvent l’écran, Lucio Castro ayant réussi à capturer une alchimie et un désir évident.

Visuellement, le film de Lucio Castro est d’une grande élégance, le réalisateur filmant de très belle manière aussi bien l’amour et les aventures de ces deux personnages, que Barcelone, qui se pose comme la témoin privilégié de cette romance. Mais comme je le disais, il y a un sentiment de passer à côté de quelque chose. Lucio Castro a eu l’idée de faire des allers-retours entre le présent et le passé, et le présent et le fantasmé et même si c’est très beau, même si ça prend sens au final, le montage, qui manque de repères de temps, a une petite tendance à nous larguer. Certes, le réalisateur nous rattrape toujours, faisant sens avec son intrigue, mais sur l’instant, cette idée, même si intéressante, a tendance à se faire agaçante. Cependant, cette idée, cette narration déstructurée, démontre une belle ambition chez son réalisateur, ce qui fait que finalement, malgré le petit côté agaçant, l’ensemble reste beau et intéressant.

« Fin de siècle » est donc un joli premier film. Lucio Castro nous entraîne dans un film assez audacieux, et même s’il est imparfait, pour un premier essai, il démontre une envie de cinéma et de faire les choses autrement. Entre qualités et défauts, on se laisse donc prendre dans cette romance, et par ces personnages. On reste alors curieux de voir ce que Lucio Castro pourrait faire en deuxième.

Note : 13/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.