novembre 30, 2021

Les Engagés XAOC – Fin de Parcours

D’Après une Idée de : Sullivan Le Postec

Avec Mehdi Meskar, Eric Pucheu, Denis D’Arcangelo, Jean-Christophe Bouvet

Pays : France

Nombre d’Episodes : 3

Genre : Drame

Résumé :

Peut-on survivre au chaos ? Anzor, un réfugié tchétchène accompagné par le centre LGBT+ de Lyon, est agressé chez lui. « Crime d’honneur » homophobe entre compatriotes, ou attaque politique aux ramifications complexes ? En cherchant à comprendre, Thibaut et Hicham vont aller jusqu’à Bruxelles, au coeur du pouvoir européen. Ils prennent peu à peu conscience des conséquences inattendues de cette affaire, qui va non seulement troubler le quotidien de leur association à Lyon mais aussi celui de la cité de Saint-Etienne dont Hicham est originaire, et est obligé de revenir après la mort de son cousin.

Avis :

L’idée des « … engagés » traîne dans la tête de Sullivan Le Postec depuis plus de dix ans et si, très vite, les personnages et les arcs narratifs ont été trouvés, la série en elle-même a eu du mal à exister. Si le script était souvent trouvé très bon, aucun producteur ne voulait se lancer dans l’aventure. Puis est arrivé l’équipe de Studio 4, qui a accepté le projet et avec des bouts de ficelles, ils ont réussi à livrer une première saison sur une base de dix épisodes de dix minutes chacun. La série sera d’abord diffusée sur YouTube, avant de faire petit à petit son petit bout de chemin, s’aventurant sur diverses plateformes, et arrivant même à être vendue dans une dizaine de pays dans le monde.

Après une deuxième saison diffusée en 2018, Sullivan Le Postec, qui a écrit tous les épisodes de ses « … engagés« , voulait une saison toute autre, pour ce qui sera la dernière saison de la série. Profitant du confinement, le showrunner, qui va aussi devenir réalisateur de cette troisième saison, s’est alors mis à l’écriture et le ton a radicalement changé. La série ayant fait son petit bonhomme de chemin, avec ses partenaires, ils se sont lancés dans une saison plus grande. On pourrait même dire qu’elle est démesurée, tant ils sont partis loin avec ces trois nouveaux épisodes.

Pour conclure « Les engagés« , Sullivan Le Postec revient alors avec trois épisodes de quarante-cinq minutes chacun et si la série prolonge ce qui a été fait auparavant, elle emmène ses personnages dans une intrigue qui les dépasse complétement, et si la volonté de livrer un show plus grand est louable, parfois, cette saison se perd en en faisant un peu trop.

Anzor est un réfugié tchétchène que Thibaut, Hicham et Amaury ont recueilli au sein de l’association LGBT de Lyon. Un soir, en rentrant chez lui, Anzor est agressé par des Russes et il doit sa survie au fait d’avoir été accompagné par Thibaut. Cette agression pour l’honneur va être le déclencheur d’événements qui vont emmener Thibaut, Hicham, Nadjet, et tous les autres dans un complot qui vise les plus hautes sphères du Parlement européen.

Comme dans toute série, il arrive toujours le moment où il faut conclure, et alors que ce petit format, avec ses bons comme ses mauvais côtés, aurait pu durer encore un petit bout de temps, Sullivan Le Postec a décidé d’y mettre un point final, et il le fait de manière assez étonnante.

Fini le format de dix épisodes de dix minutes, cette saison trois baptisée « XAOC » s’étend alors sur trois épisodes de quarante-cinq minutes et le showrunner, avec tout ce temps en plus, en profite pour grandir ses thèmes et ses personnages. Si la première saison avait pour thème l’Outing, la deuxième parlait avant tout de la transphobie, cette dernière va principalement s’arrêter sur la condition des personnes LGBT en Tchétchénie, en nous entraînant dans une intrigue politico-politique à suspens. Ici, on oublie le simple cadre de petite association LGBT de Lyon, « … XAOC » veut voir plus grand pour dénoncer d’un côté la persécution des homosexuels dans ce pays, et de l’autre mettre le doigt sur l’inaction de l’Europe, qui regarde et écoute sans trop savoir quoi faire.

Cette ligne directrice, qui amènera la série a changé de cap, s’aventurant dans une série à suspens avec son lot de complots, d’infiltrations, d’intrigues et de drames, est ce qui va être le plus intéressant au sein de ces trois épisodes. L’horreur que peuvent subir les personnes LGBT, la traque de ces personnes-là, ou les dérives et les dangers d’Internet sont autant de sujets que la série prend à bras-le-corps. Et s’il est vrai que parfois, c’est un peu trop facile, qu’il y a des problèmes dans l’espace-temps, et d’autre fois encore, certaines missions d’infiltration ne sont pas vraiment crédibles, sur son ensemble, sur ce sujet-là, « Les engagés » est intéressante, et peut même se faire essentielle, car elle ose parler d’un sujet qu’on aurait presque envie de dire tabou, tant on n’en entend pas parler.

Après, comme je le disais aussi, la série a voulu voir plus grand et plus loin et au travers de différents personnages, la série s’aventure par exemple sur le mouvement Black Live Matters, obligeant l’un des personnages à revenir « dans son passé » et s’il y a des éléments d’intrigues intéressants, sur l’ensemble, entre ce sujet, le complot européen, la Tchétchénie et d’autres drames sur d’autres personnages encore, c’est trop chargé et finalement, on peut se demander parfois de quoi veut vraiment parler la saison. La série aurait vraiment gagné à simplement se concentrer sur la Tchétchénie, qui est un sujet en or et essentiel.

Heureusement, il reste toujours le rythme, et un sens de la mise en scène qui parfois livre d’excellentes choses. Si la saison a ses défauts comme je le disais plus haut, avec des ellipses faciles, des sujets survolés, des événements qui peuvent débarquer trop vite, ou un manque de crédibilité parfois, avec le petit budget qui leur était alloué, ces « … engagés, XOAC » reste convenable, et derrière ça, ça reste divertissant et attachant.

Un attachement qu’on retrouve aussi avec ce casting qui s’améliore fortement, notamment Mehdi Meskar qui tient le rôle d’Hicham, et qui en plus d’avoir une belle évolution, le jeune comédien est de mieux en mieux. Dans ces personnages, la série boucle bien les arcs narratifs, ce qui est très plaisant. Pour cette saison, Clémentine Verdier voit son rôle se développer grandement. Puis comme dans toute nouvelle saison, on accueille avec plaisir de nouveaux personnages, ainsi Ishtvan Nekrasov est excellent dans le rôle d’Anzor, tout comme Alex Ramires est très bon dans la peau d’un député facho.

Cette troisième saison, comme pour les précédentes, a sa petite tambouille entre ses qualités et ses défauts. Si elle a voulu voir plus loin et plus grande, si elle s’arrête sur un sujet essentiel, la persécution des personnes LGBT en Tchétchénie, elle a aussi tendance à partir sur trop de fronts, et c’est bien dommage, car à force de trop en faire, elle perd en profondeur et en qualité. Après, sur son ensemble, et grâce au charme des personnages et des acteurs, « Les engagés, XAOC« , comme pour les saisons précédentes, se laisse gentiment regarder. Et d’ailleurs, malgré tous ses défauts, finalement, c’est avec un petit pincement au cœur qu’on se dit qu’on ne reverra plus ces personnages.

Note : 12/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.