janvier 27, 2023

Dahmer: Monstre – L’Histoire de Jeffrey Dahmer

D’Après une Idée de : Ryan Murphy et Ian Brennan

Avec Evan Peters, Richard Jenkins, Penelope Ann Miller, Niecy Nash

Pays : Etats-Unis

Nombre d’Episodes : 10

Genre : Biopic, Thriller

Résumé :

Le parcours du cannibale de Milwaukee, l’un des tueurs en série les plus connus aux Etats-Unis : de son enfance difficile à sa condamnation en 1992, et comment l’incompétence et l’apathie de la police lui ont permis de poursuivre ses crimes durant plusieurs années.

Avis :

On connaît tous Ryan Murphy, showrunner qui ne cesse depuis une vingtaine d’années de créer de nouvelles séries qui s’aventurent vers tous les genres. Du coup, je vais plutôt m’intéresser au co-showrunner de Murphy, un certain Ian Brennan, dont le nom ne me dit pas grand-chose. Acteur, réalisateur, scénariste, producteur, et bien entendu showrunner, Ian Brennan, c’est celui qu’on retrouve derrière des séries telles que « Glee« , « The Politician« , « Scream Queens« , ou encore « Hollywood« , des séries que je n’ai pas encore vues (d’où le nom qui ne me dit rien) et derrière ça, qui ont toutes été co-showrunnée avec Ryan Murphy.

Les tueurs en séries, qu’ils soient réels ou fictifs, ont toujours intéressé le cinéma. Du côté du petit écran, le sujet est lui aussi présent, et des séries comme « Dexter« , ou encore « You« , viennent très vite en tête, mais ces exemples suivent des tueurs fictifs, alors que la nouvelle série de Ryan Murphy et Ian Brennan, retrace la vie d’un tueur qui a bel et bien existé, Jeffrey Dahmer, dit le cannibale de Milwaukee.

Première série dans son genre à s’intéresser à la vie d’un tueur, « Dahmer … » est une série qui a créé sa polémique et fait couler de l’encre, mais derrière tout ceci, que vaut la série en elle-même ? Eh bien assurément les deux showrunner ont livré une série dérangeante au possible. Une série qui a tendance à nous mettre très mal à l’aise, et pourtant malgré ceci, « Dahmer … » est aussi une série qui se regarde avec beaucoup d’intérêt, que ce soit pour son histoire, pour son personnage, pour son affaire, les proches des victimes, pour sa réalisation qui est loin de ce que l’on pourrait imaginer et qui fait parfaitement son job, puis au-dessus de tout ça, il y a un acteur, Evan Peters, qui dans la peau du tueur en série, livre une incroyable performance.

22 Juillet 1991, dans un quartier pauvre de Milwaukee, un homme sort en hurlant à l’aide, car un homme a essayé de le tuer. Cet homme s’appelle Jeffrey Dahmer. La victime arrive à arrêter une voiture de police et il les conduit à l’appartement de Dahmer. Sur place, la police va aller de macabres découvertes en macabres découvertes.

Comme je le disais plus haut, « Dahmer … » est une série qui a fait couler beaucoup d’encre, principalement parce qu’elle met en avant Jeffrey Dahmer. La série de Murphy et Brennan raconte sa vie, de son arrestation à ses premiers meurtres, ou encore son enfance, son procès, sa mort et derrière ça, elle dresse le portrait du tueur, et fouille sa psychologie. Peut-on mettre en avant un tel personnage, et derrière ça, est-ce indécent pour les familles des victimes ?

Le sujet est très complexe, mais raconter cette vie, surtout comme cela est fait dans cette série, n’est pas cautionné, ou excusé, tout comme comprendre un acte n’est pas l’accepter et c’est ce que vont faire les deux showrunners au travers des dix épisodes que dure « Dahmer … ». Bien sûr, on aurait pu raconter Jeffrey Dahmer en réalisant un documentaire, mais cela a déjà été fait maintes fois, et l’idée d’une série pour raconter les faits est une très bonne idée, car cela permet de creuser bien plus Dahmer, mais aussi d’autres personnages, et ainsi dresser un portrait très intéressant de cette affaire et de ses différentes facettes.

Avec ses dix épisodes, « Dahmer … » est une série riche et sait très bien ce qu’elle veut raconter, et surtout comment elle veut le raconter. Prenant comme point de départ l’arrestation de Jeffrey Dahmer, la série va, à grand coup de flashbacks, explorer la vie de son tueur. La série s’intéresse à son enfance, son adolescence, la relation que le jeune homme peut avoir avec ses parents, sa fascination très tôt pour la mort. Puis la série, évidemment, raconte certains de ses meurtres, et essaie d’expliquer pourquoi, ou du moins elle s’aventure sur quelques sentiers. Le portrait, tout comme le personnage, est infiniment complexe, il faut dire que Jeffrey Dahmer défit l’entendement, que ce soit par son histoire, sa façon d’être, ou encore l’ordre de son arrestation et son procès.

Puis derrière le cannibale de Milwaukee, « Dahmer … » est aussi une série qui va parler des années 70 et 80, parlant de sujets de l’époque. Évidemment, la série met en avant les défaillances de la police, notamment au travers du portrait terriblement touchant de la voisine de Jeffrey Dahmer qui n’a cessé d’alerter sans qu’on ne l’entende. D’ailleurs, le personnage est tenu par Niecy Nash et la comédienne est une très belle révélation, juste, passionnante et surtout bouleversante de bout en bout de série. La série s’arrêtera bien sûr sur la souffrance des victimes, mettant le doigt au moment de conclure sur une dernière injustice qui leur sera faite.

Seul point qui aurait mérité d’être plus exploré, c’est le procès de Jeffrey Dahmer, car si la série en parle, elle survole, alors qu’il y avait matière là encore, à faire quelque chose de très intéressant, que ce soit pour la défaillance de la police, ou encore dans la défense de Dahmer.

Du côté de sa mise en scène, « Dahmer … » est loin d’être évidente, dans le sens où la série n’est pas comme on pouvait se l’imaginer. Très lente, Murphy et Brennan prennent tout le temps dont les personnages et l’histoire ont besoin pour être raconté. Là encore, la série a fait couler de l’encre, car beaucoup se sont ennuyés. Pour ma part, ce format fut passionnant, et cette lenteur raconte aussi quelque chose de la vie de Dahmer. Sa vie n’avait rien d’excitante, elle était même ennuyante, et l’idée de ce rythme lui correspond bien.

« Dahmer … » est aussi une série qui tient une ambiance glaçante, voire même terrifiante, créant un certain malaise à la regarder. Franchement, on n’est pas bien devant la série, et c’est l’une des sources qui fait qu’aussi on reste intrigué et curieux d’aller plus haut, d’en apprendre toujours plus. Visuellement parlant, la série est un très bel objet de cinéma, et pour assurer le show, Murphy et Brennan se sont très bien entourés avec à la réalisation des épisodes, des noms comme Jennifer Lynch, Gregg Araki, ou Carl Franklin.

Enfin, si dans son casting, on salue les interprétations de Richard Jenkins, Molly Ringwald, ou encore, comme je l’ai déjà mentionné plus haut, Niecy Nash, cette série, c’est surtout Evan Peters qui livre une performance glaçante, sombre et puissante, dans la peau d’un Jeffrey Dahmer qui ne cesse de nous bousculer.

« Dahmer : Monstre, la vie de Jeffrey Dahmer » est donc une excellente série. Une série qui raconte son tueur, son immonde parcours, mais aussi bien des aspects de cette affaire, et alors que la série tient un rythme lent, je n’ai pas vu passer ses dix épisodes. Tenu par un très bon casting, tenu par une ambiance très sombre, très bien réalisé, et écrit avec précision… Bref, la nouvelle série de Ryan Murphy et Ian Brennan est une belle réussite.

Note : 16,5/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.