juillet 15, 2024

Slash feat Myles Kennedy and the Conspirators – 4

Avis :

Parmi les « Guitar Hero » qui sont des stakhanovistes accomplis, on peut aisément citer Slash, mythique gratouilleur de chez les Guns n’Roses, qui accumule les projets au point de venir omniscient sur la scène Rock et Métal. Outre ses albums solos et ceux avec Myles Kennedy (Alter Bridge) and the Conspirators, on retrouve le guitariste sur de nombreux projets avec des artistes divers et variés, alternant les mouvements dans le Métal comme dans la Pop et parfois le Rap. Bref, Slash est partout, tout le temps. Et cela n’enlève rien à son talent, même si parfois, il sombre un peu dans la facilité et nous fait ressentir une certaine lassitude. Pour preuve, son quatrième album avec Myles Kennedy and the Conspirators sorti en 2022, sobrement intitulé 4, et qui manque un petit peu d’originalité, d’énergie et de verve.

Après trois albums fort réussis, tout autant nerveux qu’éthérés, ce quatrième opus semble se reposer sur ses lauriers et le groupe a bien du mal à nous embarquer dans leur Hard Rock plaisant. Non pas que ce soit mauvais, ou même décevant, mais c’est juste banal et sans une once de saveur. D’ailleurs, on retrouvera peu de morceaux qui dépassent les quatre ou cinq minutes, montrant bien que Slash n’est pas là pour fournir de pièce maîtresse. On est sur quelque chose d’assez simple, qui se contente de fournir des schémas structurels basiques, sans jamais crier au génie. The River is Rising en est le parfait exemple. Si les riffs sont bien agressifs et que le démarrage tend à nous faire bouger la nuque, on déchantera assez vite via des couplets simplistes et un Myles Kennedy qui ne force jamais vraiment sur sa voix.

Dès le départ, le groupe ne fait pas de gros efforts, et on sent clairement que Slash ne veut faire que quelques gimmicks avec sa gratte pour rappeler qu’il sait tout faire. Si c’est plaisant et assez vif sur l’instant, le morceau ne laissera pas un grand souvenir. Whatever Gets You By démarre avec un joli solo de batterie, mais par la suite, il sombre dans quelque chose de convenue qui manque cruellement d’énergie et de ferveur. Si on ressent une ambiance un peu lourde, le refrain ne marquera pas et le décollage promis ne viendra jamais. Ce n’est pas mauvais, puisque techniquement, c’est irréprochable, mais ça reste sur une ligne assez plate et sans relief. C’est la Vie essaye de partir sur une structure un peu plus complexe, avec un refrain plus catchy. Malheureusement, la mélodie reste sans saveur, avec cette sensation d’avoir entendu cela des centaines de fois.

On a, à peu près, la même chose avec The Path Less Followed. C’est plutôt bien fichu, il y a une grosse production derrière, mais ça reste un titre assez transparent, qui ne marque pas et s’oublie assez vite. Un sentiment étrange quand on sait qui est derrière la musique… Même Actions Speak Louder Than Words, avec son petit accent bluesy, manque cruellement de percussion et de moments qui sont vraiment forts. Alors oui, on a cet aspect Blues qui vient titiller nos esgourdes en arrière-plan, mais ça reste assez timide, et ça ne va jamais au bout du délire. Même Myles Kennedy ne force jamais son talent, et c’est assez triste de constater cela. Et que dire du refrain, qui est complètement à côté de la plaque. Bref, un titre sympathique, mais qui ne marque pas, ce qui est dommage car il sort un peu de la norme.

Ce sentiment de titres qui ne marquent pas, qui n’imprègnent jamais l’auditeur, on le retrouve sur quasiment tous les titres suivants. Les sonorités arabisantes de Spirit Love manquent d’originalité, et la lourdeur des riffs ne dure jamais bien longtemps. Le côté ballade et un peu plus Pop de Fill my World semble provenir d’un truc que l’on a déjà entendu des centaines de fois. April Fool ne sort pas vraiment du lot et s’enchaine rapidement. Puis Call Off the Dogs se veut un titre Hard Rock vif et percutant, mais il reste en deçà de ce qu’est capable le groupe. Reste alors Fall Back to Earth, le dernier titre et ses six minutes, et enfin on trouve un morceau mémorable et puissant. Si ça arrive un peu tard, cela donne néanmoins envie de relancer la machine pour voir si l’on n’a pas raté un truc.

Au final, 4, le dernier album de Slash avec Myles Kennedy and the Conspirators, reste une petite déception. Si le skeud est irréprochable d’un point de vue technique, et que l’on retrouve quelques solos plutôt plaisants, on est tout de même sur des titres oubliables, qui ne marquent et manquent de personnalité. Très clairement, on dirait un album « filler » qui a été fait dans l’attente d’un plus gros projet, et forcément, ça a tendance à rendre l’ensemble rapidement lassant. Dommage.

  • The River is Rising
  • Whatever Gets You By
  • C’est la Vie
  • The Path Less Followed
  • Actions Speak Louder Than Words
  • Spirit Love
  • Fill my World
  • April Fool
  • Call Off the Dogs
  • Fall Back to Earth

Note : 14/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.