mai 16, 2021

Des Hommes Sans Loi

des-hommes-sans-loi-lawless-2925

Titre Original: Lawless

De : John Hillcoat

Avec Shia LaBeouf, Tom Hardy, Gary Oldman, Mia Wasikowska, Jessica Chastain, Jason Clarke, Guy Pearce

Année: 2012

Pays: Etats-Unis

Genre: Drame

Résumé:

1931. Au cœur de l’Amérique en pleine Prohibition, dans le comté de Franklin en Virginie, état célèbre pour sa production d’alcool de contrebande, les trois frères Bondurant sont des trafiquants notoires : Jack, le plus jeune, ambitieux et impulsif, veut transformer la petite affaire familiale en trafic d’envergure. Il rêve de beaux costumes, d’armes, et espère impressionner la sublime Bertha… Howard, le cadet, est le bagarreur de la famille. Loyal, son bon sens se dissout régulièrement dans l’alcool qu’il ne sait pas refuser… Forrest, l’aîné, fait figure de chef et reste déterminé à protéger sa famille des nouvelles règles qu’impose un nouveau monde économique. Lorsque Maggie débarque fuyant Chicago, il la prend aussi sous sa protection. Seuls contre une police corrompue, une justice arbitraire et des gangsters rivaux, les trois frères écrivent leur légende : une lutte pour rester sur leur propre chemin, au cours de la première grande ruée vers l’or du crime.

Avis:

Les faits divers et les histoires réelles inspirent beaucoup les scénaristes et les producteurs. Tout comme les best-sellers, les histoires sont déjà toutes prêtes et il n’y a pas besoin de chercher une idée folle rien que pour le cinéma. John Hillcoat, le réalisateur du film La Route, tiré d’un roman, s’inspire maintenant d’une histoire vraie durant la prohibition, avec des frères trafiquant de l’alcool pour se faire un maximum d’argent. La question qu’il faut d’abord se poser est: l’histoire est-elle vraiment idéale pour en tirer un bon film? Car on pourrait raconter l’histoire d’un personnage lambda, éblouissant sur un fait sans que cela soit vraiment intéressant. Sauf que là, la fratrie possède une légende bien à elle, celle d’être invincible et increvable. Du coup, quand on regarde la bande-annonce, on s’attend à un film axé action, où les gunfights sont nombreux et les décors sublimes. Mais qu’en est-il vraiment quand on sait que bien souvent, une bande-annonce annonce tout le film et garde les meilleurs moments? Des Hommes Sans Loi fait-il partie de ces films décevants car on en attendait trop? Je pense que oui, surtout par rapport à l’histoire évoquée. Mais pour en savoir plus, allons en 1931 voir les frères Bondurant et leur distillerie de Brandy.

L’histoire est assez intéressante et dévoile la vie d’une famille connue au Etats-Unis, en 1931, en pleine prohibition. Les frères Bondurant fabriquent de l’alcool au noir, et ils se font un petit nom en Virginie. Sauf que ce renom va plutôt leur porter préjudice, car un agent spécial de Chicago, psychopathe de son état, va les harceler, les blesser, pour mieux les tuer ou au pire les arrêter. Tenailler entre leurs espérances et leur sérénité, ainsi que leurs idéaux, les trois frères vont devoir affronter une police corrompue et un agent spécial très coriace. Voilà le pitch de départ pour un film relativement simpliste, qui va surtout jouer la carte de la sobriété et celle des relations humaines. En effet, bien loin de la bande-annonce mensongère qui laisse présager des gunfights à tout-va, le film demeure lent et prend son temps pour montrer des personnages assez charismatiques. Ainsi, on aura Forrest, l’aîné de la famille, qui fait figure de chef et dont la carrure impose le respect. On a aussi Howard, le bagarreur et le fêtard, loyal envers son grand frère. Puis on a Howard, le plus jeune, le plus ambitieux, celui qui veut faire du trafic à grande échelle pour gagner plus, afin d’avoir une vie rêvée et de plaire à la fille du pasteur. Comme on pet le voir, les mentalités de chacun sont très différentes et les ambitions très différentes. C’est le parti pris que va choisir Hillcoat en proposant un film assez lent, à la photographie soignée mais où le relationnel prime sur l’action. Ainsi, un bon nombre de spectateurs risquent fort d’être déçus en remarquant le peu d’action que comporte le film en proportion de la bande-annonce. Mais cette histoire montre aussi que la pugnacité demeure toujours félicitée et que les plus méchants ne sont pas toujours ceux que l’on croit, car si les Bondurant demeurent des voyous, ils ne tuent personne, contrairement à l’agent spécial qui se croit au dessus des lois. Au-delà de l’histoire et du scénario, le film possède une ambiance qui colle parfaitement avec ce clivage entre western et âge moderne et les décors, oscillant entre les villes fantômes des USA et la décadence des grandes villes, montrent parfaitement cette transition si difficile pour les States. Hillcoat dresse un portrait intéressant et franchement bien foutu, avec des images qui restent, comme la tentative d’assassinat dans la neige.

623274be0d8749c438aff6f1429b6b90_des-hommes-sans-loi-photo-4fba0455202a7

Il n’est pas bon cet alcool, entre mon envie de vomir et le coma éthylique de mon frère, il va falloir faire quelque chose!

Malgré quelques longueurs dans le métrage, le casting est aux petits oignons, mettant en avant des têtes connus du cinéma actuel. Ainsi, dans le rôle du grand frère et du chef de famille, on a droit à Tom Hardy, le Bane de The Dark Knight Rises, qui affiche un physique toujours aussi imposant malgré les guenilles qu’il porte. Très silencieux et hautement charismatique, il demeure très convaincant et très attachant. Mais la surprise viendra de Shia LaBeouf, acteur que je n’apprécie pas normalement, et qui me surprend dans ce rôle. Jouant les jeunes ambitieux, il reste très attachant de part sa relation avec son meilleur ami et la jeune demoiselle qu’il veut séduire. C’est la deuxième fois qu’un jeune acteur me prouve qu’il ne faut jamais rester sur ses aprioris (le premier étant Josh Hutcherson dans Detention). L’autre grand coup vient de Guy Pearce, visiblement l’acteur fétiche de Hillcoat, qui joue l’agent spécial taré et qui le fait avec une grande prouesse. Il faut dire qu’avec sa tronche et sa coupe de cheveux, il n’avait pas grand-chose à faire! On notera aussi les rôles tout en sobriété de Jessica Chastain et de Mia Wasikowska, qui demeurent agréables et jouent très bien leurs rôles. Un petit bémol sur Gary Oldman, non pas sur son rôle, qu’il tient à merveille, mais sur ses trop courtes apparitions et l’inutilité de son personnage, pourtant gangster reconnu. Enfin, Jason Clarke est le troisième frère, celui du milieu, mais demeure moins agréable que les deux autres et moins charismatique. Mais il faut reconnaître que tout ce petit monde tient bien son rôle et que John Hillcoat semble être un excellent directeur artistique. On se prend au jeu, on vit ces aventures avec eux et du coup, on peut dire que malgré quelques longueurs on rentre bien dans le film.

Au final, Des Hommes Sans Loi demeure un excellent film, mais qui pêche par plusieurs aspects. Le premier et le pire de tous, c’est la longueur de certaines scènes, car le film prend son temps. Le deuxième, c’est la bande-annonce mensongère qui laisse présager des gunfights à tout-va et des règlements de compte à tout bout de champs, alors que le film est plus une histoire de frères qu’autre chose. Néanmoins, et malgré ces quelques défauts, le film se laisse regarder et on prend plaisir à suivre la vie de cette fratrie. On en attendait surement un peu plus, la faute à une publicité mensongère. Mais globalement, c’est plutôt bon.

Note: 14/20

Image de prévisualisation YouTube

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.