octobre 21, 2020

Peau d’Ane

De : Jacques Demy

Avec Catherine Deneuve, Yves Pignot, Jean Marais, Delphine Seyrig

Année : 1970

Pays : France

Genre : Comédie Musicale

Résumé :

La reine moribonde a fait promettre au roi de n’épouser qu’une femme plus belle qu’elle. Dans tout le royaume, une seule personne peut se prévaloir d’une telle beauté, sa propre fille. Revêtue d’une peau d’âne, la princesse désespérée s’enfuit du château familial.

Avis :

Réalisateur approchant de la nouvelle vague, sans y rentrer non plus, Jacques Demy est un réalisateur culte qui a fait les très beaux jours du cinéma français, avec notamment ses comédies musicales indémodables que sont « Les parapluies de Cherbourg« , « Les demoiselles de Rochefort« , ou encore « Peau d’âne« .

Et c’est sur « Peau d’âne » que je m’arrête aujourd’hui. Troisième collaboration entre le réalisateur et Catherine Deneuve, ce sixième film pour Jacques Demy nous invite dans un monde coloré, peuplé de rois et de princesses, peuplé de fées ambiguës et de Prince amoureux. En adaptant un des contes de Charles Perrault, Jacques Demy nous livre une fantaisie, qui certes a vieilli, et a tendance à partir dans le kitschouille, mais qui trouve pourtant un certain charme, qui envoûte et amuse.

Un Souverain aimé et aimant perd sa Reine d’une maladie. Avant que cette dernière ne rende son dernier souffle, elle lui fait promettre de n’épouser qu’une femme plus belle qu’elle. Les conseillers du Roi cherchent alors dans tous les royaumes, mais aucune Princesse n’est digne de la beauté de la Reine défunte. Il n’en reste alors qu’une seule, la propre fille du Roi. Ce dernier décide alors d’épouser sa propre fille. Habillée comme une souillon, cachée sous une peau d’âne, la Princesse quitte alors le château pour échapper à ces épousailles abominables.

La séance rétro du jour, c’est donc « Peau d’Âne » par Jacques Demy. Couleurs flashys, univers féerique et chanson mélancolique seront de la partie, pour un film amusant et envoutant, devant lequel on passe un bon moment.

« Peau d’Âne« , c’est un moment de cinéma bourré d’inventivité et bien plus que l’histoire qu’on connaît tous. Une histoire faite d’amour et de tristesse. Une histoire faite de désespoirs et de jolie happy end. Une histoire qu’on aime suivre, pour son intrigue, pour ses personnages, ou encore pour sa jolie morale amoureuse.

Mais bien plus que tout ceci, le « Peau d’Âne » de Jacques Demy, c’est avant tout un univers génial, riche et assumé. Un univers qui ose et qui mélange les styles, les couleurs et les éléments les plus improbables. Rétro et futuriste à la fois, hippie et traditionnel, démesuré et même ultra cliché dans ses décors, ses costumes ou ses volumes et pourtant terriblement emballant par son côté farfelu.

Et même si le film de Jacques Demy a pris un coup de vieux, et parfois pas qu’en bien, cette générosité un peu folle et totalement assumée qui le parcourt se trouve pleine de charme. Et ce qui aurait pu être des défauts ou des faiblesses (encore plus avec le temps qui passe) devient de l’agréable, du bonheur, de l’amusement et du cool.

Peau d’Âne, avec toutes ses couleurs, avec ce côté conte de fée hyper prononcée (rarement un film en aura fait autant de ce côté-là), est un film qui fait du bien au moral. C’est un film qu’on regarde, qu’on écoute et qu’on découvre, le sourire greffé sur le visage. C’est un film devant lequel on s’amuse. C’est un film qui nous entraîne dans son intrigue, son concept et ses chansons. C’est un film qui nous fait accepter même ses plus gros délires. Jacques Demy a su capturer une fantasmagorie qui rend le film indémodable et alors qu’il va sur ses cinquante ans, le plaisir est toujours là et l’envie de cinéma de son réalisateur et ses acteurs se ressent encore et toujours au travers de ce film.

« Peau d’Âne« , c’est aussi un film au casting magique. Un casting qui nous offre un double rôle pour Catherine Deneuve en Reine et Princesse. Un rôle qui lui va à ravir. Un rôle dans lequel l’actrice s’avère parfois drôle et touchante en même temps. Ce casting, c’est un Jacques Perrin génial en Prince, un peu cul-cul, il faut dire. Puis c’est aussi Jean Marais en Roi désespéré quelque peu égoïste. Un Jean Marais, qui, même si ce n’est certes pas son meilleur rôle, capture l’écran et ses scènes. On s’amusera avec Delphine Seyrig qui incarne une fée pour le moins malicieuse, toujours prête à inventer de nouveaux tours. Bref, ce casting est à l’image du film, envoutant, et même s’il a ses faiblesses, il reste bon, intéressant et de qualité.

« Peau d’Âne » est donc un bon et beau film que Jacques Demy nous offre. Sa proposition du film de Charles Perrault est pleine de charmes, de merveilles, de chansons envoutantes, d’acteurs qu’on aime suivre et découvrir. Enchanteur, parcouru d’humour et de naïveté, on prend plaisir à chaque moment. Ce film mérite bien son statut de film culte, et même si on a vu mieux chez Jacques Demy (« Les demoiselles de Rochefort« ), « Peau d’Âne » est un très bon cru.

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.