octobre 6, 2022

Don’t Worry Darling – Quand le Buzz ne Suffit Pas

De : Olivia Wilde

Avec Florence Pugh, Harry Stiles, Chris Pine, Olivia Wilde

Année : 2022

Pays : Etats-Unis

Genre : Thriller, Drame

Résumé :

La chronique d’une communauté isolée dans le désert californien en plein cœur des années 1950, au sein de laquelle une femme au foyer voit sa vie être chamboulée.

Avis :

Actrice renommée qu’on a pu voir dans des films tels que « Rush« , « Tron : l’héritage« , « Time Out » ou encore « Puzzle » ou « Her« , Olivia Wilde s’est bien installée depuis pratiquement une vingtaine d’années. Avec l’envie d’en faire toujours plus, Olivia Wilde s’est aussi engouffrée dans la production et depuis quelques années maintenant, on peut retrouver son nom du côté de la réalisation. En termes de réalisatrice, Wilde a commencé en 2011 avec un court, bientôt suivi de quelques clips dont « Dark Necessites » pour les Red Hot Chili Peppers. En 2019, elle sort son premier long, « Booksmart« , qui atterrit chez Netflix et qui est plutôt bien accueilli.

Après ce premier essai, la jeune réalisatrice va alors voire plus grand et passer chez Universal pour « Don’t Worry Darling« , un film qui navigue entre la science-fiction, le drame amoureux et le film à suspense assez classe dans sa mise en image. Sélectionné à la Mostra de Venise et présenté comme film de clôture de Deauville, « Don’t Worry Darling » se pose comme un bon petit divertissement, qui va être assez loin quand même des critiques italiennes qui ont laissé entendre que le film avait fait bouger la Mostra.

Intéressant, féministe et critique d’un système, ce deuxième film pour Olivia Wilde jouit d’un très bel esthétisme, d’une mise scène qui a un joli cachet et derrière, il y a cette actrice merveilleuse qu’est Florence Pugh, qui tient pratiquement tout le film sur ses épaules.

Une petite ville moderne et rétro perdue dans le désert Californien dans les 50. C’est là qu’Alice et Jack vivent. Elle est femme au foyer, lui est ingénieur dans une grande entreprise qui embauche presque tous les hommes de la ville. Alice est une jeune femme épanouie, heureuse dans sa vie et surtout en amour. On peut même dire qu’avec son mari, c’est fusionnel. Pourtant, ce magnifique équilibre vacille lorsque Alice voit l’une de ses voisines se suicider. Peu avant, la même voisine avait essayé de prévenir Alice sur un immense mensonge qu’était la vie de ces habitants et Alice ne l’avait pas prise au sérieux.

« Don’t Worry Darling« , c’est la grosse sortie de cette fin de mois de Septembre. Film mystérieux dont la bande-annonce me fait penser à la série « Le prisonnier« , le nouveau film d’Olivia Wilde est une œuvre qui est emportée avec beaucoup d’enthousiasme et de mystère. La jeune réalisatrice a décidé de s’aventurer dans la science-fiction, avec ce qui semble bien être l’histoire d’un piège. Sur le papier, et dans le peu d’images qui ont été montrées, il est vrai que ce « Don’t Worry Darling » donnait sacrément envie de s’y arrêter et à la sortie de la salle, même s’il peut y avoir un soupçon de déception car on est loin du choc annoncé, ce deuxième film pour Olivia Wilde s’avère efficace.

Scénario original ne faisant pas l’objet d’une adaptation (Ce dernier a même été un temps sur la liste noire d’Hollywood, jugeant ce scénario inadaptable à l’écran), « Don’t Worry Darling » est un bon divertissement qui va se faire très plaisant à suivre. Avec son intrigue qui se fait de plus en plus mystérieuse, « Don’t Worry Darling » aura le don de nous tenir en curiosité sur tout son long, ne sachant pas vraiment où cette histoire va aller. Et lorsqu’on pense avoir découvert les ficelles, le film part ailleurs et se renouvele avec un bon twist qui amènera tout un tas de sujets.

Critique d’un système, film se posant comme féministe sans tomber dans l’excès ou le wokisme, Olivia Wilde arrive à tenir son mystère et l’on se plaît à essayer d’en déjouer la mécanique. Avec cette histoire, Olivia Wilde pose la question du couple, et jusqu’où on est prêt à aller, ou encore la question de la liberté et du bonheur. Bref, des sujets intéressants qui sont plutôt bien amenés dans un script qui ne ressemble pas à tous les autres. On ajoutera à cela un bon jeu de manipulation avec certains personnages qui s’amusent à flouter les frontières et le mensonge de la vérité.

Pour son film, Olivia Wilde a réuni un bien beau casting, avec dans divers rôles Chris Pine, Gemme Chan, Kiki Layne ou encore Nick Kroll et Olivia Wilde elle-même. Mais devant eux, « Don’t Worry Darling« , c’est un film qui est tenu par un joli couple de cinéma, composé d’acteurs talentueux, Florence Pugh d’un côté et Harry Styles de l’autre. Les deux acteurs sont bons dans leur rôle et l’on ne retient qu’eux. À noter pour les fans, un show de Dita Von Teese.

Du côté de sa réalisation, « Don’t Worry Darling » est un film qui a son cachet et son univers. Plongée dans les années 50, avec cette idée de la vie parfaite, le film d’Olivia Wilde nous offre une intrigue qui tient de bonnes idées de mise de scène et un parti-pris esthétique presque poétique. Le film nous offre plein de grandes scènes, tout comme il nous offre un superbe travail du point de vue de ses décors et ses costumes, ou encore son maquillage costume. On notera aussi qu’Olivia Wilde gère plutôt bien son suspens et son ambiance, même si dans son montage, en milieu de film, l’ensemble a un petit ventre mou et surtout a une tendance à tourner en rond. D’ailleurs, ce sont ces petits défauts qui, mis bout à bout, empêchent le film d’être une grande expérience passionnante de cinéma.

Ce deuxième film d’Olivia Wilde n’est pas extraordinaire (et n’est pas vraiment comme on nous le vend), mais surtout, il se laisse très gentiment regarder et l’on se plaît à essayer de rassembler les pièces de ce puzzle, qui est aussi facile, finalement, qu’il est loin d’être évident au premier abord.

Note : 15/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.