janvier 27, 2023

Fumer Fait Tousser – Trop d’Absurde Tue-t-il l’Absurde?

De : Quentin Dupieux

Avec Gilles Lellouche, Vincent Lacoste, Anaïs Demoustier, Jean-Pascal Zadi

Année : 2022

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Après un combat acharné contre une tortue démoniaque, cinq justiciers qu’on appelle les « TABAC FORCE », reçoivent l’ordre de partir en retraite pour renforcer la cohésion de leur groupe qui est en train de se dégrader. Le séjour se déroule à merveille jusqu’à ce que Lézardin, empereur du Mal, décide d’anéantir la planète Terre…

Avis :

Quentin Dupieux est l’un des réalisateurs français qui a le plus la côte ces dernières années. Il faut dire que le réalisateur s’est taillé une belle réputation avec ses films délirants et à part. Très prolifique, depuis que Quentin Dupieux a reposé sa caméra en France, le cinéaste a tout l’air inarrêtable, avec six films en huit ans, dont deux cette année, avec en Juin dernier le sympathique « Incroyable, mais vrai« .

Cinq mois après la sortie de cette comédie absurde et secrète, Quentin Dupieux est de retour sur les écrans avec un film encore une fois tout à fait particulier. Hommage aux Sentaïs, comédie absurde divisée en plusieurs histoires, le nouveau Quentin Dupieux se pose comme un film sympathique, amusant, mais qui derrière ça laisse un goût d’inachevé. Ainsi, tout en ne boudant pas notre plaisir devant cette nouvelle farce signé Mr. Oizo, « Fumer fait tousser » nous laisse un petit goût de déception en bouche à la sortie de la salle, comme si, finalement, on n’avait été nulle part, ou alors il nous manque un bout de film, une scène finale, qui conclurait autrement que cette façon de nous laisser là comme ça…

Les Tabac Force sont les meilleurs gardiens de la Terre. Ensemble, ils forment une redoutable équipe qui affronte les forces du mal. Le Chef Didier, qui donne leurs missions au Tabac Force, a remarqué que le groupe avait tendance à se dissoudre tout doucement. Il y a un gros manque de cohésion dans le groupe et pour ressouder les liens, Chef Didier décide de les envoyer en vacances. Leur but ? Ne rien faire pendant une semaine et passer du temps ensemble, avant d’affronter la semaine d’après l’infâme Lezardin.

Pour son nouveau terrain de jeu, Quentin Dupieux a convoqué la crème de la crème des acteurs français, pour les emmener dans une clairière, afin d’affronter une tortue gênante. Ça, c’est le début prometteur et délirant de « Fumer fait tousser« . Avec cette base, drôlissime, de départ, le réalisateur nous entraîne dans un film hybride, qui va nous laisser le cul entre deux chaises au final. Il y a quelque chose qui fait qu’avec « Fumer fait tousser » on reste un peu sur le bas-côté, tout en s’amusant beaucoup devant cette bêtise qui ne ressemble à rien d’autre qu’un film de Quentin Dupieux.

Évidemment, le réalisateur nous offre l’exact opposé de ce à quoi on s’attendait. Si l’on avait envie de voir un hommage kitschouille aux Sentaïs comme l’introduction du film, « Fumer fait tousser » s’arrête à cette scène-là, car pour le reste, Quentin Dupieux a imaginé un film de « vacances » où un groupe de potes se racontent des histoires qui font peur au coin du feu. À partir de cette sorte de séminaire, « Fumer fait tousser » va se transformer en plusieurs films, Dupieux s’amusant à mettre en scène les histoires horribles que ses personnages vont se raconter. « Fumer fait tousser » sera alors trois intrigues qui vont être racontées, avant de revenir à la cohésion du groupe et l’idée de combattre les forces du mal.

Ce qui est assez agaçant avec ce film, c’est cette sensation de sentiment très partagé à la sortie de la séance, car d’un côté, on s’amuse beaucoup avec les histoires que Dupieux nous raconte. Deux d’entre elles sont même terribles et auraient même méritées d’être un peu plus développées (comme beaucoup du film d’ailleurs) et face à cela, il y a le fil rouge du film qui d’un coup va être coupé, et le réalisateur va avoir du mal à conclure son histoire. En fait, c’est si abrupt et absurde, qu’on ne peut s’empêcher de sourire, tout en se disant qu’il manque quelque chose pour pleinement nous emporter dans le délire.

Sentiment qui est vraiment dommage, car ce final ressemble aussi parfaitement à du Dupieux, ce qui me fait penser que peut-être avec l’absurde, le cinéma de Quentin Dupieux commence à atteindre une certaine limite (ou alors c’est justement moi, qui en attendais trop…).

Après, pour le reste, « Fumer fait tousser » est plutôt bien fait. Ces trois histoires s’emboîtent bien dans l’idée du film, et derrière ça, le temps ne se voit pas passer. Visuellement, le film est drôle presque tout le temps, par le simple fait de voir ces acteurs qui n’ont absolument pas peur du ridicule dans leur costume, ô combien parfait. À noter que pour ce film, Quentin Dupieux s’est fait plaisir, allant pêcher du côté du gore et du craspec, et c’est drôlement le bienvenu.

Enfin, « Fumer fait tousser« , c’est aussi un bon casting, avec des acteurs qui s’amusent vraiment et ça se voit. Que ce soit au sein de la Tabac Force, que ceux qui peuplent les histoires racontées, il y a quelque chose de drôle et d’attachant qui s’échappe de ces personnages qu’on a envie de suivre. Reste toutefois une déception du côté du casting, le sous-emploi de Benoit Poelvoorde, car le comédien de retour chez Dupieux, on imaginait quelque chose de bien plus déjanté, alors que finalement, il est peu présent et surtout très sombre. Dans un autre sens, on retrouve avec plaisir l’hilarante Adèle Exarchopoulos. Décidément, le cinéma de Quentin Dupieux lui va très bien.

Ce nouveau film pour Quentin Dupieux est donc un petit amusement. Le réalisateur s’amuse encore une fois à bousculer les codes, et cette comédie absurde, voire de non-sens, nous fait passer un petit moment de cinéma somme toute appréciable, même si c’est bien avec un petit goût de déception qu’on quitte la salle de cinéma, comme si Quentin Dupieux avait eu une bonne idée et qu’il n’avait finalement pas vraiment su où aller avec cette dernière. Maintenant, on attend « Daaaaaali !« , dans l’espoir que Quentin Dupieux nous revienne au meilleur de sa forme.

Note : 12/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.