novembre 29, 2021

La Fille de Brest – Dans l’Enfer du Mediator

15139573_1487096331303771_1472827730_n

De : Emmanuelle Bercot

Avec Sidse Babett Knudsen, Benoit Magimel, Charlotte Laemmel, Isabelle de Hertogh

Année : 2016

Pays : France

Genre : Drame

Résumé :

Dans son hôpital de Brest, une pneumologue découvre un lien direct entre des morts suspectes et la prise d’un médicament commercialisé depuis 30 ans, le Mediator. De l’isolement des débuts à l’explosion médiatique de l’affaire, l’histoire inspirée de la vie d’Irène Frachon est une bataille de David contre Goliath pour voir enfin triompher la vérité.

Avis :

Emmanuelle Bercot, c’est la réalisatrice française qui aura mis du temps avant de s’imposer sur la scène française, mais qui à force de persévérance et surtout de talent, est bel et bien en passe de devenir l’une de ces réalisatrices dont attend chaque film avec impatience, tant elle a su, sur ses deux derniers films, imposer du très beau cinéma.

Un peu plus d’un an après le magnifique « La Tête Haute« , Emmanuelle Bercot est de retour avec un film qui lui tenait à cœur, « La Fille de Brest« . Un film qui lui tenait à cœur puisque « La Fille de Brest » qui traite du scandale du Médiator est un métrage que la réalisatrice a murement réfléchi. C’est une idée qui traîne dans ses tiroirs depuis bien des années déjà et quand on découvre cette « … fille de Brest« , le moins qu’on puisse en dire, c’est que cette envie se ressent à chaque instant. Parfaitement détaillé et surtout très passionnant, Emmanuelle Bercot nous entraîne dans le combat du pot de terre contre le pot de fer et il en résulte une perle criante de vérité.

15129990_1487096327970438_694706497_n

Septembre 2009 au C.H.U de Brest, le docteur Irène Frachon a des doutes sur les bienfaits d’un médicament prescrit au départ à des gens diabétiques, puis comme coupe-faim pour des gens qui voudraient perdre du poids. Ce médicament, c’est le Médiator. Irène a constaté des cas d’atteintes cardiaques et plus précisément de valvulopathies chez plusieurs patients. Après un cas d’étude mené sur une tranche de patients des environs, elle va découvrir avec son équipe que ce médicament si longuement prescrit depuis plus de trente ans est très dangereux et peut être responsable de la mort de plusieurs patients à travers la France. Seule contre l’immense laboratoire pharmaceutique français, Irène va réussir à le faire retirer du marché et révéler la supercherie et le drame sanitaire qui se cache derrière.

« La Fille de Brest« , c’est le film qui a tout dans son scénario. C’est un film qui s’avère passionnant, mais aussi tendu au possible, allant même chercher parfois dans le thriller, tant il nous tient en haleine.

C’est un film qui est aussi parsemé de touches d’humour discrètes qui respirent la passion de son personnage principal. Une passion extrême qui la pousse encore et encore à mener le combat pour qu’éclate une vérité nécessaire.

C’est un film qui s’avère être une véritable enquête de terrain et de journalisme bien plus tard. Une enquête absolument passionnante dans toutes ses parties, que ce soit au C.H.U en premier, puis plus tard, quand il a fallu compter les ravages de ce médicament. Alors que le cinéma français a tendance, parfois, à donner dans le mortifère ou le pesant, ici Emmanuelle Bercot, comme elle l’avait déjà fait, accroche avec un rythme, une ambiance et un souci du spectacle. À aucun moment, elle n’oublie qu’il faut tenir son public et c’est pour cela que son film passe comme un éclair et que son cinéma s’impose si bien.

« La Fille de Brest » est un film de combat, de vérité, d’engagement, comme on aimerait en voir plus souvent. C’est un combat terriblement difficile et usant qui démontre un certain système capitaliste, où le règne du bénéfice est plus important que celui de la santé. Un système très bien monté, bien caché où les patients ne sont que des chiffres et les pertes, un risque atténué par les statistiques. Avec ce film, Emmanuelle Bercot pose un regard cynique, mais sans haine, ni jugement. La réalisatrice a pris le parti de se détacher des jugements de valeur, pour ne raconter que les faits, simplement les faits et les détails d’une enquête commencée au plus bas de l’échelle.

« La Fille de Brest » est un film froid, mais qui s’avère aussi tout en émotion. On est tendu pour le devenir de cette femme. On est touché par le destin de certains qui ont pris le risque de s’aventurer sur ce terrain glissant et dont ils payent les conséquences injustes. On rit, on pleure, on se révolte, et parfois même, on s’accroche, car « La Fille de Brest » est aussi un film qui enquête et s’enferme dans des lieux clos, comme les salles d’opérations, ou encore les autopsies, et il vaut mieux avoir le cœur bien accroché parfois. Pour deux longues scènes, « La Fille de Brest« , dans son souci de réalisme et d’investigation, est un film qu’il ne faut pas mettre entre toutes les mains.

On ne peut pas évoquer « La Fille de Brest » sans parler de l’actrice qui risque bien de recevoir un César l’année prochaine pour ce rôle. Une actrice investie et possédée par son rôle, la belle et talentueuse Sidse Babett Knudsen qui nous livre une performance incroyable. Très attachante de par son naturel, elle est aussi passionnante que bouleversante. Et alors qu’elle est magnifiquement entourée, Benoit Magimel, Patrick Ligardes, Isabelle De Hertogh, Lara Neumann, Philippe Uchan en tête, on ne voit qu’elle ! On craint pour elle. On respire et on espère pour elle et on reste comme happé par son combat et l’on a qu’une envie, c’est de savoir ce qu’il va lui arriver et comment elle a fait.

15133654_1487096414637096_536160158_o

Emmanuelle Bercot livre un grand film. Un grand film qui narre parfaitement cette enquête et cette injustice à tous les niveaux. Un film grand public, qui garde un œil d’auteur, l’ambiance est géniale, la mise en scène très classieuse et évite le démonstratif. La BO électro celte est un régal pour les oreilles. Et enfin, les acteurs sont tous parfaits et aux services de cette vérité, cette affaire. En un peu plus de deux heures, Emmanuelle Bercot aura livré un grand spectacle, une grande enquête et rendu hommage aux médecins comme aux victimes dans un film qui sans juger, met beaucoup de choses en lumière et questionne énormément… Bref, c’est du grand art, et « La Fille de Brest » s’impose comme l’un des meilleurs films français de l’année.

Note : 18,5/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=5RbVaBmQeKA[/youtube]

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.