juillet 19, 2024

Iquazù

Fiche technique :

Création : Michael Feldkötter

Illustrations : Stephanie Böhm

Joueurs : 2 à 4

Durée : 30 à 60 minutes

Type/public : Confirmé

Mode de jeu : Compétitif

Age : A partir de 10 ans

Mécaniques : Placement, Majorité

Première parution : 2017

But du Jeu :

Vous pénétrez courageusement dans le lieu le plus dangereux du pays des cascades pour mettre vos pierres précieuses à l’abri. Sur la falaise masquée par la cascade d’Iquazú, elles sont protégées des intrus. Celui qui utilise habilement ses cartes pour poser les pierres précieuses de sa couleur sur les meilleurs emplacements gagnera cette partie!

Règles :

Chaque joueur doit choisir une couleur de pierre précieuse. Il en pose alors une sur le début de la piste des scores, qui fait tout le tour du plateau. Ensuite, un joueur va être désigné premier joueur, va recevoir quatre cartes, ainsi que la boîte contenant les pierres précieuses. Les joueurs suivants obtiennent une carte de plus (le deuxième reçoit cinq cartes, le troisième reçoit six cartes, et le quatrième joueur reçoit sept cartes). Enfin, le joueur à droite du premier joueur obtient une boîte avec des gouttes d’eau. Une fois tout ce placement établi, on va pouvoir commencer à jouer.

Au centre du plateau, il y a une cascade avec cinq colonnes, et dans chaque colonne, il y a des emplacements de trois couleurs différentes, bleu, blanc et orange. Ces emplacements servent à placer les pierres précieuses des joueurs. Pour poser une de ses pierres sur un emplacement de la première colonne, il faut défausser une carte de la couleur correspondant à l’emplacement que l’on veut occuper. Il faut défausser deux cartes de la même couleur pour placer une pierre sur un emplacement de la deuxième colonne, et ainsi de suite. En bas de chaque colonne, il y a une échelle de scoring, et au bout de chaque ligne, il y a un bonus à remporter.

Le joueur qui a la main a le choix entre deux actions, soit défausser un nombre de cartes identiques et placer sa pierre en conséquence, soit piocher quatre cartes. Une fois l’une de ces actions faites, on passe la main au joueur suivant. Une fois que chaque joueur a fait son tour, celui qui possède la boîte de goutte va en mettre une sur l’emplacement le plus haut de la première colonne, et qui n’est pas occupé par une pierre précieuse. Une fois la première colonne remplie, que ce soit par une goutte ou par une pierre, on va faire un premier décompte des points.

Le joueur majoritaire sur la colonne marque le nombre de points indiqué en bas de celle-ci. Si jamais il y a une égalité, c’est le joueur qui a la pierre la plus en bas qui l’emporte. On fait ainsi sur les cinq colonnes découvertes. On fait de même avec les lignes, le joueur majoritaire sur une ligne remporte le bonus qui se trouve tout au bout. Parmi ces bonus, on retrouve des points en plus à rajouter en fin de partie, une étoile qui permet de faire deux actions sur un même tour, le fait de piocher deux, trois ou quatre cartes, ou encore alors la possibilité de place une pierre sur l’emplacement que l’on veut, peu importe la couleur défaussée.

Une fois tout cela réalisé, on avance la cascade d’une colonne, et on recommence à placer pierres et gouttes sur les emplacements, jusqu’à remplir la première colonne, et refaire le décompte des points et des bonus. Le jeu s’arrête lorsque l’on arrive à la neuvième colonne. Le joueur qui a accumulé le plus de points est alors le vainqueur.

Avis :

Comme on peut le voir à travers les règles, Iquazù est un jeu de placement de pierres précieuses, ainsi que de majorité pour remporter le plus de points et des bonus qui vont aider à cela. Le jeu se déroule au tour par tour, avec des joueurs qui vont soit piocher des cartes pour obtenir le plus de couleur identique afin de poser des pierres sur des colonnes éloignées, soit de poser directement des pierres, afin de scorer rapidement. Et c’est là tout le sel du jeu, qui va à la fois créer des interactions entre les joueurs, mais aussi mettre en place une tactique pour avoir le plus de points possibles.

La grande intelligence du jeu provient du fait que l’on peut aborder deux tactiques différentes, soit voir sur le long terme et jouer peu de pierres, mais qui vont rester un long moment, soit jouer rapidement plein de pierres sur les premières colonnes, afin de scorer au départ. Les deux tactiques se valent, et on peut gagner de différentes manières, ce qui est très intéressant, et permet d’augmenter la durée de vie du jeu. Mais l’autre intérêt provient du fait que l’on peut bloquer les autres joueurs, et les empêcher d’avancer, ou de scorer un maximum.

Il suffit d’attendre un peu, et de voir sur quelle colonne, ou sur quelle ligne un joueur à la majorité de façon limitée (à une pierre près par exemple), et de jouer sur l’égalité. Car en cas d’égalité, de nouvelles règles se mettent en place, et il faut être malin. Car c’est celui qui a la pierre la plus en bas de la cascade qui remporte les premiers points, et c’est celui qui est le plus à droite de la ligne qui remporte le bonus. De ce fait, il faut calculer le nombre de pierres de chaque joueur, et voir où l’on pourrait optimiser ses mises. Cela donne du grain à moudre, et démontre qu’Iquazù va au-delà de son simple principe de placement. En outre, il n’y a pas de gros calculs à faire, ce qui permet aux enfants, à partir de huit ans, de jouer à ce jeu, avec les parents.

Ajoutons à cela que le titre est ultra ergonomique. Le plateau de jeu est splendide, les gouttes d’eau et les pierres précieuses ont vraiment de la tronche, et globalement, tout le matériel est de qualité. Le plateau est, quant à lui, très beau, mais il est aussi très lisible et l’évolution de la cascade se fait de manière fluide. Il suffit de glisser le long des rails pour faire avancer le dragon, et donc dévoiler les nouveaux pans de la cascade, ce qui donne un aspect évolutif et correspond bien à l’histoire que veut nous raconter le jeu. Bref, tout est bien pensé pour faire d’Iquazù un jeu agréable et familial.

Au final, Iquazù est un très bon jeu familial, qui allie le placement de pierres avec la majorité qui permet d’engranger des points. Sans être complexe, et avec des règles très simples, le jeu d’Haba est une belle réussite qui en plus d’être beau et intelligent dans son système, permet de rejouer à l’infini en adaptant ses placements et en optimisant ses gains de points.

Note : 17/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.