mai 25, 2024

Placés

De : Nessim Chikhaoui

Avec Shaïn Boumedine, Julie Depardieu, Philippe Rebbot, Nailia Harzoune

Année : 2022

Pays : France

Genre : Comédie, Drame

Résumé :

Parce qu’il a oublié sa carte d’identité, Elias ne peut passer les épreuves du concours d’entrée à Sciences Po. À la recherche d’un job en attendant de pouvoir se présenter à nouveau, il devient éducateur dans une Maison d’Enfants à Caractère Social.

Avis :

Nessim Chikhaoui, c’est un parcours pour le moins atypique. Scénariste, il a travaillé à partir de 2015 sur « Les Tuche« . Il a ainsi bossé avec Olivier Baroux et Jean-Paul Rouve sur les trois derniers films de la « saga ». En tant que scénariste, il a aussi bossé sur « Le doudou« , film de Philippe Mechelen et Julien Hervé, qui étaient tous les deux scénaristes sur « Les Tuche« . Mais avant de plonger dans l’écriture, Nessim Chikhaoui a tout d’abord été éducateur spécialisé dans des foyers de protection pour enfants. Nessim Chikhaoui a fait ce métier pendant dix ans, et ça l’a tant marqué qu’il a décidé pour son premier film, en tant que metteur en scène, de raconter justement ce métier, sa découverte, et tous les moments forts qu’il a vécu.

Les films sociaux sont légion dans le cinéma français. Notre cinéma en produit beaucoup, et s’aventure sur tous les paysages, pour peindre des portraits et des histoires. Mais les films sociaux, il faut en faire le tri, car très vite, on tombe dans la surenchère, la démagogie, ou encore la dénonciation sans nuance.

« Si le premier film de Nessim Chikhaoui n’est pas incroyable, car trop attendu et classique en un sens, cela ne l’empêchera pas d’être un joli moment. »

Pour ma part, même si j’adore le cinéma français, avec ces films-là, j’ai tendance à y aller avec méfiance, tant beaucoup de ces films se sont posé comme de solides déceptions. D’ailleurs, à la découverte de la bande-annonce, et surtout du discours bien engagé de Philippe Rebbot au téléphone, « Placés » m’avait fait craindre un film sans nuance et mesure, mais finalement, à la fin de cette séance de cinéma, même si le premier film de Nessim Chikhaoui n’est pas incroyable, car trop attendu et classique en un sens, cela ne l’empêchera pas d’être un joli moment et derrière ça, d’offrir une belle infiltration au sein d’un métier qui est loin d’être simple.

Ce jour-là, Elias aurait dû passer son concours pour science Po, mais ce jour-là, Elias a oublié sa carte d’identité, et rien n’y aura fait. Dans l’obligation d’attendre la fin de l’année suivante pour repasser ce concours, Elias se voit alors proposé par un pote de devenir éducateur dans une maison spécialisée pour jeunes. Ce qu’Elias pensait être un simple job pour passer l’année va très vite s’imposer à lui comme une révélation.

« Placés » est un drôle de film du point de vue des ressentis. Je peux même dire que « Placés » est un film qui m’a fait peur au début, tant sa première partie, entre sa BO et ses discours, allumait en grand le film qui allait manquer de nuance, pour n’être une œuvre politique qui aurait pour but de dénoncer haut et fort les injustices, le manque de moyens, et l’investissement personnel. Alors bien sûr, il y a tout cela dans « Placés« , mais finalement, une fois cette première partie passée, « Placés » se pose comme un film plutôt nuancé. Un film qui respire le vécu, et qui saura nous amuser, voire nous faire rire, autant qu’il va être capable de nous toucher (peut-être pas autant que je l’aurais voulu), mais il n’empêche qu’on finit par s’attacher à cette galerie de personnages.

« Le film a un côté très engagé politiquement, mais il a aussi un côté très humain et l’on sent beaucoup de sincérité dans la démarche. »

Par la suite, le souci rencontré avec ce premier film, c’est que dans certains pans de son écriture, « Placés » est un film sans grande surprise. Ici, dans le déroulement des faits, c’est assez convenu, se posant comme un film classique. Sur tout son long, on devine très vite où le film va aller avec son personnage, et même comment cela va se conclure. Par contre, là où « Placés » se fait surprenant, c’est que finalement, malgré son côté convenu et sans surprise, « Placés » arrive à nous tenir et l’on apprécie découvrir ses personnages. On apprécie passer du temps avec eux. On rit à leurs blagues, à leurs vannes, puis au détour d’une scène, d’un coup, « Placés » se fait plus prenant, voire même assez dur dans son constat, ou encore dans la force qu’il faut pour pratiquer ce métier.

Certes, le film a un côté très engagé politiquement, mais il a aussi un côté très humain et l’on sent beaucoup de sincérité dans la démarche, et l’envie de parler de ces sujets chez Nessim Chikhaoui. « Placés » est un film qui fonctionne bien sur ses petits détails, sur ses confrontations, ou encore ces moments où l’on prend le temps de discuter, de se poser, d’écouter les maux, les doutes, les peurs, mais aussi les envies et les espoirs. Il y a bien des éléments qui alourdissent l’ensemble, comme par exemple le personnage incarné par Julie Depardieu, dont le film aurait clairement pu se passer, mais sur l’ensemble, entre ses défauts et ses qualités, finalement, cette histoire fonctionne plutôt bien et l’on se laisse prendre dans ses filets jusqu’à son logique, mais joli, très joli, final.

« Ce qui fait aussi qu’on se laisse attraper par « Placés« , c’est le choix de son acteur principal, Shain Boumedine. »

Ce qui fait aussi qu’on se laisse attraper par « Placés« , c’est le choix de son acteur principal, Shain Boumedine. L’acteur découvert chez Kechiche, et prochainement dans « Pour la France » de Rachid Hami, est tout simplement excellent de naturel et de spontanéité dans la peau de ce jeune homme qui va se découvrir éduc. On découvre le métier à travers son regard et surtout en même temps que lui, et tout comme lui, on se laisse toucher et l’on se plaît, ici, même dans les moments les plus rudes et les plus injustes.

Ainsi, entre moments qui manquent de nuances, et d’autres qui sont tout le contraire, ce premier film signé Nessim Chikhaoui fait son œuvre et l’on se laisse embarquer au sein de cette grande maison pleine de rires, de drames, de maux, de larmes, d’espoirs et d’apprentissages. Sans être un grand film ou une grande claque, car l’ensemble demeure aussi convenu que classique, « Placés » réussit à nous faire toutefois passer un joli moment de cinéma.

Note : 13/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.