mars 3, 2024

Within Temptation – Bleed Out

Avis :

Fondé à la fin des années 90 mais perçant vraiment au début des années 2000, Within Temptation fait office de fleuron du Métal Symphonique, notamment grâce à ses premiers albums, et la voix sibylline de Sharon Den Adel. Mais le temps passant, les néerlandais éprouvent un besoin d’aller de l’avant et de se frotter au monde contemporain. Depuis une paire d’album déjà, le groupe a abandonné le folklore et les lutins pour parler de sujets plus politiques, tout en s’inspirant d’une technologie qui se fait de plus en plus prégnante dans leurs compositions. Bleed Out, huitième effort studio du groupe, ne déroge pas à cette règle. Construit pendant la pandémie de Covid-19, jouant avec des thèmes durs et s’amusant avec l’avènement de l’IA, on peut dire que les fans attendaient ce skeud de pied ferme. Surtout après les annonces de la chanteuse.

Car oui, Sharon, en bonne frontwoman qui attire tous les regards, a annoncé sur les réseaux que Bleed Out serait plus lourd, plus brutal et plus incisif que les autres albums de Within Temptation. Tout comme il possède des sujets puissants, utilisant la guerre en Ukraine, le droit des femmes dans certains pays, ou encore la mort de Mahsa Amini en Iran. Bref, tout était réuni pour rendre cet effort très attendu, mais on ne peut pas dire que la barre soit montée très haute. D’un point de vue global, Bleed Out est effectivement plus lourd que les autres galettes du groupe. Les riffs sont plus brutaux, plus saturés, donnant alors un son plus puissant, plus grave, à l’image des sujets abordés. Cependant, le côté symphonique est complètement laissé de côté, pour aller vers des fulgurances Metalcore, voire électros par moment, ce qui laisse plutôt circonspect.

Pour autant, les choses commencent assez bien avec We Go to War. Les baux sont posés, et le groupe veut nous mettre de grosses tartes. Les riffs sont efficaces, Sharon chante extrêmement bien, mais il manque tout de même une âme à ce titre. Pas de solo, pas de break franchement marquant, on reste dans quelque chose de très classique, voire trop. Et ce n’est pas le fait de mettre plus de nappes de clavier que cela va y changer quoi que ce soit. Bleed Out reprend un peu les mêmes codes, avec une introduction puissante, mais qui devient vite poussif avec un arrangement électro qui délaisse les guitares pour poser une ambiance factice qui ne marche qu’à moitié. Et c’est dommage car clairement, le thème sur les droits des femmes en Iran est important, et pose enfin un avis politique tranché chez un groupe de Métal mainstream.

Par la suite, on sera un peu moins embarqués, notamment à cause de titres qui n’ont pas vraiment de moments marquants, voire même d’intérêt. Wireless est bien sympathique, mais il reste d’une platitude presque pénible. Worth Dying For peut renouer avec un ancien Within Temptation, avec une rythmique plus rapide et des élans symphoniques, mais l’ensemble manque cruellement d’identité et d’efficacité. Puis Ritual va marquer une nette rupture. Le démarrage est catastrophique, plongeant dans un mid-tempo inutile, et jouant avec des codes trop Pop. On dirait du Imagine Dragons avec un clavier à la Muse, et cela ne sied pas vraiment à l’image du groupe. Même le refrain n’est pas vraiment emballant. Puis arrive Cyanide Love qui, pour le coup, s’avère assez malin. L’influence de Babymetal se fait sentir, c’est très moderne, et pourtant, ici, ça fonctionne, notamment grâce à des riffs incisifs qui font pleinement le taf.

Après ce morceau qui est plutôt plaisant, bien que ne rentrant pas vraiment dans ce que l’on attend de Within Temptation (même si on sait le groupe en pleine mutation), on a droit à The Purge qui est agréable à l’oreille grâce à la voix de Sharon qui joue de plusieurs modulations, mais d’un point de vue technique, c’est très faible. Don’t Pray for Me reste dans un moule pas forcément intéressant, même si on ressent l’envie de frapper fort avec les grattes. Mais tous les chichis électros derrière gâchent clairement le plaisir. Plaisir qui en prend un coup en concert, avec de trop nombreux arrangements enregistrés. Shed my Skin s’acoquine avec Annisokay, groupe de Metalcore allemand, mais cela n’apporte rien de bien probant. Puis Unbroken se fait transparent. Même Entertain You, premier single, fait pâle figure et peine à nous redonner envie d’une autre écoute…

Au final, Bleed Out, le dernier album de Within Temptation, souffle le chaud et le froid, même si on ressent un petit frimas. Si les riffs sont plus brutaux, plus rentre-dedans, il n’en demeure pas moins que les compositions sont relativement faiblardes, et que d’un point de vue technique, on reste sur quelque chose de très facile, qui se repose beaucoup trop sur des arrangements électros pour créer une atmosphère qui fait vraiment factice. Un comble pour un album engagé qui se révèle froid et ne dégage aucune émotion…

  • We Go to War
  • Bleed Out
  • Wireless
  • Worth Dying For
  • Ritual
  • Cyanide Love
  • The Purge
  • Don’t Pray for Me
  • Shed my Skin feat Annisokay
  • Unbroken
  • Entertain You

Note : 12/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.