août 10, 2022

Tempura

Titre Original : Hold me Back

De : Akiko Ohku

Avec Non, Kento Hayashi, Ai Hashimoto, Asami Usuda

Année : 2022

Pays : Japon

Genre : Comédie, Drame, Romance

Résumé :

Depuis toujours, Mitsuko vit dans sa bulle. Au cœur d’un Tokyo trop grand pour elle, elle se consacre avec passion à des recettes de cuisine qu’elle peaufine de son petit appartement. En célibataire épanouie, elle se fixe chaque jour de nouveaux défis jusqu’à celui inédit… d’inviter un garçon à dîner !

Avis :

Dans le paysage du cinéma japonais, les femmes réalisatrices se font assez rares et Akiko Ohku est l’un des ambassadrices, aux côtés de Naomie Kawase. Pourtant, si la deuxième est très connue à l’internationale, Akiko Ohku est plus discrète, alors même qu’elle commence à avoir une bien grande carrière derrière elle. Commençant en tant que comédienne de stand-up, elle commence à réaliser à la fin des années 90, et depuis ce premier film, elle a mis en scène pas moins de treize métrages, qui pour l’ensemble ne seront connus qu’au Japon finalement. « Tempura » est le premier film à trouver le chemin de nos salles de cinéma.

Doté d’une bonne distribution, étant tombé sur sa bande-annonce un peu par hasard, laissant présager un film plein de fantaisie, et enfin intrigué par sa jolie affiche, je me suis laissé tenter par « Tempura« , et je dois dire que j’en ressors un peu partagé. Partagé entre un film qui a son petit charme et sa petite folie, mais derrière ça, deux heures et quart pour raconter cette histoire-là, dans sa dernière partie, « Tempura » commence à se faire longuet et l’on se demande où la cinéaste veut nous emmener avec cette histoire. Il en résultera un sentiment de demi-teinte à la sortie de la salle, et c’est dommage.

Mitsuko, la trentaine, vit dans son petit monde et elle s’y sent plutôt bien. En dehors du travail, Mitsuko aime cuisiner, et d’ailleurs, la jeune femme cuisine si bien qu’un de ses collègues vient régulièrement chez elle pour avoir une part de ses plats. Ce collègue, c’est Tada, un jeune homme de deux ans plus âgé qu’elle, et il se trouve que Mitsuko l’aime bien, peut-être même un peu plus que bien. Mitsuko aimerait l’inviter à dîner, mais elle ne sait pas vraiment comment faire, tant en célibataire, elle a égaré les codes de notre monde. Heureusement, elle peut compter sur A…

« Tempura« , le nouveau film de Akiko Ohku, est un film hybride, qui tient en son sein une folie douce, qui se fait amusante et rafraîchissante d’un côté et de l’autre, malgré la petite brise de fraîcheur, cette dernière finit par s’essouffler et l’on finit par se demander où est-ce que cette petite histoire va aller, et derrière ça, comment elle va se conclure.

« Tempura« , c’est un mélange entre une comédie pleine de fantaisie, une romance avec ce qu’il faut de retenue et de non-dits à la japonaise, un voyage culturel au sein d’un pays à l’opposé du notre, et enfin un parcours initiatique, pour un personnage solitaire qui va apprendre petit à petit à sortir de sa bulle. L’alliance de tout cela, et plus encore, car le film réserve quelques surprises que la bande-annonce a su parfaitement cacher, fait qu’on se retrouve devant un film qu’on a résolument envie d’aimer, pour tout ce qu’il propose et offre, pour sa liberté de ton, et sa fantaisie générale. Et pourtant, malgré ça, « Tempura » demeure très particulier et finalement, à force de conjugaison des genres et des styles, il finit par nous laisser quelque peu sur le bas-côté.

Akiko Ohku ne nous abandonnera pas complétement non-plus, injectant toujours de petits éléments au sein de son récit qui se font touchants, et au-delà de ça, qu’on avait envie de voir arriver, mais il n’empêche que sur l’ensemble, et plus précisément dans ses dernières quarante minutes, « Tempura » et les aventures improbables de Mitsuko se font longues, très longues, si bien qu’une fois le générique final arrivé, on se dit que pour raconter cette histoire, « Tempura » a pris trop de temps et de détours. Cette intrigue aurait mérité d’être plus resserrée, et elle pourrait couper plusieurs de ces séquences, sans pour autant que ça en change son histoire.

S’ajoute à cela une petite déception, car loin de ce que son titre laisse présager, « Tempura » aborde très peu la cuisine japonaise, et c’est bien dommage, car le peu de fois où le film s’y aventure, il en parle très bien.

Du côté de sa mise en scène, « Tempura » est un film qui tient une belle ambiance et qui déborde d’idées qui offrent un joli cachet à l’ensemble. Très joliment filmé, Akiko Ohku nous offre de très belles séquences de cinéma, où folie douce, amertume, comédie, drame et romance se mélangent plutôt bien, et même si le film est trop long et traîne de la patte, beaucoup de ce que la réalisatrice met en scène est intéressant, et ça, quand bien même, comme je le disais plus haut, « Tempura » pourrait facilement se séparer de plusieurs séquences.

Enfin, entre les sourires et l’ennui qui se combinent, on se laissera attendrir par son actrice principale qui tient bien son personnage. Joliment perchée, plus complexe et sombre qu’elle en a l’air, Non (c’est le nom de l’actrice) est une très belle découverte et malgré les défauts que le film peut avoir, on a tendance à bien se sentir en sa compagnie, puis derrière ça, on est touché par ce personnage. Tout comme par ailleurs, on est touché par Kento Hayashi, qui incarne le prétendant de Mitsuko.

Ainsi, cette petite fantaisie n’aura fonctionné qu’à moitié sur moi, me laissant partagé entre le cachet et le charme du film, ces personnages attachants, au travers desquels la réalisatrice aborde les codes de la société japonaise, ou encore la place de la femme dans celle-ci, mais voilà, derrière ça, « Tempura » est un film qui est aussi très long pour ce qu’il raconte et ces longueurs se font de plus en plus imposantes au fur et mesure que cette histoire se dévoile, et ça, ça gâche un peu la fête. Dommage.

Note : 11/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.