Le Fils de Batman

Titre Original : Son of Batman

De : Ethan Spaulding

Avec les Voix Originales de Jason O’Mara, Stuart Allan , Thomas Gibson, Morena Baccarin

Année : 2014

Pays : Etats-Unis

Genre : Animation

Résumé :

Avec le soutien de son fils, Batman va pouvoir affronter dans les règles de l’art le terrible Deathstoke ainsi que La Ligue des Ombres. Il tentera par la même occasion d’enseigner à son fils le comportement que doit adopter tout bon justicier qui se respecte…

Avis :

Ethan Spaulding est un nom qui ne doit pas dire grand-chose à beaucoup de monde. Il faut dire que le type bosse exclusivement dans l’animation et il n’est pas affilié à Pixar, Disney, Dreamworks ou encore des studios plus petits. Ethan Spaulding bosse de façon plus ou moins indépendante avant de se lancer en 2010 dans le long-métrage avec Scooby-Doo et la Colonie de la Peur. Il va récidiver dans cet univers un an plus tard avant de tomber dans l’escarcelle de DC Comics pour qui il va faire pas moins de quatre films en animation, partant de Batman, pour aller dans la Justice League avant de faire un décor chez LEGO DC. Bref, un parcours un peu atypique pour des résultats plutôt confidentiels, puisque tous ses films ne sont sortis chez nous que directement en DVD ou en VOD. Il est donc logique que son nom ne brille pas de mille feux et que l’on retrouve son travail dans les bacs à DVD pas très cher. Un constat triste pour un réalisateur sympathique qui ne demande pas forcément un si mauvais sort. La preuve en est avec Le Fils de Batman, sa première incursion dans l’univers DC qui, sans être un monument du genre, reste un petit divertissement sympathique qui essaye de donner de l’ampleur à la mythologie du Dark Knight.

Le sanctuaire de Ra’s Al Ghul se fait attaquer par le terrible Deathstroke et Talia veut mettre son fils en sûreté. Elle l’emmène donc à Gotham chez son père, Batman. Damian, fougueux et plein de rage, veut remonter la piste de Deathstroke pour le trouver et venger la mort de son grand-père. Batman, avec l’aide d’Alfred et de Nightwing, va tout faire pour éduquer son fils au mieux et le sortir du piège tendu par Deathstroke. Sur cette base très simple, le film d’animation va faire tout aussi simple, privilégiant l’action à l’enquête et au développement des personnages. Si cet aspect peut être discutable, cela donne au film un rythme plutôt haletant et assez plaisant. Durant à peine plus d’une heure, Le Fils de Batman va droit à l’essentiel, essaye par moments d’inclure des phases où le père parle à son fils, mais globalement, le plus important, c’est Damian qui, du haut de sa petite taille, va casser la gueule aux sbires de Deathstroke et va même tenir tête à ce grand méchant. On ne s’ennuie pas vraiment devant ce film, même si on aurait aimé un peu plus de profondeur et d’émotions.

Car il est vrai que le thème de la paternité est très peu abordé. On aurait pu avoir une relation entre le père et son nouveau fils qu’il doit éduquer car il sort de la ligue des assassins et ne comprend pas vraiment le crédo de son père. Ethan Spaulding ne semble pas vraiment intéressé par ce côté et décide de survoler les relations entre les personnages pour livrer de l’action et uniquement de l’action. Et en faisant cela, s’il rend le tout divertissant sur l’instant, il n’y a rien de marquant dans ce métrage. C’est assez lisse, les relations sont superficielles, et les touches d’humour ne marchent pas forcément. Nightwing peine à vaincre le gamin, mais y parvient tout de même, donnant lieu à quelques punchlines sans grand intérêt, et le fait que Damian le remplace auprès de Batman est éludé en une seule micro scène. Il en va de même avec Alfred qui troque son costume de majordome et conseiller pour faire des vannes à deux balles qui ne marchent pas forcément. Ainsi, même si le film passe vite, il lui manque pas mal de choses pour combler des lacunes dans la mythologie du chevalier noir. Un Batman d’ailleurs peu intéressant, presque inexistant, qui va constamment tomber au bon endroit au bon moment et qui ne sera qu’un faire-valoir de Damian, qui va prendre la place de Robin. Alors certes, c’est le but du film de mettre Damian au centre, mais tout cela manque de chauve-souris.

Quant à l’animation, on est loin, très loin, des studios Pixar, de Disney ou encore de Dreamworks. On est donc dans un dessin animé assez classique, qui n’est pas en 3D, mais dont les graphismes sont assez minimalistes. Notamment les décors qui sont très fades et qui ne rendent pas justice au héros de Bob Clark. Certains plans sont vraiment très laids et ne consistent qu’à mettre les protagonistes sur un fond unicolore, en atteste un plan vu d’en haut où quatre personnages discutent dans un cercle bleu clair. Il manque une vraie patte graphique à l’ensemble. Gotham n’est pas personnifiée, le sanctuaire de la ligue des assassins ressemble à un vieux temple shaolin et le final sur la plateforme pétrolière n’est pas vraiment très beau. D’autant plus que les couleurs ne sont pas très belles, naviguant constamment entre le bleu et l’orange, dans des saturations qui gâchent bien l’ensemble. Fort heureusement, l’animation est fluide, dynamique et les combats ont de l’impact. Des combats d’ailleurs très violents, avec pas mal de sang et des moments plus rudes, comme lorsque Damian se fait clouer à un mur par Deathstroke. Difficile alors de savoir à qui s’adresse le film, puisque les plus jeunes risquent d’avoir un peu peur face à tant de violence, allant des morts par fusillade à une famille qui se fait carrément torturer.

Au final, Le Fils de Batman est un film d’animation DC assez dispensable même s’il se révèle assez sympathique. Nerveux et bien rythmé, le film manque tout de même d’ambition dans son histoire et survole constamment les phases relationnelles entre tous les personnages. Quelqu’un qui ne connait pas forcément l’univers risque d’être complètement largué et l’ensemble n’est pas suffisamment solide pour pleinement convaincre. En bref, Le Fils de Batman n’est pas désagréable, mais il demeure anecdotique, même s’il a permis à Ethan Spaulding de continuer son aventure chez DC.

Note : 11/20

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net