février 25, 2021

Convoi Exceptionnel

De : Bertrand Blier

Avec Gérard Depardieu, Christian Clavier, Audrey Dana, Alex Lutz

Année : 2019

Pays : France, Belgique

Genre : Comédie

Résumé :

C’est l’histoire d’un type qui va trop vite et d’un gros qui est trop lent. Foster rencontre Taupin. Le premier est en pardessus, le deuxième en guenilles. Tout cela serait banal si l’un des deux n’était en possession d’un scénario effrayant, le scénario de leur vie et de leur mort. Il suffit d’ouvrir les pages et de trembler…

Avis :

Bertrand Blier est l’un des meilleurs réalisateurs français qui officie maintenant depuis un peu plus de cinquante ans. Bertrand Blier, dans le paysage du cinéma français, on a bien du mal à le ranger quelque part, tant sa filmographie a le cul entre plusieurs cases, ce qui rend le réalisateur aussi unique que singulier. Parmi les sorties de ce mois de Mars, s’il y en a bien une que j’attendais avec la plus belle des impatiences, c’était bien le retour de Bertrand Blier après neuf années d’absence.

« Convoi exceptionnel », c’est un film qui dès sa bande-annonce, laissait transparaître le délire. Le nouveau film de Bertrand Blier allait être fou et ça sûrement dans tous les sens du terme. C’est aussi un film qui de par son concept, proposerait une expérience de cinéma radical, un trip dans lequel il faut rentrer. Bref, le nouveau film de Bertrand Blier s’annonçait un peu comme son titre exceptionnel. Mais malheureusement, si les quarante premières minutes sont absolument incroyables, l’idée, le concept, finit par s’essouffler et l’on finit par suivre ce « Convoi exceptionnel » avec l’espoir d’un générique arrivant et c’est tellement dommage.

Un jour comme un autre, quelque part perdu au milieu des voitures, dans un embouteillage, deux hommes se rencontrent, Forster et Taupin. Le premier est rapide, le deuxième lent. Le premier est bien habillé, le deuxième en guenille et pousse un caddie. Le premier a un scénario, l’autre n’en a pas. Ensemble, ils doivent aller tuer un homme…

Après neuf ans d’absence, Bertrand Blier, quatre-vingts ans, revient sur nos grands écrans avec un dix-neuvième film et un film du réalisateur, c’est toujours pour le cinéphile que je suis, une sorte de cadeau. Un cadeau qui s’annonce toujours dingue et décalé, mais ce cadeau-ci, je dois avouer que j’en ressors terriblement partagé. Partagé entre un sentiment de jouissance face à une première partie impeccable et folle, et un sentiment de déception, car si bonne soit cette première partie, et plus largement le concept avec lequel nous revient Bertrand Blier, à la longue, « Convoi exceptionnel » s’égare, se perd et va se loger quelque part dans l’incompréhensible. Un incompréhensible qui a bien du mal à nous tenir alerte, tant on se sent perdu, tant le virage que le film aborde est radical et fait passer par-dessus bord tout ce qui en faisait le côté génial.

« Convoi exceptionnel« , sur le papier, c’est le film qui a tout, absolument tout, pour être on ne peut plus alléchant. Un poids lourd du cinéma français qui fait un comeback, deux acteurs qui n’ont plus rien à prouver, et un concept aussi farfelu qu’intriguant. À l’image, dans ces quarante premières minutes, ce qui était alléchant se confirme, et entre ce concept qui fonctionne à la perfection, ces métaphores qui amènent à pas mal de réflexions, le film véhiculant plus d’un sujet intéressant et ces mystères qui ne font que titiller notre curiosité, « Convoi exceptionnel » invente et réinvente pour notre plus grand plaisir. Entre scènes mémorables, personnages fous et dialogues ciselés comme on les aime tant chez Blier, ce nouveau métrage laissait fantasmer un retour immense du réalisateur.

Mais voilà, peu à peu, le charme se rompt, le concept s’en va, ou du moins il s’oublie, et l’on se retrouve devant un tout autre film. Un film qui s’est perdu en cours de route, pour aller s’aventurer sur d’autres sentiers et ces sentiers-là sont beaucoup moins attrayants. Perdu dans l’incompréhensible, perdu au milieu de grandes tirades interminables, le concept de Bertrand Blier se fissure au fur et à mesure que le cinéaste l’oublie et c’est totalement incompréhensible. Ce choix, de partir autre part, d’oublier ces scénaristes, de pousser l’expérience plus loin, est incompréhensible, voire même agaçante, car si ce « Convoi exceptionnel » était resté comme sa première partie, c’est avec un grand oui qu’on l’aurait suivi pendant des heures encore, essayant de trouver, de comprendre, et même de jouer avec ce film. Et d’ailleurs, peut-être qu’à la deuxième lecture, le dernier-né de Bertrand Blier se révèlera plus clair, mais là, dans l’état entre déception et frustration, on n’a pas vraiment envie de s’y ré-aventurer. Reste alors le talent incroyable de ces comédiens, tous ces comédiens qui, si l’on décroche de ce « Convoi exceptionnel« , on ne décroche pas non plus complétement, parce que Bertrand Blier a réuni une troupe excellente de comédiens qu’on aime suivre.

Pur moment de cinéma pendant sa première partie qui pousse l’expérience loin au point d’en être jouissive presque à chaque instant, Bertrand Blier finit par perdre son « Convoi exceptionnel », faisant des choix incompréhensibles et frustrants. Je ressors donc déçu de ce dernier Blier, et j’espère de tout cœur que cet immense réalisateur ne conclura pas sa carrière sur cette touche-là.

Note : 08/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.