novembre 30, 2022

Reste un Peu – Mais pas Trop…

De : Gad Elmaleh

Avec Gad Elmaleh, Régine Elmaleh, David Elmaleh, Olivia Jubin

Année : 2022

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Après trois années à vivre l’« American dream » Gad Elmaleh décide de rentrer en France. Sa famille et ses amis lui manquent. Du moins, c’est la réponse officielle pour justifier son retour… car Gad n’est pas (seulement) rentré pour le couscous de sa mère. Non, c’est une autre femme qu’il vient retrouver à Paris… la Vierge Marie.

Avis :

Gad Elmaleh est l’un des humoristes français qui fonctionne le mieux. Au cours des années 2000, sa cote a littéralement explosé, et il s’est inscrit parmi ceux qui peuvent remplir des Zénith et des stades sans aucun souci. Comme beaucoup d’humoristes, Gad Elmaleh s’est gentiment invité au cinéma, tournant pour pas mal de bons et grands réalisateurs, Pierre Salvadori, Radu Mihaileanu, Patrice Leconte, Michel Gondry, Costa Gavras, et même Steven Spielberg et Woody Allen.

Comme beaucoup de comédiens, Gad Elmaleh s’est laissé tenter par la réalisation. En 2009, il réalise l’infâme « Coco« , comédie bling-bling pas drôle. Treize ans après ce premier essai, Gad Elmaleh le réalisateur est de retour, avec un film qui, dans son idée et dans son sujet, est totalement inattendu. Si Gad Elmaleh reste toujours dans le registre de la comédie, cette fois, il mélange le tout avec du drame, et même une touche d’intime, puisque « Reste un peu » est un film qui parlera de Gad Elmaleh et de sa famille. Et c’est un film très inégal qu’on va trouver là. Un film qui tient un sujet intéressant, voire même très intéressant, pour ne pas dire audacieux, puisque Gad Elmaleh y parle de religion et de son amour pour la Vierge Marie, alors qu’il vient d’une famille de Juifs séfarades. Mais voilà, derrière ce sujet intéressant et parfois même les jolis moments de grâce qui s’en dégagent, « Reste un peu » est plombé par son humour qui dédramatise l’ensemble, quant au côté intime avec l’idée de faire jouer ses propres parents, ça ne fonctionne pas vraiment.

Après s’être installé aux Etats-Unis, Gad Elmaleh est de retour chez lui en France chez ses parents. Ses parents et sa famille lui manquent, mais derrière ça, Gad revient avec un secret. Un secret assez terrible, qu’il va bien avoir du mal à dire à ses parents, car ce dernier pourrait bien casser les fondations de la famille. Alors que Gad vient d’une famille juive très croyante et pratiquante, lui a rencontré la Vierge Marie, et il revient aussi pour se faire baptiser…

Le nouveau film réalisé, écrit, interprété, et inspiré de la vie de Gad Elmaleh est arrivé en salle, et autant le dire de suite, « Reste un peu » est un film tout à fait singulier. Pour ce film, Gad Elmaleh a choisi un sujet on ne peut plus intime, sa rencontre avec la Vierge Marie et son envie de se convertir, de quitter sa religion pour une autre. Il y a dans cette idée beaucoup d’audace, beaucoup de culot, et derrière ça, « Reste un peu » réunit des ingrédients qui sont vraiment intéressants. Comment annoncer ce changement dans une famille comme la sienne ? Comment annoncer tout ça, avec la culture dont il est issu ?

« Le film de Gad Elmaleh est vraiment intéressant, car le réalisateur et comédien y présente bien les dilemmes qu’il peut rencontrer et la déception qu’il provoque chez ses parents. »

Puis derrière, la foi et le baptême qui s’en suit, c’est important, et ça pousse à beaucoup de réflexions intérieures. Ainsi, lorsque « Reste un peu » suit cette trame, le film de Gad Elmaleh est vraiment intéressant, car le réalisateur et comédien y présente bien les dilemmes qu’il peut rencontrer et la déception qu’il provoque chez ses parents. Avec ce film, on sent vraiment le poids de la religion, des cultures, et surtout la peur qu’un changement peut provoquer. Le film aborde aussi de manière très personnelle le rapport à la religion que peut avoir Gad Elmaleh avec la foi, et l’on sent que sa démarche est sincère.

Toujours dans ses bons côtés, le film présente aussi les différentes manières de recevoir cette nouvelle, avec un père qui rejette en bloc, alors que sa mère fait quelques démarches pour essayer de comprendre son fils. Le film se permettra même quelques fulgurances touchantes, avec les parents, ou encore la frangine de Gad Elmaleh (on remarquera toutefois l’étrange absence d’Arié Elmaleh), et l’incroyable complicité qu’il y a entre Sœur Catherine et Gad Elmaleh. À noter aussi du côté des comédiens, un joli rôle tenu par Olivia Jubin.

Mais voilà, si le film est intéressant et touchant, quand il entre vraiment dans le vif de son sujet, « Reste un peu » est vraiment abîmé par tout le quotidien qu’on y trouve qui, lui, n’est pas vraiment intéressant et laisse la sensation d’être là pour combler les trous, et derrière ça, faire de l’humour qui ne sera pas de la comédie pure et dure, comme le comédien nous a habitué, mais cet humour, qui se veut amusant, ne l’est pas. Le peu de gags tombent à l’eau et bien souvent, on se demande avec ça ce que le film cherche à raconter.

« Si le film nous offre de jolis moments, bien souvent, le temps est long. »

Toujours au sein de ce scénario inégal, le film part parfois dans d’autres directions, avec quelques moments de Gad sur la scène d’un petit comedy club, essayant son nouveau spectacle, ou encore une rencontre improbable, avec un vieil homme dans un appartement parisien, dont on ne sait pas vraiment ce que cela vient faire dans cette histoire. Enfin, on comprend bien le don aux autres, le côté altruiste, mais le trait est forcé et l’ensemble est assez peu intéressant.

Du côté de sa forme, « Reste un peu » est une autofiction, et si le film nous offre de jolis moments, bien souvent, le temps est long. « Reste un peu » impose un faux rythme et l’on sent que son réalisateur rame un peu pour faire emboîter toutes ses idées au sein de cette histoire. Le côté documentaire peut être intéressant, là encore le film en un sens respire la sincérité, mais comme cette histoire a le cul entre deux chaises, avec d’un côté un drame intimiste plutôt réussi et de l’autre une comédie dramatique ennuyeuse à l’humour dépassé, finalement, on ressort du film perdu, ne sachant pas vraiment quoi faire de cette crise de foi.

Enfin, pour tenir ces rôles, Gad Elmaleh a fait appel à ses proches pour tenir leur rôle et là encore, ce n’est pas vraiment ça. Si du côté de ceux qui l’aident dans la recherche de sa foi, Sœur Catherine et le Père Barthélémy, il en ressort un naturel déconcertant et très touchant, du côté des très proches de Gad Elmaleh, c’est loin d’être gagné, notamment son père, qui peine à être convaincant.

« Reste un peu » est donc un film duquel on ressort partagé, très partagé, car dans un sens, le film est sincère, et il ressemble à Gad Elmaleh. Puis on sent le comédien/réalisateur vraiment fragile, perdu au sein de lui-même et en même temps, pas tant que ça. La démarche était complexe, et il est difficile de juger quelqu’un qui se livre autant, mais voilà, ce docufiction, qui hésite entre le drame et la comédie, a bien du mal à nous conquérir et finalement, malgré des moments et des réflexions, on s’y ennuie. Dommage.

Note : 08/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.