mars 3, 2024

De Grandes Espérances – L’Enfer du Pouvoir

De : Sylvain Desclous

Avec Rebecca Marder, Benjamin Lavernhe, Emmanuelle Bercot, Marc Barbé

Année : 2023

Pays : France

Genre : Drame

Résumé :

Madeleine, brillante et idéaliste jeune femme issue d’un milieu modeste, prépare l’oral de l’ENA dans la maison de vacances d’Antoine, en Corse. Un matin, sur une petite route déserte, le couple se trouve impliqué dans une altercation qui tourne au drame. Lorsqu’ils intègrent les hautes sphères du pouvoir, le secret qui les lie menace d’être révélé. Et tous les coups deviennent permis.

Avis :

Sylvain Desclous est un réalisateur français dont « De grandes espérances » est le deuxième long-métrage. Après des études de sciences politiques, de lettres modernes et de droit, c’est au milieu des années 2000 que Sylvain Desclous commence à tourner ses premiers courts-métrages. Ayant une envie de cinéma, le jeune réalisateur va alors enchaîner les courts. Il en réalisera cinq en dix ans. Puis en 2016, il réalise « Vendeur« , son premier long, avec Gilbert Melki et Pio Marmaï en tête d’affiche. Par la suite, Sylvain Desclous ne va pas retourner tout de suite à la fiction, préférant se pencher sur des sujets qui le passionnent à travers des documentaires. Des documentaires en forme de long-métrage ou de court.

Entre deux documentaires, Sylvain Desclous n’a pas perdu son temps en ce qui concerne le cinéma de fiction, puisqu’avec Pierre Erwan Guillaume, les deux hommes se sont lancés dans l’écriture d’un thriller politique, familial et amoureux. Prenant le temps de développer une intrigue, prenant le temps de développer des personnages complexes, l’écriture de « De grandes espérances » leur aura pris quelques années, mais pour un résultat ô combien passionnant.

«  »De grandes espérances« , c’est le film de cette fin Mars qu’on n’attendait pas. »

Sombre, prenant, amoral, imprévisible, critique et tenu par des comédiens incroyables, « De grandes espérances » se pose comme l’excellente surprise de cette fin Mars 2023, qui aura su garder son suspens de bout en bout de film. Assurément le coup de cœur de la semaine !

Madeleine est une brillante étudiante qui s’apprête à passer le concours de l’ENA. Ayant des convictions de gauche et voulant changer les choses, Madeleine se pose déjà comme une oratrice de talent et derrière ça, elle est pleine d’idées révolutionnaires. Madeleine est en couple avec Antoine qui a les mêmes idées qu’elle, et lui aussi prépare le même concours. Un été en vacances en Corse, dans la demeure du père d’Antoine, leur vie va prendre un tout autre tournant, lorsqu’une altercation avec un habitant de l’île tourne au drame…

« De grandes espérances« , c’est le film de cette fin Mars qu’on n’attendait pas. Partant sur les routes du thriller politique, Sylvain Desclous nous entraîne dans un film qui au premier abord peut laisser craindre un film « gauchiste » et bobo et qui s’écouterait parler à l’image de ce premier dîner, qui en fait va se révéler ultra passionnant par la suite, car une fois posé ses personnages et leurs convictions, le réalisateur, au travers d’un scénario particulièrement bien ficelé, va abîmer ses personnages et leur faire prendre des trajectoires qu’on n’aurait pas imaginé. Ainsi « De grandes espérances » va se transformer petit à petit en un thriller qui va mélanger bien des genres au sein de son intrigue, tirant la carte du drame, du drame amoureux ou encore familial.

« Sylvain Desclous en profite aussi pour peindre un très beau portrait de femme, incroyablement incarnée par Rebecca Marder. »

Jouissant d’une richesse dans son écriture, ce qui est terrible avec ce film, c’est qu’il va casser toutes les prévisions possibles quant au déroulé de son intrigue, au point qu’il en est parfaitement imprévisible. Du coup, on se laisse entraîner dans cette écriture avec passion, essayant toujours d’imaginer ce qui pourrait arriver par la suite, et rien de ce que l’on peut imaginer arrive. Mieux encore, plus le film avance, plus il déjoue les pièges des facilités, pour s’orienter vers un final assez amoral et jouissif.

« De grandes espérances » est un film riche, et derrière le suspens de son intrigue concernant la trajectoire de ces deux amoureux que le destin va séparer, Sylvain Desclous en profite aussi pour peindre un très beau portrait de femme, incroyablement incarnée par Rebecca Marder, qui est décidément inarrêtable. Au travers de cette jeune femme qui sait ce qu’elle veut, et qui se donne les moyens d’y arriver, le réalisateur aborde la question de la persévérance, du milieu familial, puis derrière ça encore, il parle du milieu politique, du fait d’en avoir ou non les codes, du fait de prendre des coups, mais aussi de savoir en donner. D’ailleurs, du côté politique, on ne peut passer à côté d’une Emmanuelle Bercot incroyable de bout en bout de rôle. La comédienne, qui est bluffante, compose une députée qu’on suit avec passion et il serait logique qu’on la retrouve l’année prochaine aux César.

«  »De grandes espérances » est un film soigné, qui sait garder son suspens intact. »

Du côté de la mise en scène, « De grandes espérances » est un film soigné, qui sait garder son suspens intact. De plus, à l’image de son intrigue, « De grandes espérances » se fait aussi imprévisible dans sa façon de raconter. Parcouru de plans-séquence, le film passe d’un sentiment à l’autre et ne cesse de surprendre et d’enrichir sa tension, son intrigue et son suspens. On peut dire pour le coup que Sylvain Desclous a très bien fait la chose et son film respire le travail en amont.

Enfin, pour que sa terrible histoire prenne vie, le réalisateur a réuni un sacré beau casting où chacun y trouve sa place, et chacun est bluffant et surprenant. Alors bien sûr, Rebecca Marder, Benjamin Lavernhe et Emmanuelle Bercot sont passionnants, il faut aussi mentionner Marc Barbé, Cédric Appietto, Aurélie Marpeaux (qui peut prétendre à une nomination pour l’espoir féminin), ou encore, et là, c’est plus étonnant, le député Thomas Thévenoud qui tient un vrai rôle.

Lorsqu’on fait la somme de tout cela, le nouveau Sylvain Desclous se pose alors comme un film passionnant, qui aura su tenir sa tension, son suspens, sa critique, et son côté imprévisible jusqu’à son générique final. Et mieux encore, car on ressort de la salle avec ces personnages et cette histoire, et l’on peut même s’amuser à imaginer ce qui pourrait se passer pour la suite. Bref, vous l’aurez compris, le film est excellent, et mérite vraiment qu’on s’y arrête.

Note : 17/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.