mars 3, 2024

Thanksgiving – La Semaine de l’Horreur – Pas de Dindes Graciées

Titre Original : Thanksgiving

De : Eli Roth

Avec Patrick Dempsey, Addison Rae, Milo Manheim, Jalen Thomas Brooks

Année : 2023

Pays : Etats-Unis

Genre : Horreur

Résumé :

Un an après qu’un Black Friday a viré au chaos, un mystérieux tueur s’inspire de la fête traditionnelle de Thanksgiving et terrorise la ville de Plymouth (Massachussetts), berceau de la célèbre fête. Alors que les habitants sont éliminés les uns après les autres, ces meurtres qui semblaient aléatoires, révèlent un plan plus vaste et sinistre. Les habitants découvriront-ils le tueur et survivront-ils à la fête… ou deviendront-ils les invités de son dîner de Thanksgiving complètement tordu ?

Avis :

En 2007 sortait sur nos écrans un projet amusant porté par deux cinéastes qui se sont fait un sacré délire. Évidemment, je parle du projet « Grindhouse », et de Quentin Tarantino et Robert Rodriguez. Ce projet rendait hommage au système Grindhouse, un programme projeté dans certaines salles de cinéma dans les années 70/80. À l’époque, c’était deux films de série B qui mélangeaient horreur et érotisme, et entre les deux films, on y trouvait des bandes-annonces. Fidèle au concept, Tarantino et Rodriguez avaient appelé des potes pour créer de fausses bandes-annonces, et parmi eux, il y a eu Eli Roth qui avait imaginé un film d’horreur tournant autour de la célèbre fête américaine de Thanksgiving. Si Eli Roth n’avait jamais vraiment caché son envie d’en faire un film, il nous aurait fallu attendre seize ans pour voir enfin ce doux rêve se réaliser.

S’éloignant du concept « Grindhouse » pour ancrer son film dans un contexte contemporain, voici que débarque en salle « Thanksgiving : la semaine de l’horreur« , et ce dernier se pose comme le moment con et fun de cette fin Novembre.

« Le film d’Eli Roth est fun, con au possible. »

Basique dans son histoire, voire même un peu tordu tant son tueur peut être rapide, très joyeusement gore, reprenant certaines idées de la fausses bande-annonce de 2007, et avec ça, s’amusant à prendre des racines dans une critique de la surconsommation au moment du Black Friday (la scène d’ouverture est incroyable), le film d’Eli Roth est fun, con au possible, ingénieux pour l’exécution de certaines de ses victimes, et au bout de tout cela, finalement, on passe un bon moment devant cette bêtise qui nous offre ce que l’on était venu chercher.

Plymouth, dans le Massachusetts, ce soir-là, l’un des plus gros magasins de la ville ouvre pour le Black Friday. De très belles promotions sont au programme et le magasin offre un gaufrier. Forcément, la foule est au rendez-vous, mais ce soir-là, rien ne va se passer comme prévu et l’événement va dégénérer, avec trois morts à la clef. Un an après ce drame, alors que le même magasin compte ouvrir encore une fois ses portes pour l’événement, quelqu’un en a décidé autrement, et cette personne compte bien se venger de l’année passée…

Envie d’un petit slasher décomplexé et fun, alors le nouveau Eli Roth fera l’affaire. Le réalisateur des « Hostel » ou « Green Inferno » revient avec un projet qu’il a longtemps laissé mijoter et pour notre plus grand plaisir, ce « Thanksgiving : la semaine de l’horreur » va tenir ses promesses et nous offrir une histoire faite de bêtises, de gore, de sang, d’absurdités, d’incohérences (surtout, il ne faut pas se poser de questions), mais il va y avoir aussi une critique de société qui se tient, et même dans son délire, des exécutions de victimes qui aussi drôles qu’inventives.

« Eli Roth vient de nous offrir un bon slasher. »

Réussir à faire un bon slasher, c’est presque devenu un parcours du combat, tant les bases ont déjà été posées il y a des années, et que peu de monde arrive à faire ne serait-ce qu’aussi bien. Il faut dire qu’en plus de ça, le genre a été poncé, au point qu’il n’y a plus grand-chose à raconter de neuf ou d’intéressant. Pourtant, avec une bêtise pas possible, Eli Roth vient de nous offrir un bon slasher qui s’est posé comme une bonne séance de cinéma divertissante.

Alors oui, c’est vrai que l’histoire est cousue de fils blancs, et très vite, la liste des suspects se restreint, et finalement, avec un peu de logique, il est facile de deviner le tueur et ses motivations. Puis derrière ça, on peut critiquer aussi la série d’incohérences qui s’enchaînent les unes à la suite des autres. Franchement, il ne faut vraiment pas se poser de question avec ce film, car sinon, très vite, ça ne tient pas debout, notamment autour du tueur, qui comme je le disais plus haut, est vraiment très rapide pour changer de costume, notamment.

Mais voilà, si l’on arrive à faire abstraction de cela, « Thanksgiving : la semaine de l’horreur » est vraiment chouette. Il est chouette dans ce qu’il raconte de notre société avec une critique de la société de consommation de masse, notamment autour des magasins qui font des promotions pour attirer le plus (ici le Black Friday), puis il y a une critique de la jeunesse, préférant les réseaux sociaux et le buzz, plus que la vraie vie, la scène d’ouverture est peut-être un peu caricaturale, mais elle est édifiante.

« Cette « … semaine de l’horreur » nous offre une bonne Final Girl »

Puis avec ça, le film d’Eli Roth fonctionne dans son slasher et l’exécution de son tueur que rien n’arrête. De plus, le film respecte pas mal de règles du genre, et fait quelques références et clins d’œil qui sont les bienvenus.

Si pas mal de ses jeunes personnages sont assez insupportables, cette « … semaine de l’horreur » nous offre une bonne Final Girl, tout comme il nous offre un bon final qui rebondit plusieurs fois (même si là encore, on peut avoir des doutes sur le fait que le plan tienne vraiment la route).

Enfin, au-dessus de tout cela, ce qui amuse le plus Eli Roth avec cette histoire, c’est de filmer ses victimes et de nous amuser, et c’est là que le film marche le mieux. On peut même dire que pour certaines des morts que le réalisateur nous a concoctées, le mec fait de l’originalité et arrive à mélanger habilement une sorte de non prise au sérieux, tout en faisant un film qui est sombre et pourquoi pas sérieux.

Ce « Thanksgiving … », et sa « … semaine de l’horreur », s’est posé comme un bon amuse-bouche, qui aura su amuser de bout en bout de film. Critique et délirant, jouissif dans ses exécutions, bien rythmé, tendu même si on se doute bien de ce qui va se passer… Bref, après cinq ans d’absence, Eli Roth fait un bon retour, et surtout, il ne rate pas son « Thanksgiving … » qu’on attendait tant.

Note : 14/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.