décembre 5, 2020

Top of the Lake Saison 1

D’Après une Idée de : Jane Campion et Gérard Lee

Avec Elisabeth Moss, Holly Hunter, Peter Mullan, David Wenham

Pays: Angleterre, Etats-Unis, Nouvelle-Zélande, Australie

Nombre d’Episodes : 6

Genre : Policier

Résumé :

Tui, une jeune fille âgée de 12 ans et enceinte de 5 mois, disparaît après avoir été retrouvée dans les eaux gelées d’un lac du coin. Chargée de l’enquête, la détective Robin Griffin se heurte très rapidement à Matt Mitcham, le père de la jeune disparue qui se trouve être aussi un baron de la drogue, mais aussi à G.J., une gourou agissant dans un camp pour femmes. Très délicate, l’affaire finit par avoir des incidences personnelles sur Robin Griffin, testant sans cesse ses limites et ses émotions.

Avis :

Si Jane Campion est connue de tous, Gérard Lee est pour le coup bien plus anonyme. Scénariste, acteur et réalisateur, l’homme n’a pas fait grand-chose. Si l’on regarde du côté de l’écriture, alors vous trouverez son nom sur quelques courts-métrages dans les années 80, quelques films dans les années 2010. Du côté de l’acting, il a tenu un rôle chez Alan Parker. Quant à la réalisation, on ne lui connaît qu’un court-métrage coréalisé en 2000 avec Jane Campion déjà. Bref, rien qui le rende plus connu, et dans cette filmographie, seul ressort vraiment l’écriture de « Top of the lake« .

Petite série néo-zélandaise, « Top of the lake » s’est bâtie une jolie réputation dès la diffusion de ses premiers épisodes. Pour ma part, je dois avouer que même si j’ai apprécié le show, j’en ressors aussi déçu, notamment parce qu’il manque à la série une étincelle pour qu’elle s’embrase vraiment. C’est assez agaçant, car tous les éléments sont réunis à l’écran, le talent, l’écriture, la réalisation, les acteurs, l’intrigue et rien n’y a fait, je suis resté dans l’attente que la série décolle enfin. Plongée dans de superbes décors, « Top of the lake » se laisse toutefois regarder avec intérêt, et même divertissement, et cela me fait me dire que peut-être j’en attendais trop. Quoi qu’il en soit, entre sympathie et déception, cette première saison au ton particulier mérite qu’on s’y arrête.

Laketop est une petite ville néo-zélandaise située dans les Alpes du Sud, en bordure d’un lac de montagne. La jeune Tui Mitcham, douze ans, est retrouvée par une institutrice à moitié immergée dans ledit lac. Emmenée à l’infirmerie du collège, on découvre qu’elle est enceinte de cinq mois. L’inspectrice Robin Griffin ayant quitté son fiancé resté à Sydney, revient dans sa ville natale pour rendre visite à sa mère malade. Spécialisée en protection infantile, elle est sollicitée par la police locale pour enquêter sur le probable viol de Tui. Lorsqu’elle l’interroge sur l’identité de son violeur, la fillette écrit sur un papier les mots « No One ». Ramenée chez son père et désorientée, Tui disparaît peu après.

Quel étrange sentiment à la sortie de cette première saison de « Top of the Lake« . Honnêtement, de par ce qu’elle raconte, avec qui elle le raconte et quand on sait qui se trouve derrière la caméra, Jane Campion certes, mais aussi Garth Davis, merveilleux réalisateur du film « Lion« , j’étais programmé pour adorer cette série. Il ne pouvait en être autrement et la réalité, c’est que j’ai simplement passé un bon moment devant « Top of the lake« . Un moment peuplé de qualités et de défauts, mais qui, dans le fond, demeure bon, grâce à cette ambiance mystérieuse. Grâce à cette intrigue, qui n’était pas celle que j’imaginais. Et enfin, grâce à ses acteurs, Elisabeth Moss en tête.

Si l’on s’arrête du côté de la réalisation, on ne peut nier qu’il se dégage un sacré caractère de la série. Jane Campion et Garth Davis ont vraiment pris le temps de créer un univers et surtout, ils ont pris le temps de créer des personnages qui tiennent le coup. Des personnages qui, s’ils leur manquent quelque chose pour qu’ils soient passionnants, restent profonds, et surtout trouvent chacun leur place pour « crever » dans un sens l’écran. Chaque épisode est réalisé avec élégance, et l’on retrouve ce que l’on aime dans les films de Jane Campion.

Mais comme je le disais plus haut, la série a ses qualités certes, qui sont merveilleuses, mais elle a aussi ses défauts. Si l’on suit l’intrigue principale, la disparition de la jeune Tui, alors « Top of the lake » est excellente. La série, de ce côté-là, sait créer un mystère et elle sait surprendre, offrant une enquête et des rebondissements qu’on ne voit pas arriver. De ce côté-là, on ne peut rien lui reprocher, mais quand on bascule sur d’autres aspects, c’est là que « Top of the lake » se fait moins prenante et parfois même très énigmatique. Quand on se concentre sur les personnages, certains sont très bien écrits, comme celui d’Elisabeth Moss, personnage passionnant et torturé aussi possible. La jeune Tui est elle aussi un petit bijou d’écriture et d’émotion. Mais face à elles, la série s’éparpille trop. Le personnage tenu par Peter Mullan est bon, mais que faire du camp des femmes par exemple ? Le personnage de Holly Hunter ? Si l’actrice, et plus largement toutes les actrices qui sont de ces scènes-là, sont top, le segment a bien du mal à convaincre, car on en cherche l’intérêt et que ce dernier a bien du mal à se dévoiler à nous. Idem, s’il y a bien un mystère intéressant au départ autour de David Wenham, sa résolution arrive comme un cheveu sur la soupe. Et enfin, de manière plus large, la série fait trop de ralliements entre ses personnages.

« Top of the lake« , entre ses qualités et ses défauts, dans son ensemble, demeure une bonne première saison. S’il manque quelque chose à la série pour vraiment nous embarquer, on ne peut pas dire non plus qu’on passe un mauvais moment devant. L’écriture, en très grand partie est là, la réalisation est là, et les comédiens sont au top. Malgré donc une déception, je reste content que m’y être arrêté et je me lance dans la deuxième saison avec beaucoup de curiosité.

Note : 13/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.