décembre 5, 2020

Soupçons

Titre Original : Suspicion

De : Alfred Hitchcock

Avec Cary Grant, Joan Fontaine, Cedric Hardwicke, Nigel Bruce

Année : 1941

Pays : Etats-Unis

Genre : Policier, Romance

Résumé :

Parce qu’il lui ment trop souvent, Lina, la jeune épouse de Johnnie, se met à le soupçonner d’être un assassin et s’imagine qu’il veut la tuer.

Avis :

On ne présente évidemment plus Alfred Hitchcock tant ce dernier est une certaine définition du cinéma à lui tout seul. À la fin des années 30, Hitchcock est au sommet de son art en Angleterre et il commence à avoir une jolie réputation à l’international. Après « La taverne de la Jamaïque » (1939), Alfred Hitchcock s’envole pour les États-Unis et ainsi commence sa deuxième vie, sa période américaine. D’emblée Hitchcock réalise l’un de ses meilleurs films, « Rebecca« , métrage qui reçoit l’Oscar du meilleur film, ce qui est un événement dans la carrière du réalisateur, puisque c’est son seul Oscar. Bref, toujours aussi prolifique, Hitchcock réalise environ deux films par an sur les premières années où il se trouve en Amérique.

Après le méconnu « Joies matrimoniales« , Alfred Hitchcock livre « Soupçons« , un thriller tenu par ni plus ni moins que Cary Grant et Joan Fontaine, qui recevra d’ailleurs un Oscar mérité de la meilleure actrice pour le rôle. Commençant comme une jolie petite romance, Alfred Hitchcock nous entraîne peu à peu dans un film inquiétant fait de faux semblants, de mensonges, de doutes et de terreur. Ayant ce sens unique du suspens, Hitchcock nous tient et il ne va faire que nous surprendre avec cette histoire qui est bien plus perverse qu’elle n’en a l’air. Bref, le mec avait tout compris au cinéma !

Lina McLaidlaw est une fille de bonne famille. Un jour, elle rencontre le charmeur John Aysgarth, dont elle finit par tomber amoureuse. Très vite, elle se marie avec cet homme, qu’elle connaît à peine finalement. Après leur voyage de noces dans les plus beaux hôtels d’Europe, elle découvre que Johnny est sans un sou. Pire encore, elle découvre qu’il a des dettes et qu’il enchaîne les mensonges. Lina se demande alors si Johnny ne l’a pas épousé pour son argent et plus les jours et les mois passent et plus un doute bien plus sombre et funeste s’installe… Si l’homme qu’elle aime, malgré ses défauts et ses mensonges, voulait la tuer…

« Soupçons » est un film qui m’a simplement donné envie car avec un titre pareil, avec Alfred Hitchcock derrière la caméra, il était certain que le film allait réserver un joli suspens et c’est bien ce que j’ai trouvé, et plus encore.

« Soupçons« , c’est un scénario en béton armé. C’est un scénario qui ne cesse de surprendre par le ton qu’il adopte. Passant évidemment de la jolie romance à quelque chose de plus sombre, Alfred Hitchcock prend un malin plaisir à nous entraîner dans cette histoire qui s’obscurcit au fur et à mesure que son intrigue avance. Tendu, inquiétant et surtout de plus en plus imprévisible, « Soupçons« , une fois commencé, est bien impossible de ne pas aller jusqu’au bout ce dernier. Mieux encore, ne sachant vraiment si Johnny en veut à la vie de Lina, on se met alors, comme le personnage tenu par Joan Fontaine, à guetter le moindre indice qui pourrait s’avérer une évidence. Hitchcock, de manière géniale, joue donc avec son spectateur et finalement, même une fois le générique défilant, il est bien difficile de se faire un avis définitif, tant les mensonges, les non-dits, les faux-semblants, et les incohérences d’un récit, sont présents. Le personnage tenu par Cary Grant est-il un assassin ? Hitchcock nous laisse le choix libre et c’est ce qui fait l’une des grandes saveurs de ce film.

Ce sentiment de doute est aussi installé avec la mise en scène d’Hitchcock. Ici le réalisateur sait parfaitement comment filmer cette histoire de manière ambiguë et le film, qui s’ouvre comme la plus belle des romances, se transforme peu à peu en une ambiance plus perverse, où chaque détail compte. Hitchcock prend son temps pour installer le malaise et surtout pour enfermer cette femme dans le doute. C’est assez fou le travail qui est fait là, entre cet amour fou qu’elle a pour son mari et ce doute, qu’elle refuse, mais qui s’impose à elle. Hitchcock la fait peu à peu vaciller et plus cette dernière « sombre », plus le réalisateur nous accroche, car il installe à travers ses idées, un espoir, que tout ceci ne soit finalement qu’un fantasme. Bref, c’est terrible comme sentiment.

Enfin, « Soupçons« , c’est un duo merveilleux. Un duo élégant, magnétique, énigmatique, amoureux, et surtout très talentueux. Si Cary Grant est parfait en beau parleur qui tourne peu à peu au très inquiétant, il faut dire que Joan Fontaine, en femme amoureuse et tourmentée, est affolante et crève littéralement l’écran.

Même si ce « Soupçons » n’est pas non plus à la hauteur d’un « Rebecca« , « Sueurs froides« , « Psychose » ou encore « Fenêtre sur cour« , il n’en demeure pas moins un très bon cru dans une filmographie qui touche au prodigieux. Bref, je le répète, Alfred Hitchcock a vraiment tout compris au cinéma !

Note : 16/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.