août 10, 2022

As Bestas – Dans le Chaleur Hispanique

De : Rodrigo Sorogoyen

Avec Denis Ménochet, Marina Foïs, Luis Zahera, Diego Anido

Année : 2022

Pays : Espagne, France

Genre : Thriller

Résumé :

Antoine et Olga, un couple de Français, sont installés depuis longtemps dans un petit village de Galice. Ils ont une ferme et restaurent des maisons abandonnées pour faciliter le repeuplement. Tout devrait être idyllique mais un grave conflit avec leurs voisins fait monter la tension jusqu’à l’irréparable…

Avis :

Réalisateur espagnol, Rodrigo Sorogoyen a débarqué dans nos salles de cinéma en 2017 avec « Que dios nos perdonne« , et après cette première bombe, le cinéaste n’a fait que grandir, s’imposant comme l’un des plus grands réalisateurs de sa génération. S’aventurant là où on ne l’attend pas, Rodrigo Sorogoyen nous a offert pas la suite un thriller politique sous pression avec « El Reino« , puis un drame déchirant avec « Madre« . En attendant que l’on puisse voir son premier film « Stockholm » et sa série « Antidisturbios« , voici que le metteur en scène foule pour la première fois les marches du plus grand festival de cinéma du monde, pour y présenter son cinquième film, « As Bestas« .

C’est dans les montagnes de Galice que Rodrigo Sorogoyen a posé sa caméra pour nous offrir un nouveau drame, dont lui seul finit par en avoir le secret. En compagnie de Marina Foïs et Denis Ménochet, le réalisateur espagnol va se lancer dans une guerre des voisins dont il va en résulter un drame puissant, parcouru d’une tension permanente, qui donne la sensation terrible et terrifiante que « As Bestas » peut imploser à n’importe quel moment. Ainsi, le film ne va cesser de nous bousculer et derrière ça, nous hanter car on rentre chez nous avec bien des scènes en tête. Bref, comme on dit vulgairement, ce film est un choc !

Antoine et Olga, deux Français, ont tout quitté pour s’installer dans un petit village de Galice, perdu au milieu de nulle part. Le couple vit de son agriculture, qu’ils revendent sur des marchés. Dans la région, tout le monde connaît ce couple de Français et cette installation aurait pu être parfaite, si seulement il n’avait pas de problèmes avec leurs voisins, deux frères et leur mère, qui sont eux aussi agriculteurs. Les deux frangins voient d’un très mauvais œil arriver ces étrangers à côté de chez eux. Une tension qui va peu à peu se transformer en haine, lorsque le couple s’oppose à un projet d’implantation d’éoliennes près du village.

Puissant, c’est bien le mot qui me vient en tête à la sortie du nouveau film de Rodrigo Sorogoyen. Le metteur en scène espagnol revient dans les salles obscures pour nous raconter une guerre de voisinage, qui va bien plus loin qu’une mésentente entre voisins.

Après de grands films comme « El Reino » ou « Madre« , le réalisateur bouscule les histoires de voisins qui ne peuvent pas se voir pour nous entraîner sans concession dans un thriller politico-social, où tout va imploser de l’intérieur. Tenu par un scénario en béton armé, Rodrigo Sorogoyen nous raconte la lente et longue descente en enfer pour un couple de Français qui avait des rêves plein la tête, mais que deux frangins ont bien décidé à ne pas tolérer leur présence dans leur paysage.

« As Bestas » est un film qui va prendre son temps pour dessiner la pente qui va peu à peu se faire de plus en plus raide pour le couple, victime au départ de petites provocations, de moqueries, pour finalement aller de plus en plus loin, avec menaces, pressions et on imagine bien, un drame à venir. Un drame qu’on se refuse, un peu comme ce couple, mais finalement, plus « As Bestas » se déroule, plus l’on se sent comme piégé, avec aucune possibilité de s’en sortir. Rodrigo Sorogoyen met son intrigue dans un étau, et petit à petit, le cinéaste ne fait que resserrer de plus en plus et malgré les possibilités de discussions, malgré les explications, malgré les prises sur soi, rien n’y fera, et nous, public, on se trouve être les témoins impuissants, bousculés et tendus de ce drame qui se joue sous le regard de tous.

De plus, au travers de cette confrontation et de cette haine, le réalisateur en profite pour aborder de nombreux thèmes, le choc des cultures, le racisme ordinaire, l’image qu’on renvoie, les clichés aussi bien du côté des Français que des Espagnols, la culture et le manque de culture, l’écologie et d’ailleurs beaucoup de ces sujets vont se mélanger lors d’une incroyable scène autour d’un verre dans un bar, pour essayer de trouver une solution et surtout d’éviter un drame possible.

« As Bestas« , un peu comme tous les films de son réalisateur, est une œuvre qui nous submerge, et pour arriver à ce sentiment et cette « emprise », il faut encore une fois compter sur l’incroyable mise en scène de Rodrigo Sorogoyen. Une mise en scène parfaite de bout en bout, peuplée de grandes, très grandes, scènes (qui vont être souvent en plans-séquence, j’y reviens, mais la scène du bar est affolante, tout comme une dispute entre une mère et sa fille) qu’on va emporter avec nous à la sortie de cette séance de cinéma. On peut même dire que le film grandit encore après la séance, tant le réalisateur nous bouscule. « As Bestas » est un film qui est sous tension permanente. Une tension qui est, au départ, latente, une tension qui pourrait presque être comme un accordéon, tant Rodrigo Sorogoyen assure des rebondissements terribles et terrifiants.

Puis derrière cette tension, « As Bestas » est un film qui se fait tout en émotion, et cette histoire, habillée de cette mise en scène, nous fait passer par une sacrée palette d’émotions. Une palette où se bouscule, crainte, angoisse, confiance, colère, joie, dégoût, tristesse, et au bout du chemin un sacré bouleversement.

Enfin, « As Bestas« , c’est aussi un casting bluffant et inattendu. Un casting qui nous offre une très grande Marina Foïs et un imposant Denis Ménochet. Et pour les bousculer, on va prendre plaisir, voire un malsain plaisir, à découvrir Luis Zahera et Diego Anido, en frangins sournois, peu cultivés, et surtout débordant de haine.

Intense, implacable, étouffant, révoltant, très émouvant, « As Bestas » est un grand film puissant, qui va s’installer durablement en nous, tant le réalisateur nous emmène de scène puissante en scènes puissante. Après cette énième réussite, qu’on a déjà hâte de revoir au plus vite, on peut se demander jusqu’où ira le cinéma de Rodrigo Sorogoyen !

Note : 20/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.