mars 3, 2024

La Vie Rêvée de Miss Fran – Plutôt un Cauchemar…

Titre Original : Sometimes I Think About Dying

De : Rachel Lambert

Avec Daisy Ridley, Dave Merheje, Parvesh Cheena, Marcia DeBonis

Année : 2024

Pays : Etats-Unis

Genre : Drame, Comédie, Romance

Résumé :

Fran est employée de bureau dans une petite entreprise portuaire de l’Oregon. D’une timidité maladive, cette célibataire mène une existence millimétrée, dénuée de toute fantaisie – exception faite des étranges rêveries auxquelles elle s’abandonne. Mais les choses changent le jour où Robert, nouvelle recrue fantasque et sympathique, fait mine de s’intéresser à elle…

Avis :

Réalisatrice américaine, Rachel Lambert s’est tout d’abord fait connaître sur la scène théâtrale de Londres à la fin des années 2000, avant d’aller à New York. En 2012, elle s’essaie à la réalisation avec un court, « Kin« . Ce dernier lui ouvre les portes du cinéma, ce qui lui permettra de réaliser son premier long, en 2016, « Mom Jovi« , un documentaire musical. La même année, elle réalise aussi « In The Radiant City« , un drame autour d’une famille brisée.

« La vie rêvée de Miss Fran » est le troisième long-métrage de Rachel Lambert, et c’est son premier film qui arrive chez nous. Avec son affiche rose onirique, suivi de ce joli titre qui annonce tout un programme, « La vie rêvée de Miss Fran » était de ces petites sorties de Janvier qui avaient tout pour se placer comme une sympathique surprise, d’autant plus que le film a en actrice principale Daisy Riley, qui sort enfin de son image de « Star Wars« . Mais bon, malheureusement pour nous, cette « … vie rêvée de Miss Fran » s’est posé comme une sévère déconvenue.

«  »La vie rêvée de Miss Fran » ne fut que déception sur déception. »

Ne racontant pas grand-chose, prenant bien trop de temps, étirant ses scènes au possible, et au-delà de ça, n’offrant rien à jouer à ses acteurs, et surtout son actrice principale, finalement, « La vie rêvée de Miss Fran« , qui se présente comme une petite comédie romantique sur une femme qui s’ouvre aux autres, n’aura eu que de rêve, l’arrivée du générique.

Fran est une jeune femme très introvertie. Employée de bureau dans une petite ville portuaire où il ne se passe pas grand-chose, Fran est en quelque sorte le fantôme de l’entreprise. La jeune femme vient, fait son travail, ne parle pas beaucoup, et rentre chez elle, et ça, elle le fait à longueur d’années. Puis un jour, l’entreprise engage Robert, et ce dernier s’intéresse à elle…

Aïe ! En voici donc une belle déception que ce premier film de Rachel Lambert qui arrive chez nous. Il m’arrive très souvent d’être partagé à la sortie d’un film, et comme je suis quelqu’un de profondément optimiste, j’aime toujours voir le bon côté des choses. J’espère toujours trouver quelque chose d’intéressant, que ce soit dans ce que le film raconte, avec ses personnages, ou encore dans la mise en scène, et c’est bien l’une des premières fois où rien ne s’est passé. Comme piégé devant cet écran de cinéma, « La vie rêvée de Miss Fran » ne fut que déception sur déception.

« On se retrouve devant un film complétement anesthésié. »

Pourtant, lorsqu’on survole le film de Rachel Lambert, sur le papier, ce dernier se fait intéressant, puisque la cinéaste nous parle de l’éveil d’une femme sur le monde qui l’entoure. Sa Miss Fran est donc introvertie, et complétement repliée sur elle-même. De plus, la jeune femme vit dans son monde, et fantasme de se suicider. Non pas qu’elle ait réellement envie de mourir, c’est juste pour imaginer ce que cela ferait. Puis il y a l’arrivée de ce nouvel employé, un peu gauche et fantasque. Et cette nouvelle recrue s’intéresse à elle. Ce dernier est plein de charme, et il a l’air gentil, puis l’emmène au cinéma… Bref, même s’ils n’ont pas grand-chose en commun, il y a de quoi débuter une jolie petite histoire d’amour, et d’ailleurs, on aurait aimé finalement que le film fasse cela.

Mais voilà, ça, c’est sur le papier, et peut-être bien dans l’imaginaire de sa metteuse en scène, car une fois en images, une fois porté à l’écran, ce « … vie rêvée de Miss Fran » est tout autre, et l’on se retrouve devant un film complétement anesthésié, où il ne se passe absolument rien. C’est même assez dur de se dire cela, car on sent bien la volonté d’offrir une petite histoire différente de ce que l’on a l’habitude de voir, mais rien n’y fera, et l’on restera en permanence dans l’attente que le film de Rachel Lambert commence, et au-delà de ça, qu’il nous raconte quelque chose.

«  »La vie rêvée de Miss Fran » ne peut empêcher l’ennui de s’imposer grandement. »

Traînant de la trame, on a l’impression que la réalisatrice ne sait pas vraiment comment raconter son personnage, et pour nous la présenter et nous la décrire, dans son for intérieur, Rachel Lambert privilégie les silences, et les moments où il ne passe pas grand-chose, voire rien, si ce n’est dans instants rêvés, où sa Miss Fran se voit morte dans une forêt ou sur la plage, sans vraiment que l’on comprenne pourquoi. Alors le film tient bien une ou deux scènes, qui racontent quelque chose d’intéressant, comme un échange de mails entre collègues qui sont à quelques mètres l’un de l’autre, ou encore une rencontre dans un café, avec une ancienne collègue, mais sur une heure et demie de film, c’est très peu, et malheureusement, « La vie rêvée de Miss Fran » ne peut empêcher l’ennui de s’imposer grandement.

De plus, le film n’offre rien à ses comédiens, et surtout à sa comédienne principale qui n’a rien à jouer. Bien souvent, Daisy Ridley se contente d’arriver dans un lieu, le regarde (se demande ce qu’elle fait là), ne dit rien et sort de la pièce, et ça, comme ça se répète, l’ensemble devient vite très long.

Ainsi donc, cette « … vie rêvée de Miss Fran » (titre ô combien mensonger, ou du moins qui vend quelque chose qui n’arrive pas), se pose comme une belle déception. Manquant de rythme, d’intrigue, de vie et de personnage, cette première incursion dans le cinéma de Rachel Lambert ne fut qu’ennui d’un bout à l’autre, et ça, c’est vraiment dommage, car je le redis, sur le papier, le film avait beaucoup d’arguments pour lui, et malheureusement, rien n’aura pris.

Note : 06/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.