juin 24, 2024

Day/Four – Balance Restored

Avis :

A l’aube des années 2000, un nouveau sous-genre émerge sur la scène métal, le Nu-Métal. Mélange de Rap et de Métal, le genre va s’attirer les foudres des « vrais » métalleux, qui y voient une hérésie et un crachat à la tronche du métal. Pourtant, de nombreux groupes vont devenir cultes et continuent aujourd’hui de tourner. On pense à Limp Bizkit, Korn, Linkin Park, et j’en oublie, car à l’époque, le genre foisonnait. Et bien évidemment, là-dedans, il y avait de très mauvais groupes qui ont surfé sur la vague, avant que cela ne décline progressivement, au point qu’aujourd’hui, hormis les cadors de l’époque, il n’y a quasiment plus de Nu-Métal ou de Rapcore comme on peut aussi l’appeler. Sorti de nulle part en 2019, Day/Four va tenter un petit revival du genre, mais sans jamais atteindre le succès recherché.

Duo formé à San Francisco, Day/Four se compose de Masoniq au chant, et d’Andres qui, visiblement, fait tous les instruments. Et il est difficile de trouver d’autres informations concernant le groupe, car même sur internet, tout cela reste bien timide. Balance Restored est leur premier album, autoproduit, et il voit le jour en 2019. Ne bénéficiant d’aucun bouche-à-oreille, le groupe va avoir un mal fou à se faire connaître, mais le manque de notoriété n’est pas la seule excuse. Il faut aussi dire qu’après plusieurs écoutes, ce premier effort, aussi sympathique soit-il, manque de maturité, et surtout, on a l’impression qu’il a vingt ans de retard. Sorte de mélange entre tous les groupes précités, Day/Four ne trouve pas vraiment d’identité, et se contente de singer ses aînés, dans l’espoir, assez vain, de redonner vie à un genre un poil désuet.

Le skeud débute avec In my Mind, et il démontre de façon rapide les intentions du groupe. On a droit à un riff assez lourd à la guitare, puis à un rap qui devient chant dans le refrain. Ce n’est pas la panacée, on sent que l’ensemble manque de rondeur et d’une production digne de ce nom, mais globalement, si l’on n’en demande pas trop, ça passe. Unwanted ira un peu plus loin dans le Nu, avec notamment d’énormes références à Linkin Park. Difficile de ne pas penser à Hybrid Theory avec un tel morceau. On peut aussi évoquer Adema, où le chant clair fait penser à ce groupe. De ce fait, le titre est assez sympathique, car il fait appel à nos souvenirs d’ado, et il a un côté madeleine de Proust, mais d’un point de vue technique, ça reste assez faiblard, malgré un gros refrain.

Nothing’s Over reste dans cette veine, avec un rythme assez lent, mais une mélodie qui se fait accrocheuse et qui marche plutôt bien. Il ne faut pas s’attendre à un gros solo ou un aspect technique impressionnant, mais le titre est plutôt plaisant et encore une fois, il fait écho à une époque que l’on pourrait croire résolue. Second Chance soufflera un peu plus le chaud et le froid. Ici, on sort complètement du Nu-Métal pour quelque chose de plus Pop, de plus simple. Le chant n’est pas toujours juste, mais il y a quelque chose qui fait que le morceau est sympathique, voire même attachant, faisant penser à des groupes tels que Green Day au début, Blink-182 ou encore tous ces groupes un peu Hard californiens. Bref, même si ça balbutie dans le chant, ça possède un côté empathique et solaire qui fait du bien.

We Want More renoue avec un Nu plus pêchu et nerveux, mais le titre ne marqera pas vraiment, la faute à un copier/coller de Linkin Park dans le refrain qui s’entend à des kilomètres. Another Shot manque cruellement de rondeur et donc d’intérêt. Bad Reputation ne décolle jamais vraiment, restant trop sur le même rythme. Hot Head oublie de se faire plus catchy dans ses riffs. Quant à Everything, il démonte un peu plus la baraque avec des riffs agressifs et une volonté d’aller droit au but. Open my Eyes s’essaye à la ballade, et si ce n’est pas désagréable, ça reste assez anecdotique. See the Sings se fait plus puissant, plus nerveux, et donc plus addictif. Enfin, All I Do clôture l’album d’une belle façon, avec énergie, ce qui donne un petit goût de reviens-y pour réécouter tout l’album.

Au final, Balance Restored, le premier album de Day/Four, n’est pas un mauvais skeud en soi. Le groupe propose un Nu-Métal régressif, qui manque un peu de production et de profondeur, mais on sent que c’est fait avec le cœur et une certaine honnêteté. Le problème, c’est qu’on a l’impression que le groupe émerge avec vingt ans de retard, dans une époque où le Nu est en perte de vitesse et n’attire plus grand monde, ce qui fait que Day/Four risque fort de galérer à se faire un nom dans le genre…

  • In my Mind
  • Unwanted
  • Nothing’s Over
  • Second Chance
  • We Want More
  • Another Shot
  • Bad Reputation feat Andre Nickatina
  • Hot Head
  • Everything
  • Open my Eyes
  • See the Signs
  • All I Do

Note : 12/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.