juin 23, 2024

L’Amour et les Forêts – Effroyable Melvil

De : Valérie Donzelli

Avec Virgine Efira, Melvil Poupaud, Dominique Reymond, Romane Bohringer

Année : 2023

Pays : France

Genre : Thriller, Drame

Résumé :

Quand Blanche croise le chemin de Grégoire, elle pense rencontrer celui qu’elle cherche. Les liens qui les unissent se tissent rapidement et leur histoire se construit dans l’emportement. Le couple déménage, Blanche s’éloigne de sa famille, de sa sœur jumelle, s’ouvre à une nouvelle vie. Mais fil après fil, elle se retrouve sous l’emprise d’un homme possessif et dangereux.

Avis :

Actrice française qui a débuté dans les années 90, Valérie Donzelli s’est assez vite forgée une jolie réputation. Il faut dire qu’elle n’a pas vraiment chômé, puisqu’on a pu la voir chez des cinéastes tels que Guillaume Nicloux, Gilles Marchand, Anne Fontaine ou Benoit Jacquot pour ne citer qu’eux. Comme beaucoup d’acteurs et d’actrices, Valérie Donzelli est attirée par la réalisation, et après s’être fait la main avec des courts, elle réalise en 2010 « La Reine des pommes« , une petite comédie douce-amère. Mais ce sera surtout avec son deuxième film, le sublime « La guerre est déclarée« , film qui s’inspire en grande partie d’un combat que la réalisatrice a mené avec son compagnon, le comédien Jérémie Elkaim, qu’elle connaitra le succès. Depuis, Valérie Donzelli oscille entre les deux métiers, nous offrant (avec moins de succès) un film en tant que réalisatrice tous les deux ou trois ans.

Pour son sixième film, Valérie Donzelli nous revient avec la très fraîchement Césarisée Virginie Efira pour une histoire d’amour qui prend l’eau. Film parfaitement dans son époque, traitant d’un sujet dur avec beaucoup d’intelligence, d’intrigues et de personnages, « L’amour et les forêts » se pose comme le meilleur film de sa réalisatrice depuis « La guerre est déclarée« . Glaçant, sombre, terrible dans sa descente en enfer fait de petites privations au fil du temps, « L’amour et les forêts » est aussi tenu par un duo d’acteurs absolument formidables !

« Un film dur et fort, un film émouvant et révoltant à la fois. »

Blanche et Grégoire se rencontrent lors d’une soirée chez des amis et ils tombent tous les deux amoureux. Leur histoire commence comme un conte, et très vite, l’amour aidant, Blanche tombe enceinte et nos deux amoureux se marient. Mais très vite aussi, Grégoire est muté, et Blanche se retrouve alors loin de sa famille. Après des années passées avec cet homme, petit à petit, le quotidien finit par dégrader leur relation. Mais s’il n’y avait que le quotidien… Non, petit à petit, le Grégoire amoureux, tendre et délicat rencontré disparaît pour laisser la place à un Grégoire dur, froid, manipulateur, culpabilisateur, égoïste, égocentré et surtout un Grégoire qui va enfermer Blanche dans une situation des plus terribles…

« L’amour et les forêts« , je dois dire que lorsque j’ai entendu ce titre, je me suis dit que j’allais m’embarquer dans un film barbant, mais bon, il y a l’inarrêtable et extrêmement talentueuse Virginie Efira qui tient l’affiche, et rien que pour elle, et d’autres arguments encore (Melvil Poupaud), j’ai eu envie de m’y arrêter et j’ai bien fait, car derrière ce titre barbant se cache un film somptueux. Un film dur et fort, un film émouvant et révoltant à la fois. Un film qui ne laisse pas indifférent, et qui derrière tout ça, jouit d’une écriture assez incroyable, même si je dois toutefois lui reprocher un côté un peu longuet. Je ne saurais pas dire où le film se relâche, car tout est essentiel dans ce qu’il raconte, mais quoi qu’il en soit, le film de Valérie Donzelli a parfois des longueurs. Ou du moins, on sent que l’heure quarante-cinq que dure le film est longue.

« Intelligemment écrit, Valérie Donzelli a pensé son intrigue et ses points de bascule. »

« L’amour et les forêts« , c’est l’histoire d’un amour qui va aller de mal en pis, au travers d’une emprise qui petit à petit s’installe sans qu’on n’y fasse vraiment attention. Très bien écrit, très bien raconté, même si l’idée de la narration est trop simple et abîme ce qui aurait pu être du suspens, mais derrière ça, « L’amour et les forêts » fait preuve de minutie dans le dérèglement de ce couple. Valérie Donzelli évite tous les pièges et les poncifs du genre, tout comme elle évite les leçons de morale. Ici, elle fait dériver son couple de manière très naturelle, et ce qu’elle raconte à travers le portrait de cet homme et de cette femme est toujours intéressant.

C’est vrai que petit à petit, ces privations de liberté, cet « empiètement » sur l’intimité, ou encore ces phrases toutes faites pour manipuler, donnent quelque chose de glaçant, voire même de terrifiant à suivre à l’écran, tant la réalisatrice sait très bien raconter ce basculement dans l’horreur. Intelligemment écrit, Valérie Donzelli a pensé son intrigue et ses points de bascule, et puis derrière ça, elle a pensé ses personnages jusque dans les moindres détails, et ça, dès leur rencontre, insérant de petites phrases qui, au final, peuvent déjà en dire beaucoup.

« Le film est très riche et très bien écrit, pensé et interprété par une Virginie Efira qui n’en finit pas de briller. »

De plus, au travers de son film, la réalisatrice aborde beaucoup de sujets là encore très intéressants. La honte, la peur, l’emprise, la culpabilité, la manipulation, l’envie de fuir, la paranoïa, la possessivité, la peur, le renfermement, l’inévitable jalousie possessive et maladive… Bref, le film est très riche et très bien écrit, pensé et interprété par une Virginie Efira qui n’en finit pas de briller, trouvant un rôle différent, difficile, complexe, qui se pose comme un challenge que l’actrice relève avec brio. Face à elle, on trouve un Melvil Poupaud glaçant qu’on n’avait encore jamais vu ainsi. Le rôle est lui aussi complexe et Melvil Poupaud le rend passionnant de bout en bout.

Emporté par une mise en scène inspirée, même si, comme je le disais, j’ai trouvé parfois que le film fut longuet alors même qu’il demeure intéressant, « L’amour et les forêts » se pose comme un excellent retour pour sa réalisatrice, qui offre-là un film pensé, écrit, et incarné par deux comédiens au sommet. Difficile, tyrannique, violent, psychologiquement impressionnant dans la construction de ces petits riens qui mis au bout à bout sont une descente en enfer… Bref, ce nouveau Valérie Donzelli est vraiment bon !

Note : 16/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.