avril 16, 2021

Les Tueurs

18776804.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre Original : The Killers

De : Robert Siodmak

Avec Burt Lancaster, Ava Gardner, Edmond O’Brien, Albert Dekker

Année : 1946

Pays : Etats-Unis

Genre : Policier

Résumé :

Un soir, dans une petite ville qui traverse la route nationale, arrivent deux inconnus. Ils cherchent quelqu’un. Ce sont des tueurs à gages. Leur victime sera un autre inconnu, Pete Lunn, installé depuis peu dans cette modeste bourgade et qui tient un poste d’essence. Pete Lunn, prévenu de leur arrivée, ne cherche cependant pas à s’enfuir et attend avec fatalisme qu’ils l’abattent. Mais Lunn avait souscrit à une assurance sur la vie.
La compagnie d’assurance désigne l’un de ses détectives, James Reardon, pour enquêter sur cette affaire. Interrogeant les témoins et ceux qui ont connu Pete Lunn, Reardon reconstitue le puzzle mystérieux… La vie de Lunn, dit le « Suédois ». Cet ancien boxeur a participé au hold-up d’une usine, avec des gangsters. Pourquoi ? Par amour. Mais en faisant connaissance de la trop belle Kitty, Pete Lunn s’est perdu. « Roulé » par les gangsters et par Kitty, il était déjà un mort en sursis après la trahison de celle qu’il aimait. Voilà pourquoi il a attendu la mort avec résignation.

Avis :

Le film noir est un film à part entière qui a connu ses heures de gloire dans les années 40/50. Oscillant entre le policier et le thriller, le film noir possède une intrigue complexe et tourne autour de personnages souvent malsains ou ayant une grande part d’ombre. Parmi les plus grands noms du genre, on retrouve des films comme En Quatrième Vitesse de Robert Aldricht, qui inclut même une partie fantastique dedans ou encore Assurance sur la Mort de Billy Wilder. En 1927, un certain Ernest Hemingway (le Vieil Homme et la Mer, Pour Qui Sonne le Glas) écrit une nouvelle, Homme Sans Femme, et en 1946, Robert Siodmak (La Double Enigme, Passion Fatale…) en signe une adaptation sous le titre Les Tueurs, film pour lequel Hemingway sera enchanté, déclarant qu’il s’agit pour lui de la meilleure adaptation d’un de ses œuvres. Dans sa grande mansuétude, Carlotta signe une restauration incroyable pour un film qui revient sur le devant de la scène et c’est tant mieux.

18883953.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Là, elle me masse les épaules, mais dans l’intimité, elle me masse le scrotum !

Le scénario est un joli puzzle. Le film s’ouvre sur un duo de tueurs qui souhaite retrouver un certain Pete Lunn, dit le suédois. Ce dernier, las, se laisse abattre. Mais il avait souscrit une assurance vie que touche une femme de chambre qui le connaissait à peine. En ayant souscrit une assurance, un détective est mis sur l’enquête pour résoudre le meurtre. Cette enquête va le mener dans la vie de Pete Lunn, de ces matchs de boxe à son implication dans un braquage et un partage qui se passe mal. Comme dans tout film noir qui se respecte, il y a une femme fatale dans l’histoire et elle sera plus ou moins la clé de l’histoire.

S’inscrivant dans la même veine que les films noirs précédemment cités, Les Tueurs impose une mise en scène incroyable doublée d’une narration très intéressante. Ainsi, le film commence par un meurtre de sang-froid qui impose le respect et attire irrémédiablement le spectateur. Les tueurs sont classes, il y a un charisme fou qui s’échappe de la pellicule et tout ce qui faisait le charme des films de cette époque est bien là. Au même titre que L’Ultime Razzia ou Le Baiser du Tueur de Stanley Kubrick, le noir et blanc sied à merveille à ce genre de film, lui donnant encore plus de classe. Bien entendu, le charisme des acteurs est l’une des clefs de ce genre de film et on en aura pour notre grade. Non seulement les personnages secondaires sont très intéressants, mais en plus, les acteurs principaux sont incroyables, à l’image de Burt Lancaster dont c’est e premier rôle ou encore la sublime Ava Gardner qui dégage un charme et une beauté folle.

Mais au-delà de tout ça, la narration choisie est excellente. En effet, le fait de commencer par le meurtre donne un élément mystérieux sur les raisons de ce meurtre. Et par la suite, le fait de remettre dans l’ordre les évènements de la vie de Pete Lunn permet aux spectateurs de mettre à chaque fois une pièce du puzzle, pour arriver à la fin à un canevas complet. On retrouve cette narration dans Assurance sur la Mort de Billy Wilder mais aussi dans Fedora du même réalisateur. L’ambiance du film est parfaite, donnant dans la manipulation et le charme et on retrouvera la place de la femme comme être séduisant et manipulateur. C’est assez drôle de voir le machisme qui règne dans ce genre de film, montrant la femme faible au départ, pour la rendre mesquine et finalement plus maline et forte que le mâle. Les Tueurs ne dérogera pas à cette règle mais on peut aisément comprendre que les hommes se soient fait berner par la belle, que dis-je, la sublime Ava Gardner.

18955494.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Je devrais peut-être lui dire que fumer tue…

Au final, Les Tueurs est un excellent film noir doublé d’un casting de luxe et d’une mise en scène classieuse. S’il fallait choisir une liste de films noirs, aucun doute que celui-ci serait dans le trio de tête tant par son intrigue et que par sa narration intéressante. D’autant plus que le bluray de chez Carlotta est une pure merveille, avec une image parfaite et un son de grande qualité et que les bonus sont légions et très intéressants !

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.