octobre 28, 2020

Dolly Parton – Blue Smoke

DOLLY_1-3

Avis :

S’il y a bien un genre musical peu répandu en France, c’est la country. Style typiquement américain aux sonorités rapidement reconnaissables, ce genre, sans raison apparente, subit maintes moqueries de par son affiliation direct avec les Etats-Unis et cette imagerie kitsch, comprenant le chapeau de cowboy et une bande de vieux en train de danser en suivant une chorégraphie au millimètre. Et il faut dire que lors des conventions américaines, les français ont bien du mal à ne pas ringardiser ce style musical tant les fans sont dans le cliché absolu. Cependant, ce genre très répandu outre-Atlantique connait des stars de renommée internationale et dont la musique leur a ouvert les portes vers d’autres médiums comme le cinéma. C’est le cas de Dolly Parton que l’on connait plus souvent à son tour de poitrine ahurissant et à sa nomination dans la chanson Le Jerk de Thierry Hazard, qui chante de la country depuis l’âge de ses douze ans. Et c’est assez étonnant qu’elle ait si peu passé les frontières de son pays pour venir se frotter au marché français, car Blue Smoke est son cinquantième album et qu’elle a même son étoile sur le Hollywood Boulevard. Mais combien d’artistes américains ayant un culte dans leur pays demeurent relativement peu connu dans notre pays ? Cela reste un mystère, mais il est peut-être temps de réparer un petit tort en revenant sur ce dernier album sympathique mais plutôt conventionnel.

Le skeud débute avec Blue Smoke, titre éponyme de l’album, et il s’avère plaisant mais relativement symptomatique de l’ensemble de l’effort. Il faut dire que la chanteuse ne fournit pas de nouveauté dans ce morceau, officiant dans une country hyper classique, à grand renfort de guitare sèche et rythmique si propre à ce genre. Entre les distorsions de la gratte en introduction, puis les chœurs sur les fins de phrase, on a vraiment l’impression de faire un bond en arrière avec un titre classique. Alors certes, on a la sensation de se retrouver au Texas avec un chapeau sur la tête accoudé à une barrière regardant un cowboy ligoter un veau, mais il manque clairement une petite dose de folie pour en faire un titre fort intéressant. Et ce ne sera pas le seul au sein de l’album puisque l’on pourra recenser If I Had Wings et son violon que l’on retrouve très souvent dans les westerns ou encore Lover du Jour, un titre avec du français dedans et qui demeure assez risible malgré un technique musicale irréprochable. Néanmoins, la chanteuse essaye aussi d’innover un peu et de se lancer dans un mélange des genres assez surprenant, avec notamment Home, un mélange de country, de rock et de pop rock assez proche de Simple Plan par exemple. On se retrouve donc devant un morceau assez frais, très commercial, mais qui montre que malgré ses 70 piges, Dolly Parton tient toujours la forme.

VH1 Divas Celebrates Soul - Arrivals

Parce qu’on n’en connait pas beaucoup des artistes de cet âge qui assure encore derrière un micro, sur scène et dans un studio pour enregistrer encore et toujours, animé par la passion de la musique. Et franchement, son timbre de voix colle parfaitement au style country et on retrouvera certains titres fort plaisants à grands coups de banjo comme Don’t Think Twice. Mais le vrai talent de la chanteuse éclate avec les ballades et ses duos qu’elle pratique de manière continue au sein de l’album. On trouvera une certaine douceur avec You Can’t Make Old Friends en duo avec Kenny Rogers ou encore From Here to the Moon and Back avec Willie Nelson. Enfin, difficile de ne pas entendre la superbe voix de la chanteuse dans l’introduction du titre Banks of the Ohio, entièrement a capella, et qui montre toute l’étendue vocale de Dolly Parton malgré son âge respectable. En fait, le seul reproche que l’on peut faire à cet album, c’est qu’il reste très classique et ne recèle d’aucune surprise. Oscillant constamment entre titre énergique country/rock et ballade typiquement ricaine, le skeud a du mal à trouver une certaine identité et peut se fondre facilement dans la masse des productions country que seuls les plus rompus peuvent connaître.

Au final, Blue Smoke, le dernier album en date de Dolly Parton, est un joli moment, un skeud assez transparent, passe partout, mais qui peut être une parfaite initiation pour les néophytes. Il s’agit d’un album classique, avec son lot de titres intéressants mais qui possède une ambiance un poil ringarde, affichant clairement une vision cliché des States. Mais quoiqu’il en soit, Dolly Parton mérite un respect éternel pour l’ensemble de sa carrière et pour cette forme olympienne qu’elle tient encore.

  1. Blue Smoke
  2. Unlikely Angel
  3. Don’t Think Twice
  4. You Can’t Make Old Friends feat Kenny Rogers
  5. Home
  6. Banks of the Ohio
  7. Lay Your Hands on Me
  8. Miss You – Miss Me
  9. If I Had Wings
  10. Lover du Jour
  11. From Here to the Moon and Back feat Willie Nelson
  12. Try

Note: 12/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.