La Traversée du Temps

Titre Original : Toki wo Kakeru Shôjo

De : Mamoru Hosoda

Avec les Voix Originales de Riisa Naka, Takuya Ishida, Mitsutaka Itakura, Ayami Kakiuchi

Année : 2007

Pays : Japon

Genre : Animation

Résumé :

Makoto est une jeune lycéenne comme les autres, un peu garçon manqué, pas trop intéressée par l’école et absolument pas concernée par le temps qui passe ! Jusqu’au jour où elle reçoit un don particulier : celui de pouvoir traverser le temps. Améliorer ses notes, aider des idylles naissantes, manger à répétition ses plats préférés, tout devient alors possible pour Makoto. Mais influer sur le cours des choses est un don parfois bien dangereux, surtout lorsqu’il faut apprendre à vivre sans !

Avis :

Il est l’un des réalisateurs de films d’animation japonaise qui s’est vu décoller dans les années 2000. Mamoru Hosoda a réussi à s’imposer dans le paysage du cinéma d’animation et mieux que ça même, il devenu l’un de ses membres de référence, l’un de ses incontournables, entre « Les enfants loups« , « Le garçon et la bête » ou dernièrement « Mirai, ma petite sœur« , Mamoru Hosoda étonne, surprend et passionne.

Après avoir passé le début des années 2000 sur des projets de commande, « Digimon » et « One Piece« , c’est en 2007 que le premier vrai film de Mamoru Hosoda arrive sur les écrans. Pour ce film, le réalisateur a décidé de nous emporter dans une aventure temporelle et il en résulte un film frais, haletant, intéressant, aussi amusant qu’il est capable de nous toucher. Avec « La traversée du temps« , Mamoru Hosoda s’impose d’emblée et l’on aurait presque des regrets que cette « … traversée du temps » soit trop courte, tant le cinéaste nous a séduit avec ce qui ressemble bien à un très beau conte moderne. Bref, encore une fois, c’est une très belle réussite.

Makoto est une jeune lycéenne sans histoire. Enfin, sans histoire jusqu’au jour où elle se découvre le pouvoir de voyager dans le temps. Avec ce pouvoir, qui apparaît comme ça, la jeune fille s’amuse en revivant des moments de sa journée qu’elle aime bien, en trichant pour avoir de meilleures notes ou encore en évitant tous les petits malheurs et autres malchances qui animent la vie de tout un chacun. Insouciante et positive, elle va pourtant découvrir que ce don, a finalement de lourdes conséquences et qu’elle ne peut peut-être pas l’utiliser comme bon lui semble.

Envie d’un petit moment plein d’humour et de tendresse ? Un petit moment qui prend comme prétexte la science-fiction pour nous entraîner dans un petit conte moderne, plein de charme et qui parle de l’humain de manière assez remarquable ? Alors n’hésitez pas et arrêtez-vous sur le « premier vrai film » de Mamoru Hosoda.

« La traversée du temps« , c’est tout d’abord un scénario astucieux. Un de ces scénarios qui s’amuse avec son concept et ne cesse jamais de réinventer son histoire. Avec ce film, Mamoru Hosoda tisse une histoire très intéressante, même s’il faut bien l’avouer, elle ne réinventera pas le genre non plus. Dans un sens, on connaît ce genre d’intrigue par cœur, tant on l’a déjà vu ailleurs, entre « Retour vers le futur » ou « L’effet papillon« , pour ne citer que ces films-là. Malgré tout, Mamoru Hosoda arrive sans aucun mal à nous tenir devant son film et nous passionner avec son histoire et surtout ses personnages. Car oui, si le scénario est astucieux, s’il sait très bien jouer avec ses allers-retours pour constamment redéfinir son intrigue et l’étoffer, ce qui est le plus touchant et le plus amusant, ce sont ses personnages qui sont bourrés de charme. Franchement, il est bien difficile de ne pas succomber au charme maladroit et si spontané de la jeune Makoto. Ses aventures, ses mésaventures, ses bourdes, son envie de bien faire, sa culpabilité… Bref, à travers ce personnage ô combien génial, tout le film se définit et beaucoup de sujets sont abordés. Le temps, ce que l’on peut en faire, les regrets, les remords, la culpabilité, la responsabilité, l’insouciance de l’adolescent, les rapports humains, que ce soit les amis ou la famille, et au-delà de ça, les sentiments amoureux. Bref, « La traversée du temps » est riche, et sait se faire autant amusant et divertissant que comme je le disais, touchant et peut-être même un peu plus, avec son final joliment en suspens. Puis, plus loin encore, avec cette façon de parler de ses personnages et de ses sujets, Mamoru Hosoda pousse à une jolie réflexion sur l’être humain.

Entre animé traditionnel et nouvelles technologies, Mamoru Hosoda pose sa mise en scène et le réalisateur livre un petit bijou aussi magique qu’il est magnifique à regarder. Bourré d’idées, bourré de détails, doté de graphismes somptueux, doté d’une belle énergie, naviguant très bien entre les styles, et surtout nous offrant de belles émotions, le réalisateur tient son film de bout en bout et arrive à nous faire oublier le côté déjà-vu que son film peut avoir.

Avec « La traversée du temps« , Mamoru Hosoda nous entraîne dans une jolie romance teintée de science-fiction et d’allers-retours dans le temps. C’est frais, c’est léger et profond en même temps, c’est en tout temps maîtrisé, on s’amuse et d’un coup, l’on est touché par un petit changement qui a des conséquences qu’on n’avait pas vu venir. Bref, encore une fois, Mamoru Hosoda nous séduit, nous charme et nous passionne et cette « … traversée du temps » se pose assurément comme l’un de nos préférés de son réalisateur.

Note : 16/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net