novembre 30, 2022

Dog

De : Reid Carolin et Channing Tatum

Avec Channing Tatum, Luke Forbes, Ethan Suplee, Kevin Nash

Année : 2022

Pays : Etats-Unis

Genre : Comédie, Drame

Résumé :

Deux anciens Rangers de l’armée sont jumelés contre leur gré lors du road trip de leur vie. Briggs et Lulu, un malinois belge, parcourent la côte du Pacifique pour se rendre à l’heure aux funérailles d’un autre soldat.

Avis :

Dans les métiers du septième art, de nombreux comédiens ont voulu passer derrière la caméra. Et si certains font les deux de façon régulière, il arrive que des actrices et acteurs renommés tentent l’expérience de la réalisation pour faire un projet qui leur tient à cœur. On peut bien sûr citer Olivia Wilde avec Booksmart ou plus récemment Don’t Worry Darling, mais il y a une pléthore d’artistes qui sont passés par la case réalisation. Et aujourd’hui, c’est Channing Tatum qui s’y colle, pour un projet qui lui est très personnel, puisqu’il s’agit de Dog.

Mettant en scène un berger malinois du nom de Lulu, l’acteur a voulu prendre ce scénario pour rendre hommage à son chien décédé d’un cancer qui portait le même nom, et avec lequel il a entrepris un road trip avant sa mort. Film plutôt intime, il est aussi l’occasion de voir l’œil de l’acteur dans un autre registre.

Le film débute avec un générique qui explique, à travers des photos et des documents, la relation forte qui unit un ranger avec son chien. Une fois cela passé, on découvre un autre ranger qui bosse dans une sorte de fast food, et qui essaye désespérément de retourner dans l’armée. Mais ce dernier est refoulé à cause d’une blessure de guerre. Cependant, il apprend que son ami ranger est mort dans un accident de voiture, et il se voit offrir une mission, amener le chien de son ami jusqu’à son enterrement à l’autre bout des Etats-Unis. Cependant, le chien étant traumatisé par la guerre, il n’accepte que la voiture comme mode de transport. Ce ranger solitaire va donc devoir composer avec le chien de son ami sur un long road trip de plusieurs jours. Voilà le pitch de base de Dog, qui n’entretient aucun mystère sur sa finalité.

D’ailleurs, le scénario peut sembler faible de prime abord. En effet, on va suivre un ranger à la retraite forcée, qui fait encore des cauchemars post-traumatiques, et qui va devoir faire équipe avec un chien tout aussi blessé que lui. On se doute bien que le voyage sera l’occasion de nouer des liens et de créer une relation forte à base d’entraide, de compréhension et de rencontre fortuites. Dog sait exactement ce qu’il est, un petit film qui n’a pas vraiment besoin d’entretenir le mystère autour de son histoire. Le but ici est de faire grandir les deux protagonistes, homme et chien, pour retrouver goût à la vie. En ce sens, on pourrait presque voir ce long-métrage comme un buddy movie, sans l’aspect policier, mais simplement autour d’une balade qui va permettre la découverte de soi et de l’autre.

Le film va alors traiter différents thèmes assez intéressants, que ce soit du côté de l’humain, ou du côté de l’animal. Si on prend ce ranger solitaire, on va y voir des failles, aussi bien sur le corps que dans le cœur. Sa rencontre avec des nanas tantriques, son détour pour voir sa fille de trois ans ou encore cette volonté de faire plaisir au chien en allant voir son « frère », va permettre à l’ancien héros de guerre de se découvrir et d’apprendre à connaître son partenaire. Les blessures de guerre, l’entraide pour réussir, la confiance en soi et envers les autres sont autant de thématiques que le film aborde avec délicatesse et aucune lourdeur. Et c’est là un point fort de Dog, qui ne pisse jamais plus loin que ce qu’il est.

Même dans sa mise en scène, le film reste assez sobre et n’essaye jamais d’aller au-delà de son postulat. Alors on pourrait croire que c’est un frein que se met Channing Tatum et son acolyte Reid Carolin, mais on peut aussi y voir une sorte d’humilité. Cette simplicité, ce côté épuré, rend vraiment service au film, lui octroyant un petit surplus d’émotion dans cette relation à la fois drôle et émouvante. On se doute bien de la fin du film. On sait commence cela va finir. Mais la mise en scène, élégante sans en faire des caisses, permet à ces émotions de pleinement s’exprimer. Cela n’empêchera pas certains plans d’être beaux, comme ces couchés de soleil avec l’acteur et son chien sur le capot de la voiture.

Les seuls reproches que l’on peut faire au film, c’est de ne pas avoir de personnages secondaires forts. Certes, l’alchimie entre Tatum et son chien fonctionne à plein régime, mais il manque des personnes qui gravitent autour. Et ce n’est pas le couple un peu bizarre, atout comique, qui viendra mettre un peu de piquant dans cette histoire. Tout comme on ne saura pas grand-chose de la vie du personnage principal. En fait, Dog souffre d’un léger manque d’épaisseur dans son déroulement, empêchant certaines émotions de grandir. Fort heureusement, lorsque les thèmes des traumatismes de guerre sont évoqués et le fait que la chienne sauve son maître par sa loyauté et son amour, on est dans un registre maîtrisé, simple et qui évite d’en faire des caisses.

Au final, Dog est un film très simple et qui sait exactement ce qu’il est, une histoire entre une chienne et son maître, cassés par la vie, mais qui vont s’entraider dans cette nouvelle épreuve. Channing Tatum, aidé par Reid Carolin, réalise un premier film agréable, qui n’essaye pas de faire dans la démonstration ou le pathos. Ce parti pris, qui pourrait presque se voir comme de la fainéantise (ou de la peur), rend service à cette histoire qui, si elle n’est pas un immanquable de l’année, reste belle et sobre.

Note : 13/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.