Body Bags

De : John Carpenter, Tobe Hooper et Larry Sulkis

Avec Tobe Hooper, Wes Craven, Greg Nicotero, Sam Raimi

Année: 1993

Pays: Etats-Unis

Genre: Horreur, Comédie

Résumé:

Depuis la morgue, un médecin légiste nous raconte les histoires de trois cadavres : « La station-service » (une étudiante trouve un job d’été comme caissière de nuit dans une station-service alors que rôde un tueur en série), « La chevelure » (un homme obsédé par son début de calvitie subit une opération destinée à lui faire repousser les cheveux) et « L’œil » (après un accident, un joueur de base-ball se fait greffer l’œil d’un meurtrier).

Avis:

On continue la découverte des années 90 de la filmographie de John Carpenter. Deuxième essai pour Big John, qui vient un an après « Les aventures d’un homme invisible » film de commande, fade, mais sympa à découvrir.

Petit ovni dans la filmographie de John Carpenter, ce téléfilm disponible en DVD chez nous est un peu un fantasme de cinéma dans son idée, puisqu’il est réalisé par deux maîtres de l’horreur, John Carpenter et le regretté Tobe Hooper.

Divisé en trois sketches, avec un narrateur excellentissime qui fait la liaison entre les films, ce téléfilm est assez inégal. Plaisant par moments, décalé en permanence, parfois drôle, mené par des acteurs excellents et des clins d’œil géniaux, « Body Bags » demeure néanmoins un film qui a très mal vieilli et qui livre des sketches improbables devant lesquels on ne sait trop quoi penser sur le coup, je pense notamment à « Les cheveux du Docteur Miracle » qui frise quand même le ridicule.

Depuis une morgue, un médecin légiste macabre et très malsain raconte les histoires terrifiantes de trois personnes qui ont eu des trajectoires quelque peu imprévues. Ainsi, on va découvrir une étudiante coincée dans une station-service, un homme obsédé par la perte de ses cheveux, ou encore un joueur de football américain qui se voit greffer un œil après un accident de voiture.

Oublié et plutôt méconnu, « Body Bags » est un film qui donnait envie de par le prestige de ses réalisateurs ou encore de son casting. John Carpenter joue le narrateur et il est absolument génial. C’est même L’IDÉE du film. Mais on trouvera aussi Tobe Hooper, Robert Carradine, Wes Craven, Sam Raimi, Stacy Keach, David Warner, Debby Harry ou encore Mark Hamill, avouez que ça fait un peu rêver.

Mais le rêve s’arrête ici, car à l’image, « Body Bags » est loin de provoquer les cauchemars que sa jaquette vantait. On a donc à faire ici à trois histoires plus qu’inégales. Les deux premières sont assurées par John Carpenter, tandis que la dernière sera aux mains de Tobe Hooper.

De ces trois sketches, il n’y aura pas vraiment grand-chose à en retenir. Sans être foncièrement désagréable, car il faut remettre le film dans son époque, on ne peut pas dire que ce soit extraordinaire. Le premier sketch est ultra classique et emprunte des chemins convenus. De plus, on regrettera un traitement de personnage assez imbécile et improbable. Franchement, cette femme, cette victime, n’a aucun instinct de survie. Reste néanmoins le plaisir de quelques scènes avec le regretté et immense Wes Craven, ainsi qu’une apparition pour Sam Raimi.

Le second sketch vaut lui le coup d’œil pour son histoire complétement tirée par les cheveux, qui pourra amuser au départ. Il est vrai que voir cet homme fasciné par les cheveux des autres pendant que sa calvitie pointe le bout de son nez est assez drôle. Malheureusement pour ce second film, le tout ira bien trop loin et le film vire au ridicule dans ses derniers instants. Dommage, surtout qu’il était tenu avec une autodérision géniale par Stacy Keach.

Et finalement, c’est le dernier sketch qui sera le plus intéressant, malgré un modèle ultra déjà vu. Un homme, suite à un accident de voiture, se voit greffer l’œil d’un tueur en série. Le tout est convenu et sans surprise, mais il se dégage quelque chose de bon du film et l’interprétation de Mark Hamill apporte beaucoup au plaisir de suivre ce petit bout de film. Et si John Carpenter ne s’est pas vraiment foulé dans sa réalisation pour les deux premiers sketches, on peut dire que Tobe Hooper aura réussi à donner une belle ambiance à sa partie.

Sur l’ensemble, ce n’est donc pas vraiment emballant et si l’on devait vraiment retenir quelque chose, alors nul doute que ce sont les inter-sketches qui priment. L’introduction malsaine est géniale ! Les apparitions et les répliques de Carpenter pour amener les histoires sont répugnantes et tordantes à la fois. Quant à la façon de conclure le film, c’est assez terrible, avec quelques petits effets gores vieillots certes, mais sympas et qui fonctionnent toujours.

« Body Bags » est certes une déception, car un film, même si celui-ci est un téléfilm, mené par Carpenter et Hooper, on en attendait plus et bien mieux, mais pourtant, malgré cette déception, je reste content de m’y être arrêté au moins une fois, surtout pour le rôle de John Carpenter, génialement dégueulasse. « Body Bags » est donc une petite curiosité à voir, même si elle est loin d’être marquante ou cauchemardesque.

Note : 9,5/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

L’avis d’AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net