avril 16, 2021

Dear Wendy

13695079_1364884446858294_1158784217_n

De : Thomas Vinterberg

Avec Jamie Bell, Bill Pullman, Michael Angarano, Danso Gordon

Année: 2004

Pays: Danemark, France, Etats-Unis, Angleterre, Espagne, Italie, Allemagne, Pays-Bas

Genre : Drame

Résumé :

Dick, 18 ans et solitaire, vit dans une petite ville minière. Un jour, un petit revolver tombe entre ses mains, il se sent irrésistiblement attiré par cet objet, et ceci malgré ses convictions profondément pacifistes. Avec ce nouvel ami, il va bientôt convaincre les autres jeunes désœuvrés de la ville de le rejoindre dans un club secret « Les Dandys », club basé sur les principes du pacifisme et des armes. Malgré leur foi dans la règle première du Dandy – ne lève jamais ton arme – bientôt les membres du club vont se trouver dans une situation difficile lorsqu’ils réalisent que les règles sont faites pour être brisées.

Avis :

Tout le monde connaît le réalisateur danois Thomas Vinterberg pour deux de ses films particulièrement. Le premier « Festen« , étant sorti en 1998 et pour « La chasse« , un film plus récent (2012) qui connut un très beau succès ô combien mérité.

Mais bien entendu, Thomas Vinterberg ne se résume pas à ces deux films. Son cinéma est riche et jouit de jolies perles peu connues comme « Submarino » ou encore ce western moderne qu’il a livré en 2005 et qui est passé inaperçu ce qui est bien dommage, car avec ce film ovni, le réalisateur s’est encore associé au grand Lars Von Trier pour livrer un film bien plus dur, critique et sombre qu’il ne le laissait paraitre.

13689292_1364884526858286_1485739856_n

Dans une petite ville minière, Dick est un jeune homme solitaire plutôt discret. Pacifiste de conviction, un jour, il apprend que le petit revolver qu’il avait acheté pour un ami, et qu’il prenait pour un jouet, est finalement une véritable arme. Alors qu’il aurait dû s’en séparer, Dick se sent étrangement proche de l’arme. Avec un ami, passionné d’arme à feu, il décide de créer le groupe des Dandys. Ce groupe aura pour but d’être pacifiste et pourtant, chacun sera armé. Il ne faudra jamais sortir son « compagnon ». Les « compagnons » auraient pour seul but de donner du courage et de la valeur aux Dandys. Ainsi, loin du regard des autres, se sachant armés, ils pourraient vivre autrement et sortir de l’image de looser qui leur colle à la peau.

Étonnant que ce « Dear Wendy« . Écrit par Lars Von Trier, réalisé par Thomas Vinterberg, « Dear Wendy » s’apparente aussi bien à une petite comédie qu’un western avec des ados en tête d’affiche et dans un sens, c’est ce que l’on va trouver. À bien des égards « Dear Wendy » est une petite comédie qui tourne au drame. C’est un petit film qui amuse et divertit aussi, mais pas que… Car derrière la comédie dramatique qu’est « Dear Wendy« , Thomas Vinterberg nous a réservé un film bien plus sombre et surtout critique.

« Dear Wendy« , c’est avant tout une critique construite et ténue sur le rapport que l’homme entretient avec les armes à feu et la puissance que cela lui donne. Alors que ces personnages se revendiquent pacifistes et que le règlement qu’ils se sont inventé leur défend d’utiliser leurs armes, ils vont se laisser entraîner dans une spirale infernale qui ne pourra que mal se finir.

« Dear Wendy« , c’est posséder une arme pour se rassurer et se sentir en sécurité. Ce qui n’est pas sans rappeler un bon nombre d’Américains. Mais posséder une arme, même avec les idées les plus pacifistes possibles, finira toujours par amener la violence et voilà le constat un peu simple mais vrai que vont faire les deux réalisateurs avec ce film.

Partant sur de bonnes intentions, le voyage initiatique que vont vivre les personnages est passionnant de par ce qu’il nous raconte et comment on nous le raconte, et surprenant de par sa façon unique de s’évader des sentiers battus. Visuellement, « Dear Wendy » dégage une bonne ambiance et un fort caractère. On notera le travail sur les costumes qui s’avère être un excellent délire qui donne un cachet certain au film.

Thomas Vinterberg nous présente un film singulier et unique en son genre. « Dear Wendy » est un drame de société aux allures de western. Le scénario s’arrête de manière très prononcée sur la fascination qu’une arme à feu peut développer sur certains. Alors c’est vrai qu’ici le réalisateur pousse la fascination très loin, mais c’est pour mieux soutenir son propos et sa caricature et c’est tout à fait ce qu’il fallait ici.

« Dear Wendy« , c’est aussi des comédiens investis dans leurs rôles. Des comédiens qui débordent d’amour pour leur arme à feu et ils nous le font très bien ressentir. Emmené par Jamie Bell, Thomas Vinterberg a réuni ici un joli panel de futurs grands comédiens. En plus de Jamie Bell, on retrouve la talentueuse Alison Pill, le sympathique et trop rare Michael Angarano ou encore le « Sherminator » Chris Owen. On notera aussi l’excellent Bill Pullman en Shérif ou l’impeccable Novella Nelson.

13734564_1364884590191613_272803881_n

Démonté par la presse à sa sortie, on sera surpris de voir que non seulement le film est bien, mais qu’il est aussi très apprécié par ceux qui l’ont vu. « Dear Wendy » est donc un film intéressant qui mérite qu’on s’y arrête pour son ton décalé et unique, mais aussi et surtout pour le message qu’il véhicule sur les armes à feu et la protection individuelle mais aussi pour sa réflexion sur l’importance qu’elles vont ressentir à celui qui en détient une. Bref, « Dear Wendy » est un bon film à découvrir.

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.