août 10, 2022

Top Gun: Maverick – La Suite Nécessaire?

De : Joseph Kosinski

Avec Tom Cruise, Miles Teller, Jennifer Connelly, Jon Hamm

Année : 2022

Pays : Etats-Unis

Genre : Action

Résumé :

Après avoir été l’un des meilleurs pilotes de chasse de la Marine américaine pendant plus de trente ans, Pete “Maverick » Mitchell continue à repousser ses limites en tant que pilote d’essai. Il refuse de monter en grade, car cela l’obligerait à renoncer à voler. Il est chargé de former un détachement de jeunes diplômés de l’école Top Gun pour une mission spéciale qu’aucun pilote n’aurait jamais imaginée. Lors de cette mission, Maverick rencontre le lieutenant Bradley “Rooster” Bradshaw, le fils de son défunt ami, le navigateur Nick “Goose” Bradshaw. Face à un avenir incertain, hanté par ses fantômes, Maverick va devoir affronter ses pires cauchemars au cours d’une mission qui exigera les plus grands des sacrifices.

Avis :

Dans la « catégorie » des nouveaux réalisateurs de blockbusters, en douze ans, Joseph Kosinski s’est fait une jolie place. Natif de l’Iowa, Joseph Kosinski emménage en 2005 à Los Angeles où il commence tout d’abord à griffonner une histoire. Une histoire qui sortira en comics deux ans plus tard sous le titre de « Oblivion« . Dès lors, ça va aller très vite pour le jeune auteur, qui dès 2010, se voit aux commandes d’un énorme film pour son premier long, puisque c’est lui qui s’occupera de faire « revivre » « Tron« . Après un nouveau passage par la SF avec l’adaptation de son propre comics, Joseph Kosinski s’aventure sur d’autres sentiers en 2017 avec « Line on fire« , film qui s’intéresse aux pompiers, et plus particulièrement à un événement survenu en 2013.

Pour son quatrième film, en 2018, Joseph Kosinski s’attaque à du lourd, puisqu’il est choisi pour donner une suite à « Top Gun« , plus de trente ans après le film de Tony Scott. Sortie initialement prévue à l’été 2020, « Top Gun : Maverick » a connu moult déplacements dans le calendrier au point que c’en est devenu un running gag. Et finalement, ça y est, il est enfin sorti dans les salles et on peut dire que Joseph Kosinski et Tom Cruise ont fait du très beau travail, livrant un film vertigineux, qui offre un spectacle de tous les instants. Prévisible d’un côté, ne réinventant rien dans son scénario, même si ce dernier tient plutôt bien la route, « Top Gun : Maverick » offre pile ce qu’on est venu chercher, et ça fait du bien.

Pete Mitchell est l’un des meilleurs pilotes de l’armée américaine, si ce n’est le meilleur. Alors qu’une mission des plus difficiles se prépare, les instructeurs de « Top Gun » viennent le chercher presque malgré eux pour former une bande de jeunes pilotes. La mission est à haut risque et pour la réussir, il va falloir aux pilotes dépasser leur limite et c’est bien ce que Maverick compte leur enseigner malgré les réticences de sa hiérarchie.

Oh bah en voilà une bonne surprise ! En fait, je dirais même plus, en voilà un bien bon kiff que cette suite de « Top Gun« . À l’heure où Hollywood a décidé de ressortir tous ses vieux winners de son écurie, faire une suite à « Top Gun« , on peut très facilement se poser la question du pourquoi, tant le film de Tony Scott se suffisait à lui-même et n’appelait aucune suite. Mais Paramount, Tom Cruise et Joseph Kosinski viennent de la faire, et franchement, ça claque purement et simplement.

Pour faire une suite à « Top Gun« , il fallait lui trouver un angle d’attaque, et celui que tous ces braves gens ont trouvé pour « … : Maverick » est pas mal du tout. Certes, il n’a rien d’incroyable, et même dans un sens, il est un peu convenu et prévisible, mais derrière ces petites critiques, force est de constater que ça fonctionne bien et qu’on se laisse très facilement avoir avec cette histoire de vieux fou qui devient instructeur.

Écrit par un proche de Tom Cruise, co-écrit par Christopher McQuarrie (réalisateur des derniers « Mission Impossible » et « Jack Reacher« ), « Top Gun : Maverick » est un savoureux mélange entre une suite directe, qui pose de bons enjeux pour le personnage de Maverick, remake du premier film, car en changeant les places, ce film-ci tient la même ligne directrice que le film de 1986, c’est-à-dire qu’on a à faire à un instructeur qui va former de jeunes pilotes, pour aller vers une mission finale. On ajoutera à cela de bons hommages et autres clins d’œil savoureusement dissimulés sur les deux heures vingt de film (qu’on ne voit absolument pas passer par d’ailleurs), et enfin, une fibre nostalgique, qui est très joliment secouée, et même si c’est un peu facile, on adore ça.

Après, tout n’est pas non plus au top, le film manque par exemple de prises de risques, et au-delà de ça, pour réussir leur mission, ils se compliquent quand même sacrément la trame pour créer de l’action au sein du scénario, mais comme c’est bien fait et surtout que le film nous attrape totalement, finalement, on lui pardonne un peu tout (même sa plus grosse incohérence (L’attaque d’une base…)).

Si le film fonctionne si bien, c’est que ce scénario simple et efficace, est surtout conjugué avec la mise en scène vertigineuse de Joseph Kosinski qui nous enferme dans le cockpit avec ses pilotes. « Top Gun : Maverick » est tout simplement vertigineux et ça, il le fait presque dès son ouverture, où le personnage tutoie presque les étoiles, ce qui annonce la couleur pour la suite et le réalisateur va se tenir à cette promesse. Avec ce film, et la vision qu’il en a, Joseph Kosinski nous offre du très grand spectacle et des images assez inédites, qui tout en collant à ce que Tony Scott avait commencé en 1986, le metteur en scène repousse les limites et c’est impressionnant. On ajoutera à cela des clichés typiquement « Top Gunien » avec lesquels il s’amuse, comme les couchers de soleil, les musiques qui font vibrer la corde nostalgique et les souvenirs, les virées à moto sans casque, et même une partie de foot américain sur la plage pour créer une équipe… Bref, ce film est cool, très, très cool.

Puis enfin, et bien sûr, il y a le casting, mené par un Tom Cruise vieillissant et toujours au top du top de sa forme (et même de sa beauté). Le jeune et impétueux Maverick de 86 est devenu un « vieux » pilote, qui devient un impétueux instructeur aux méthodes bien différentes des autres. Pour le plaisir, le film nous offre de magnifiques et touchantes retrouvailles avec Val Kilmer, je peux même dire que c’est sûrement l’une des plus belles scènes qu’on aura cette année. Puis il y a la relève qui est assurée par tout un tas de jeunes loups qui en veulent. On retiendra et citera très volontiers Miles Tellers, Lewis Pullman, Glen Powell ou encore Monica Barbaro. À noter Jennifer Connelly, Jon Hamm et Ed Harris.

« Top Gun : Maverick » ne raconte donc rien d’extraordinaire, mais il reste d’une redoutable efficacité. Film à très grand spectacle, vertigineux et époustouflant, tant Joseph Kosinski nous a enfermé dans le cockpit avec ses pilotes, cette suite du film de Tony Scott, en plus d’emprunter à la perfection les mêmes rails, se pose comme un grand divertissement, et un pur plaisir de voir un film comme celui-là au cinéma. Bref, j’en reprendrais bien même un deuxième visionnage !

Note : 16,5/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.