octobre 6, 2022

Amants Super-Héroïques – Le Tourbillon de la Vie

Titre Original : Supereroi

De : Paolo Genovese

Avec Jasmine Trinca, Alessandro Borghi, Greta Scarano, Elena Sofia Ricci

Année : 2022

Pays : Italie

Genre : Romance, Comédie, Drame

Résumé :

L’histoire d’un couple : Anna, une dessinatrice à la personnalité impulsive et anticonformiste, et Marco, un professeur de physique convaincu que tout est régi par une formule mathématique. Une comédie sentimentale sur les couples et l’effet du temps qui passe sur leurs relations, posant une question simple mais profonde : quels superpouvoirs faut-il avoir pour s’aimer toute une vie ?

Avis :

Dans les voyages de cinéma, aujourd’hui, on pose nos yeux et nos émotions en Italie, dans le cinéma de Paolo Genovese. Cinéaste officiant depuis une vingtaine d’années, Paolo Genovese a commencé sa carrière à la fin des années 90, en coréalisant ses premières œuvres avec Luca Miniero. Puis au carrefour des années 2010, le duo s’est séparé après trois longs-métrages. Paolo Genovese commence alors une carrière solo qui petit à petit va l’imposer comme l’un des metteurs en scène italiens les plus en vue. L’un des points culminants sera en 2016 lorsqu’il réalise « Perfetti sconosciuti« , film qui remportera le David di Donatello du meilleur film. Ce film sera alors remaké à l’étranger par Alex De La Iglesias et chez nous par Fred Cavayé, ce qui donnera « Le jeu« .

Continuant sa carrière, aujourd’hui, le réalisateur revient avec une romance. Non, ce n’est pas une romance, je dirais qu’il nous revient avec LA romance par excellence ! Pour son nouveau film, Paolo Genovese a décidé de nous parler d’amour à travers le temps qui passe. Sublime, débordant d’amour, romantique et romanesque, léger et en même temps terrible, un brin cliché, pour ne pas dire facile et déjà vu, ce qui n’empêchera pas Paolo Genovese d’imposer ce film comme un petit bijou, où les émotions se bousculent, et surtout où l’on se laisse emporter dans cette histoire grâce à des personnages qui sont tout simplement beaux, tellement beaux ! Ça faisait bien longtemps qu’un film romantique ne m’avait pas autant touché et embarqué avec lui, et pour ça, merci !

S’il n’avait pas plu ce soir-là, alors Anna et Marco ne se seraient jamais rencontrés. Elle est dessinatrice et lui est professeur de physique. Ils sont deux opposés, et comme on dit souvent que les opposés s’attirent, ils vont commencer à se fréquenter et cette rencontre du fruit du hasard ou d’un destin déjà tout programmé va donner naissance à une superbe histoire d’amour qui va traverser le temps. À l’heure où les couples ont de plus en plus de mal à tenir sur la durée, rester ensemble, malgré le temps qui passe et les épreuves, relèverait peut-être de super-pouvoirs cachés…

Je ne sais pas pour vous, mais parfois, lorsqu’un film commence, il dégage quelque chose qui fait que d’emblée, on sait qu’on va passer un très bon et très beau moment devant. Parfois, il ne suffit de pas grand-chose, comme ici, une rencontre sous un porche et un numéro de téléphone inscrit au marqueur sur un parapluie et paf, l’affaire est bouclée ! Alors bien sûr, le film de Paolo Genovese va être bien plus que cela, mais dès son ouverture, le réalisateur nous fait comprendre que ces « Amants super-héroïques » sera un film d’amour comme on en fait quasiment plus. Romantique au possible, le nouveau film de Paolo Genovese se pose comme une merveille qui sait ce qu’il est de bout en bout d’intrigue.

Si on pourra très facilement lui reprocher de nous entraîner dans une histoire qu’on a déjà vu au premier abord, le talent et l’amour de Paolo Genovese font que cette intrigue parsemée de sentiers clichés arrive totalement à se réinventer et au-delà de ça, le réalisateur arrive sans aucun mal à nous séduire, nous embarquer, nous faire sourire et nous toucher, grâce à une histoire aussi belle qu’elle est simple et humaine.

Pour réinventer cette histoire somme toute assez basique dans ses grandes lignes, Paolo Genovese a l’idée dans son scénario de jouer avec le temps, prenant et racontant ce couple dans deux temporalités différentes. L’intrigue se déroulant sur une vingtaine d’années, on va suivre les amours de ces deux « Amants super-héroïques » sur deux lignes qui s’entrecroisent en permanence, pour nous raconter à chaque fois une dizaine d’années. Très bien construit, oscillant sans aucun souci entre les deux temporalités, Paolo Genovese réussit même à renforcer et enrichir cette histoire d’amour en elle-même.

Ainsi, au cours des toutes ces années partagées (ou non), « Amants super-héroïques » sait se faire aussi bien romantique que dramatique, aussi léger que sérieux, aussi solaire que sombre, aussi amoureux que brisé, aussi spontané que dans le doute, aussi drôle que déchirant… Bref, la vie d’un couple avec ses hauts, ses sommets, mais aussi ses bas. Au gré de ces deux histoires qui racontent ce couple, au travers des années, les personnages changent, le couple évolue, l’amour aussi, et finalement, entre les hauts et les bas, cette histoire parle à tout le monde. Le film développe aussi beaucoup l’idée de super-héros, à l’heure où les couples ne tiennent plus, ceux dont l’amour résiste au temps deviennent alors des super-héros du quotidien et personnellement, j’aime beaucoup cette idée.

Avec cette idée de vouloir faire le film romantique par excellence, et cette idée de faire s’entrecroiser deux timelines en même temps, Paolo Genovese nous réserve aussi de jolis moments parfaitement montés. Des instants qui, grâce à un astucieux travail fait sur le montage et le rythme, oscillent et mélangent passé et présent, ce qui renforce à chaque fois l’histoire et derrière ça les émotions qu’on ressent.

On notera aussi le travail magnifique fait sur la photo, qui tient deux couleurs de tons différents, selon la temporalité dans laquelle on se trouve. C’est peut-être facile dans son idée, avec une photo chaude pour les débuts et quelque chose de plus froid pour la suite, mais le fait est que ça fonctionne très bien et ça appuie encore un peu plus le côté romantique de ce film. Un côté exacerbé (dans le bon sens) grâce à la mise en scène de Paolo Genovese qui offre plein d’idées pour illustrer cette histoire d’amour. Le film tient même quelques fulgurances qui ne sont pas prêtes d’être oubliées (la rencontre du début, la recherche d’une lampe, une prise de bec entre deux époques, ou encore le final, ô combien superbe), et lorsqu’on y repense, on n’a qu’une envie, c’est de se « réengouffrer » dans cette histoire, avec ces personnages qu’on a tant aimé.

D’ailleurs, ces personnages sont superbement campés par deux acteurs géniaux, qui forment un couple de cinéma magique. Avec d’un côté Jasmine Trinca, qui après le superbe « Pour toujours » de Ferzan Özpetek sorti en début d’année, tient encore une fois un personnage magnifique, et de l’autre Alessandro Borghi qui est tout simplement déchirant trouvant l’un de ses plus beaux rôles. Pour les accompagner au fil des années, « Amants super-héroïques » offre plein de personnages qui sont attachants et avec lesquels, de ce côté-là aussi, on se sent bien.

Le nouveau film de Paolo Genovese se pose comme une surprise et derrière ça, une merveille, car cette histoire d’amour qu’on a déjà vu, le réalisateur italien arrive à tout réinventer, nous offrant de superbes instants de cinéma qui débordent de romantisme et d’amour. Tenu par deux acteurs aussi merveilleux que beaux ensemble, on se sent bien devant ce film, où les émotions sont toujours justes, ou l’idée de raconter cette histoire d’amour et cette vie en deux temps ne fait que renforcer et approfondir ces personnages et nos émotions.

Je suis entré en salle avec l’idée que j’allais voir une petite romance, qui au plus fort, serait somme toute sympathique, j’en ressors bouleversé par tant de charme et d’amour. La presse a détesté, et bien moi, j’ai adoré et je me referais bien une séance dans quelque temps.

Note : 18/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.