octobre 30, 2020

Brave Story

Titre Original : Bureibu Sutôri

De : Kôichi Chigira

Avec les Voix de Taro Ishida, Takako Matsu, Eiji Wentz, Miki Imai

Année : 2008

Pays : Japon

Genre : Animation

Résumé :

Wataru, jeune écolier de 11 ans, ne rêve que d’une vie tranquille entouré de ses parents. Mais la réalité est toute autre : son père quitte la famille, laissant sa mère dans un état de choc tel qu’elle finit à l’hôpital. Wataru voit le monde s’écrouler autour de lui. Sa rencontre avec Mitsuru, le nouveau de sa classe, va tout changer. Il lui montre le chemin d’un monde magique où les souhaits deviennent réalité pour ceux qui le méritent.
En franchissant la porte qui mène à Vision, Wataru va enfin pouvoir changer son destin ! Il embarque alors dans une aventure fantastique, entouré de dragons, de chevaliers, de sorciers et de bien étranges créatures. Armé d’une épée magique, il part à la recherche des joyaux qui lui permettront de trouver la Déesse de la Destinée, ultime étape de sa quête initiatique, et qui pourra peut-être sauver sa mère et sa famille…

Avis :

Kôichi Chigira est pour le coup un nom assez méconnu en France. Alors pour faire court, histoire de peut-être remettre le réalisateur, Kôichi Chigira, c’est l’homme qui se cache derrière « Last Exile » ou encore des séries comme « Full Metal Panic !« , « Gate Keepers« , ou encore « After War Gundam X » mais aussi de « Brave Story« .

Et si « Brave Story » n’est certes pas le plus beau des animés que l’on ait pu voir, il a le mérite d’avoir son univers bien à lui et il nous entraîne dans une histoire qui est aussi originale qu’attachante, touchante et divertissante.

Wataru est un jeune de onze ans qui voit sa vie du jour au lendemain bouleversée. Premièrement, son père quitte le domicile familial afin de refaire sa vie avec une autre. Dans la même journée, sa mère est emmenée à l’hôpital, inconsciente et peut-être très malade.

Livré à lui-même, Wataru, qui a entendu parler d’une porte et d’un autre monde derrière appelé Vision qui se cache celle-ci, décide alors de la franchir afin de remplir une mission de héros. Une mission qui pourra l’emmener à rencontrer la Déesse de la Destinée qui lui exaucera un seul et unique vœu.

Une envie d’être envoûté devant une jolie petite histoire qui amènera à faire évoluer son héros ? Alors ne cherchez plus et arrêtez-vous sur « Brave Story« , ce petit aminé bercé d’héroic fantasy sorti discrètement en Février 2008 et oublié depuis.

La première chose qu’on a envie de retenir, même si elle demeure classique dans ses grandes lignes, c’est l’intrigue de « Brave Story« . Avec ce film, Kôichi Chigira nous offre une belle aventure et nous met à la hauteur de son petit garçon. Spectacle, bravoure et héroïsme vont être au programme de ces deux heures qu’on ne voit pas passer. Si l’on regrettera le manque cruel d’explication sur l’existence de ce monde ou encore sa réalité dans l’histoire, comme le tout est bon, on aurait aimé en savoir plus, mais le film n’ira jamais plus loin que le fait de nous dire que ce monde existe et c’est quelque peu frustrant, mais on restera toutefois charmé par son univers, par ses personnages et ses habitants ou encore les règles qui le régissent. Kôichi Chigira a creusé certains détails qui savent captiver, qui sont originaux et surtout, il a apporté une évolution à son jeune héros qui est intéressante. On appréciera les réflexions faites sur le bien, le mal, l’amour, la famille, l’amitié, l’envie, la peur, la vie, la mort… Bref « Brave Story » est riche en sujets, même si le tout reste prévisible, mais comme la morale véhiculée est belle et nécessaire, on lui pardonnera de n’avoir pas fait plus subtil.

« Brave Story » est un animé qui a sa petite tronche. Le réalisateur nous plonge dans un monde un peu fou qui peut paraître brouillon, parfois on peut passer du coq à l’âne, mais c’est aussi ce qui fait le petit charme de « Brave Story« . Et si la mise en scène est jolie, parfois poétique, d’autres fois, elle sait se faire prenante avec des scènes d’action très bien fichues. On lui retiendra, dans le mauvais sens du terme, des incrustations d’imageries 3D qui gâchent un peu les moments vécus, puisqu’elles se voient à l’écran. C’est dommage.

« Brave Story » est donc une belle surprise, même si elle est imparfaite. Aventures, réflexions, poésies et actions se trouvent sur le chemin de ce petit garçon très attachant. Je ne regrette donc pas de m’y être aventuré et malgré les coquilles, « Brave Story » donne envie de partir découvrir les autres œuvres du réalisateur.

Note : 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.