Main Dans la Main

De : Valérie Donzelli

Avec Valérie Lemercier, Jérémie Elkaïm, Béatrice De Staël, Valérie Donzelli

Année : 2012

Pays : France

Genre : Drame

Résumé :

Quand Hélène Marchal et Joachim Fox se rencontrent, ils ont chacun des vies bien différentes. Hélène dirige la prestigieuse école de danse de l’Opéra Garnier, Joachim, lui, est employé d’un miroitier de province.
Mais une force étrange les unit. Au point que, sans qu’ils puissent comprendre ni comment, ni pourquoi, ils ne peuvent plus se séparer.

Avis :

Comédienne française, Valérie Donzelli s’est imposée petit à petit dans le paysage du cinéma français. De petits rôles en plus gros, elle a su amuser et séduire. Et alors qu’elle tourne très régulièrement pour le cinéma, comme pour la télévision, Valérie Donzelli s’est laissée tenter par la réalisation. Après deux courts-métrages, elle présente son premier long, « La reine des pommes« , qui récolte de bonnes critiques, malgré un succès en salle très futile, puisque le film fait à peine trente mille entrées. Le succès viendra de son deuxième long-métrage « La guerre est déclarée« . Film intime, puisqu’il s’inspire de la vie de la réalisatrice et de son compagnon, apprenant la maladie de leur nouveau-né, « La guerre est déclarée » confirme les talents de metteur en scène de Valérie Donzelli.

Pour son troisième film, Valérie Donzelli, toujours accompagnée de son amoureux Jérémie Elkaim, a décidé de faire dans la fantaisie. « Main dans la main » avait de jolis arguments pour être un bon moment tendre et comique de cinéma. L’idée était bonne et amusante, le couple de son film pas si évident, et pourtant, il débordait de charme, et on espérait retrouver l’émotion et la simplicité de « La guerre est déclarée« . Mais malgré un début très prometteur et de belles idées, « Main dans la main » finit par s’embourber dans un film agaçant, lourd et forcé. Un film dont on ne comprend pas vraiment où il va, et ce que la réalisatrice veut nous dire. Bref, un raté, qui avait portant très bien commencé.

Quand Joachim rencontre Hélène, il se passe quelque chose d’étrange, quelque chose d’inexplicable. Quand Joachim rencontre Hélène, ils ne peuvent plus se passer l’un de l’autre. Et quand on dit, ils ne peuvent plus se passer l’un de l’autre, c’est-à-dire qu’ils sont attirés comme des aimants magnétiques, sans même le vouloir. Là où l’un va, l’autre le suit au pas. Ne pouvant se décrocher, ils vont alors être obligés de cohabiter et cette cohabitation est loin d’être gagnée, puisqu’ils viennent tous deux de milieux très différents et ils ont bien du mal à se supporter…

Quelle déception que cette « Main dans la main« … Au début, le nouveau film de Valérie Donzelli fonctionne très bien. Cette rencontre improbable marche, il y a une belle alchimie qui se dégage du film et de ses comédiens. L’idée de départ est bonne et Valérie Donzelli l’assume totalement. Il y a quelque chose de féerique qui se dégage de son film. L’humour fonctionne, les gags et les répliques amusent… Bref, on est sous le charme de ce film pas comme les autres.

Mais très vite, on va déchanter. Très vite, le film a tendance à tourner en rond. L’intrigue n’avance pas, elle s’embourbe, le charme s’estompe, et finalement, le film se fait piéger aussi bien dans son intrigue que dans sa mise en scène.

Dans son intrigue, « Main dans la main » résonne comme un film creux, car hormis l’idée de départ qui est amusante, finalement, « Main de la main » n’évoque, ni n’aborde pas grand-chose. Valérie Donzelli veut parler de la solitude, de l’amour, du coup de foudre, mais elle ne fait qu’effleurer ces sujets et finalement, plus le film avance et plus on reste à se demander de quoi Valérie Donzelli veut nous parler avec ce film.

De plus, l’alchimie qu’on trouvait au début entre Valérie Lemercier et Jérémie Elkaim finit, elle aussi, par s’estomper. Si les deux étaient amusants au départ, ils vont très vite devenir lourds et entrer dans leur propre caricature. Valérie Lemercier en bourgeoise coincée agace et Jérémie Elkaim finit par ne donner aucune conviction à son texte, balançant ses répliques en espérant que son phrasé si particulier fasse l’affaire.

On ajoutera à cela une mise en scène plate, des gags qui tombent à l’eau et qu’on ne comprend pas et le plus insupportable, les voix off de tous les personnages qui sortent de n’importe où.

Reste simplement les belles images de Donzelli. Reste cette photographie jolie et minutieuse. Reste ce final à New-York visuellement poétique. Ainsi, qu’une scène amusante avec une Lemercier presque nue qui déambule dans Paris, telle une Cendrillon en fuite…

Bref, l’idée de départ était bonne, mais elle ne fonctionne pas finalement. Si « Main dans la main » détient de bons éléments et des scènes amusantes, l’originalité du projet tombe très vite à l’eau et finalement, on se retrouve devant un film ennuyeux et un brin agaçant.

C’est vraiment dommage que l’intrigue et la mise en scène se soient autant perdues. Comme quoi, il ne suffit pas d’avoir un univers marquant et une idée originale pour que le film fonctionne. En espérant que le prochain soit mieux.

Note : 07/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net