mai 16, 2021

Débarquement Immédiat

13820868_1370275106319228_1905507650_n

De : Philippe de Chauveron

Avec Ary Abittan, Medi Sadoun, Cyril Lecomte, Slimane Dazi

Année : 2016

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

C’est l’histoire d’un flic de la police des frontières qui ramène un gars dans son pays, sauf que ce n’est pas le bon gars et ce n’est pas le bon pays…

Avis :

Après le succès phénoménal de « Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu« , Philippe de Chauveron n’a pas perdu son temps et s’est très vite remis au boulot. Et voilà que deux ans à peine après, le réalisateur nous revient avec une nouvelle comédie, en compagnie d’une partie de des acteurs de son précédent film qui sont aujourd’hui devenus de vraies vedettes.

S’aventurant dans le domaine de la comédie policière, Philippe de Chauveron a donc réuni Ary Abittan et Medi Sadoun pour un voyage qui va éprouvant, aussi bien pour ses personnages que pour son spectateur. Le cinéma français regorge de pépites qui sont bien trop boudées et non vues suite à cette phrase horrible utilisée par beaucoup : « – Je n’aime pas le cinéma français … ». Mais voilà, il faut bien avouer que bien souvent, ce ne sont pas les bons films qui jouissent d’une belle promo. D’ailleurs, la plupart des films français, pour ne pas dire tous, qui jouissent d’une belle promo sont de belles daubes. On a qu’à prendre les exemples de ceux qui sont sortis depuis le début de l’année, « Camping 3« , « Les visiteurs, la révolution« , « Les Tuches 2« , « La tour 2 contrôle infernale » … Bref, autant de films qui n’aident pas à aimer le cinéma français et ce « Débarquement Immédiat » est bel et bien à ranger dans cette case.

13734655_1370275246319214_1358463157_n

José Fernandez est un flic qui travaille dans la police des frontières. Son métier consiste à prendre l’avion afin de raccompagner les expulsés dans leur pays d’origine. José a pris ce boulot et a attendu patiemment d’accéder au poste de ses rêves. José rêve d’intégrer la B.R.I. et il est enfin muté. Plus qu’une mission. Cette dernière mission consiste à ramener Monsieur Karzaoui à Kaboul. L’homme se dit victime d’une erreur judiciaire. Il n’est pas Karzaoui. Il est agité. José, qui pensait trouver un dernier vol ordinaire pour une dernière mission ordinaire, va avoir l’éprouvante surprise qui fait que rien, absolument rien, ne va aller. José ne le sait pas encore, mais ce vol de deux jours va alors être la pire semaine de sa vie.

« Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu » n’était déjà pas terrible et franchement douteux sur certains de ses propos. Mais là, pour le coup, Philippe De Chauveron, dont la carrière n’a jamais été un exemple de réussite, a touché le fond, et le truc, c’est qu’il creuse encore.

Dès le début de son film, l’humour est lourd. Les personnages sont lourds et son film se dégage un côté qui se veut cool et fun, mais qui finalement agace au plus haut point. Dès le début, on reste comme éblouit par tant de clichés, de mauvais goût, et un peu pour se rassurer, on se dit que Philippe De Chauveron ne pourra que s’améliorer dans ce qu’il va nous raconter. Le film avance, c’est de plus en plus lamentable et finalement, c’est avec le même éblouissement que l’on comprend que le réalisateur et ses deux acteurs qui sont insupportables, ne vont faire que s’enfoncer de plus en plus.

« Débarquement Immédiat« , dans son fond, n’est pas une si mauvaise idée que ça. On peut même dire qu’il y avait matière à faire une vraie comédie. Une comédie à la « Midnight Run » et le tout, en gardant un fil rouge intéressant qui porterait un regard sur les politiques d’immigration. Mais le peu que le film pouvait avoir d’intéressant dans ses idées est envoyé balader par un scénario creux, lourd, flémard, qui use de raccourcis et de facilités de façon outrancière. En plaçant son avalanche de gags pas drôles, le réalisateur espère alors tenir son spectateur sur un humour d’jeuns. Un humour qui place la vanne qui tue. Un humour qui se veut comique avec des situations toutes plus rocambolesques les unes que les autres. Mais à la place de nous faire sourire, le réalisateur et ses deux acteurs en font tellement trop qu’en à peine vingt minutes, on sature. On notera par la même occasion que le film n’est qu’un long et immense cliché à lui seul. En voulant rire de sujets sensibles, comme l’immigration, les espoirs des réfugiés ou les camps de réfugiés après les traversées, Philippe De Chauveron sombre à tout instant dans la caricature. Et si cette caricature se voulait drôle, c’est là encore raté. Et si elle essaie de dédramatiser les choses, le rendu est assez de mauvais goût.

De plus, le film est éprouvant dans sa mise en scène qui en fait des tonnes et des tonnes. Là encore, on voit bien que le réalisateur veut faire un film cool. Allant de rebondissements en rebondissements, offrant des scènes assez ridicules tant elles sont lourdes ou convenues, « Débarquement Immédiat » ne nous laisse pas le temps pour souffler. Mais malgré ce rythme infernal, paradoxalement, on s’ennuie ferme. Aucunement drôle, vous l’aurez compris, Philippe De Chauveron n’arrive pas à faire qu’on s’intéresse à ce qui se passe sur l’écran devant nous. Et il n’arrive pas non plus à faire qu’on s’attache à ses personnages.

Des personnages qui sont insupportables, car là aussi, le réalisateur nous offre des caricatures qui ne sont pas drôles, et qui sont surtout dégradantes. Entre le flic beau gosse, qui a une vie amoureuse difficile qui finit par se confier à son détenu, (bien évidemment, il est avec une bombe) et l’algérien qui a un accent à couper au couteau qui agace (d’ailleurs, on pourrait croire que forcément s’il est algérien, il est con, tant le personnage joué par Medi Sadoun est d’une bêtise affligeante) l’ensemble est navrant et encore une fois cliché et de mauvais goût. « Débarquement Immédiat« , c’est aussi le collègue débile en manque de cul qui n’a aucune limite. Le pilote d’avion débile lui aussi, d’une vulgarité sans nom. Le cliché ira bien entendu jusqu’à nous présenter un personnage au physique ingrat, persuadé qu’il va baiser à tout-va. Évidemment, le steward de l’avion est gay. Bref, je vais m’arrêter là ! Tous les personnages sont d’atroces caricatures.

13820860_1370275119652560_1828969422_n

Donc à force de vouloir trop en faire, de trop vouloir nous faire rire, Philippe De Chauveron nous saoule, et l’on ressort de « Débarquement Immédiat« , essoufflé, tendu et catastrophé par la bêtise des clichés et de son histoire, par ces scènes et ces rebondissements qui ne tiennent pas debout et enfin ces personnages qu’on n’aime pas et qu’on a envie de gifler par pur plaisir.

Note : 03/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.