avril 17, 2024

Bis Repetita – Pas de Quoi en Perdre son Latin

De : Emilie Noblet

Avec Louise Bourgoin, Xavier Lacaille, Francesco Montanari, Noémie Lvovsky

Année : 2024

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Delphine, prof de lettres désabusée, a un deal bien rôdé avec ses élèves : ils lui fichent une paix royale, elle leur distribue des 19/20. Mais la combine se retourne contre elle quand ses excellents résultats (fictifs) propulsent sa classe au championnat du monde de latin, à Naples. Comble du cauchemar, c’est le neveu très zélé de la Proviseure qui est choisi comme accompagnateur. Pour sauver l’option latin, et surtout sa situation confortable, Delphine ne voit qu’une solution : tricher !

Avis :

« Bis Repetita » est le premier long d’Émilie Noblet, mais si ce dernier se pose comme son premier film, la réalisatrice est loin d’être une débutante. Cheffe opératrice sur des courts, moyens, et même longs-métrages, notamment sur « Jeune femme » de Léonor Serraille, Émilie Noblet s’est fait la main en tant que metteure en scène sur des séries télé. À son actif, elle a travaillé sur « Irresponsable« , « HPI« , « Loulou« , ou encore « Parlement« , série sur laquelle elle rencontre Xavier Lacaille, qu’elle dirige ici.

Pour son premier film, Émilie Noblet a eu la drôle d’idée de parler du latin, langue morte qui est de moins en moins enseignée. Avec « Bis Repetita« , la réalisatrice livre une petite comédie somme toute sympathique. Une comédie qui tire la ficelle de la rom com, mais aussi de la comédie sociale en abordant l’enseignement par exemple. Si le film se laisse gentiment regarder, et nous fera même sourire et passer un bon moment, on ne pourra pas dire non plus que « Bis Repetita » marquera notre année de cinéma, car parmi tous les films qui sont sortis et sortiront cette année, le film d’Émilie Noblet restera comme un petit souvenir sympathique, mais qui n’aura rien en plus.

«  »Bis Repetita » est un film qui va aller se poser dans les petites comédies. »

Delphine est professeure de latin dans un lycée à Angers, et si aux yeux de sa direction, elle est la prof parfaite, en réalité, Delphine est une prof qui n’en fout pas une. Comme on dit, Delphine, c’est une planquée, et pour être sûre de garder sa place, elle a même pris un deal avec ses élèves, c’est-à-dire qu’ils font ce qu’ils veulent, du moment qu’ils ne l’ennuient pas, et c’est dix-neuf de moyenne pour tout le monde. Mais voilà, ce deal va se retourner contre elle, car avec de telles notes, c’est sa classe qui vient d’être sélectionnée pour participer au championnat du monde de latin, qui se déroule à Naples dans quelques semaines… Pour Delphine, cette annonce fait l’effet d’un cauchemar, et comme si cela ne suffisait pas, pour l’accompagner, elle se voit mettre dans ses pattes le neveu de la proviseure, un gentil garçon passionné, ou non, plutôt amoureux, du latin.

La comédie chez nous, c’est un genre que le cinéma adore. Chaque année, le cinéma en produit de trop, beaucoup trop, et bien souvent, on ne peut pas dire que ces films soient d’une qualité incroyable. Sans être mauvais non plus, « Bis Repetita » est un film qui va aller se poser dans les petites comédies qui vont être divertissantes sur l’instant, mais il ne sera pas sûr que le film restera en tête à la fin de l’année. En fait, « Bis Repetita » est un film qui est sympathique, qui tient une bonne idée, qui se fait même original dans son idée de concours de latin, mais malgré tout cela, c’est aussi un film qui se fait très classique, voire même conventionnel et basique.

« Un film qui manque d’identité et de caractère. »

Le scénario qui est fut écrit par Émilie Noblet et Clément Dargent (« Ovni(s)« ) tient plusieurs cordes sur son arc, puisqu’il s’aventure sur les sentiers de la comédie écolière avec ce groupe de jeunes qui seront évidemment plus intelligents qu’ils en ont l’air, (d’ailleurs, en un sens, il ne serait pas impossible que « Sister Act 2 » fasse partie des films références de la réalisatrice, car à plus d’un moment, son film fait penser au film de Bill Duke). Puis avec ça, le film s’aventure aussi sur les sentiers de la comédie romantique, entre cette professeur flemmarde et un tantinet tricheuse et ce jeune thésard amoureux du latin au point de faire des reprises de chansons cultes en latin (et pour le coup, ça, c’est très drôle).

Puis plus loin encore, le film tire aussi la corde du road movie, ou du feel good movie, avec un côté joyeux, solaire et amusant qui tient tout du long. Le mélange de tout cela, plus le fait que le film offre des personnages sympathiques et amusants, même s’ils peuvent être aussi un brin clichés, fait que sur l’instant, « Bis Repetita » est un film qui sait divertir son public.

Mais voilà, malgré ça, ce premier film d’Émilie Noblet est aussi un film qui manque d’identité et de caractère pour pleinement marquer son spectateur. Malgré les sentiers que le film emprunte, « Bis Repetita » est aussi un film qui demeure très classique et ne tient pas vraiment de surprise. Ici, tout se passe comme c’est prévu en avance et rien ne vient bousculer cette histoire, qui en fin de compte, restera trop légère, et presque déjà vue.

Ainsi, « Bis Repetita » se pose comme une petite comédie sympathique, qui nous fait passer un petit moment de cinéma amusant, notamment grâce à ses comédiens et la qualité de ses répliques, mais malgré ses bons côtés et les bons points que le film réunit, sur l’ensemble, ce premier film pour Émilie Noblet ne restera pas forcément en mémoire et au bout de cette année, il risque fort bien d’être noyé dans la masse, ce qui est dommage.

Note : 10/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.