avril 17, 2024

The Vintage Caravan – Monuments

Avis :

La musique n’a pas d’âge. C’est un fait. On peut exister depuis plus de cinquante ans et toujours proposer des albums avec passion. Puis on peut être tout jeune et fonder un groupe qui a tous les atours d’un avenir prometteur. Ce fut le cas pour The Vintage Caravan. Groupe islandais fondé en 2006 alors que les membres n’avaient que… douze ans, il n’a pas fallu longtemps pour que leur Rock teinté de Hard et de références psychédéliques attire quelques maisons de disques. Ainsi, c’est en 2011 que sort leur premier album, éponyme, puis l’année suivante, Voyage permettra au groupe de signer chez un label (Sena). La reconnaissance a du mal à se faire, mais en 2015, The Vintage Caravan signe chez Nuclear Blast, et là, c’est la consécration, avec une renommée qui ne cesse de grandir. En 2018, toujours sur le même label, sort Gateways, un gros succès.

Néanmoins, et malgré l’ascension fulgurante du groupe grâce à Nuclear Blast, les islandais décident de signer chez Napalm Records pour leur cinquième album, Monuments. Un album qui garde le même line-up (stable depuis 2015) et qui continue de proposer un Rock qui fait écho à du Revival, lorgnant du côté de Rival Sons et consorts. Cependant, malgré toutes les références que l’on peut y voir, The Vintage Caravan tire son épingle du jeu avec un jeu assez caractéristiques, et une multitude d’ambiances qui viennent construire un conglomérat solide et hypnotisant. Et si on peut reprocher au groupe de ne pas aller jusqu’au bout de son délire, et de parfois ne pas assumer pleinement son aspect psyché, on reste sur un album solide, plaisant, et doté de quelques subtilités qui permettent aux islandais de produire de longs titres sans jamais susciter l’ennui.

Whispers ouvre ainsi le bal, et il est un titre assez classique qui réserve peu de surprise. Mais on y ressent une belle énergie, et il se pourrait bien que le morceau soit utilisé pour débuter les concerts. C’est assez simple, concis, mais ça contient déjà toutes les références du groupe, avec un gros riff Heavy, puis un joli solo qui vient démontrer toute la technique du guitariste. Bref, c’est propre. Crystallized laisse entrevoir les possibilités du groupe à partir dans un Rock psychédélique puissant et intriguant. Le début montre une belle rythmique à la gratte, tout en mettant en avant une jolie mélodie. Puis après cette introduction accrocheuse, les riffs se font plus lourds et puissants, jusqu’à un break dingo qui laisse le champ libre à une belle exploration aérienne. Un excellent titre qui donne forcément envie de continuer l’écoute.

Après ce titre assez technique, le groupe présente Can’t Get You Off my Mind et on est sur quelque chose de plus simple et de plus mainstream. Le morceau offre surtout un refrain ultra catchy et une mélodie qui s’ancre immédiatement dans nos crânes. On lui préfèrera Dark Times, qui arrive juste derrière, car le titre est plus puissant, plus virulent, avec une ligne de basse qui va très vite et impose une excellente rythmique. Puis c’est avec surprise que l’on assiste à la première ballade de l’album, This One’s for You. Si le morceau est assez plaisant à l’écoute, et sait se faire touchant, il n’empêche qu’il reste un peu trop sur le même tempo, et qu’il peut ennuyer à la longue. Mais cela va permettre de mieux déguster Forgotten et ses huit minutes. Ici, le groupe offre un beau monument qui synthétise toutes ses références.

Après ce gros pavé, The Vintage Caravan propose alors Sharp Teeth, un morceau bien Hard comme il faut, et qui donne une folle envie de bouger. Une preuve que le groupe est capable de faire de longues plages, comme des titres plus sanguins et puissants. Hell portera assez mal son nom, car ce n’est pas aussi bouillant que l’enfer, et même si le morceau est plaisant, il marquera moins que le reste, à l’image de Said & Done qui viendra en avant-dernier place. Entre ça, Torn in Two proposera un titre assez bluesy, qui peut faire écho à Blue Pills, et c’est vraiment chouette. Puis enfin, Clarity clôture l’album de façon très calme, très pure, presque comme une ballade, mais le morceau est enivrant, il monte crescendo, et surtout il nous fait chanter à tous les coups. Et du coup, on veut remettre une pièce dans la machine.

Au final, Monuments, le dernier album en date de The Vintage Caravan, est une réussite sur le plan technique et sur le montage de ses pièces. Et même si on peut lui reprocher de ne pas embrasser pleinement son côté psychédélique, ou encore d’avoir quelques errances en fin d’effort, on restera porté par certaines pistes qui valent vraiment leur pesant de cacahuètes. Bref, sans être un monument du genre (on lui préfère Kadavar et Rival Sons), cet album reste fort plaisant, et on y reviendra avec beaucoup de plaisir.

  • Whispers
  • Crystallized
  • Can’t Get You Off my Mind
  • Dark Times
  • This One’s For You
  • Forgotten
  • Sharp Teeth
  • Hell
  • Torn in Two
  • Said & Done
  • Clarity

Note : 15/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.