septembre 27, 2022

The Shanghai Job

Titre Original : S.M.A.R.T. Chase

De : Charles Martin

Avec Orlando Bloom, Simon Yam, Lynn Hung, Yu Xing

Année : 2017

Pays : Chine

Genre : Action

Résumé :

Un agent de la sécurité traversant une mauvaise passe est embusqué alors qu’il escorte l’expatriation d’une précieuse relique de Shangai.

Avis :

Il y a des carrières qui rendent un peu triste. Si l’on connait les dérives DTV de Steven Seagal dans les pays asiatiques, de Bruce Willis dans des nanars américains ou encore de Nicolas Cage dans des trucs improbables venus d’Europe de l’Est, il faut rajouter un nom à cette longue liste, Orlando Bloom. En effet, l’acteur culte qui prête ses traits à Legolas dans Le Seigneur des Anneaux semble avoir du mal à rebondir et à participer à des projets intéressants. Malgré sa présence dans le très sympathique Zulu, le comédien ne va pas jouer dans de grands films, et il va prendre ses distances avec Hollywood. Pour se retrouver en Chine dans un long-métrage d’action, The Shanghai Job (ou S.M.A.R.T. Chase en version originale) où il va devoir transporter un vase inestimable. Mais qu’en est-il de la qualité intrinsèque du film ?

On ne va pas se mentir, ce n’est pas très bon. Cependant, on est bien loin des tartufferies de Seagal, ou encore du cabotinage d’un Nicolas Cage qui n’en a plus rien à foutre. Ici, on va suivre une équipe spécialisée dans le transport d’œuvre d’art. Malheureusement, cette équipe, portée par Danny Stratton (Orlando Bloom), se fait voler un Van Gogh et a du mal à retrouver des contrats. Pour autant, on fait appel à eux pour un vase inestimable, car ce sont les seuls sur le marché. Manque de bol, le groupe se fait attaquer par les mêmes voleurs du tableau, et loin d’abandonner la manche, Stratton décide de faire d’une pierre deux coups, protéger le vase et récupérer le tableau volé il y a un an. Avec un tel pitch, on est en droit de s’attendre à de l’action, des courses-poursuites et quelques bagarres.

Et concrètement, c’est ce que l’on va avoir. Il n’y a pas vraiment de mensonge sur la marchandise. Dès le départ, on nous met face à un vol spectaculaire, avec une grosse explosion, puis on nous expose les personnages, qui vont vite devoir protéger ce fameux vase. Il y a de l’action, avec de nombreux affrontements, il y a aussi des courses-poursuites, et on ne peut pas dire que l’on s’ennuie vraiment face à ce long-métrage. Le problème vient de la mise en scène qui, comme souvent dans ce genre de production, est laissée à un réalisateur de série qui ne sait pas se débrouiller avec les phases d’action. Les combats sont découpés à la truelle, ça bouge dans tous les sens, et bien souvent, si l’on excepte une paire de moments, on ne voit pas grand-chose. C’est dommage, car on sent qu’il y avait du potentiel dans le casting.

Car si Orlando Bloom, tout blond peroxydé, a l’air de s’en battre les noisettes de ce film, ce n’est pas forcément le cas des autres acteurs chinois. Simon Yam joue un bon acolyte, mélangeant humour et gros combats avec une belle souplesse. Hannah Quinlivan est tout en charme dans le rôle d’une fille badass qui veut botter des culs. Quant à Lei Wu, il est parfait en petit geek qui conduit des drones. Néanmoins, on regrettera des méchants trop caricaturaux pour pleinement convaincre. La nana qui fait du trafic d’œuvres d’art est aux fraises complet, surjouant constamment. Elle se prend pour une méchante dans un James Bond, mais en version low cost. Quant aux autres « méchants », ils sont tout sauf charismatique. Il ne suffit de mettre une balafre sur la tronche d’un type pour le rendre intéressant.

Là où le film se plante aussi, c’est dans son scénario. En premier lieu, l’histoire est de base très simple, c’est pourquoi les scénaristes ont cru bon de la complexifier en mettant des relations étranges en les personnages et les méchants. Cela ne sert à rien, si ce n’est à nous perdre dans un labyrinthe inutile et pénible. En second lieu, les personnages sont bien trop stéréotypés pour ressentir de l’empathie. L’histoire d’amour contrariée d’Orlando Bloom est surfaite, et ses acolytes n’ont que des rôles fonctions. Pire, à un moment du film, le groupe implique la copine du geek, mais on ne sait pas pour quelle raison, puisqu’elle ne sert strictement à rien, si ce n’est à conduire un scooter rose. Dès lors, difficile de donner du crédit à cette histoire, ou à craindre pour des personnages dont on n’a que faire.

Enfin, difficile de passer outre les problèmes de tonalité. Le film démarre de façon très sérieuse, avant de basculer dans une sorte de gaudriole qui n’est pas très drôle. On y voit un Orlando Bloom qui fait des magouilles avec le cousin de son ex-femme, et certains passages sont loin de faire l’unanimité. On aurait pu croire, tout de même, à une comédie d’action, une sorte de buddy movie chinois, mais il n’en sera rien. Le film basculera dans des moments potaches aux pires moments, n’arrivant jamais à trouver le juste équilibre pour faire rire dans des passages opportuns. C’est là que l’on voit que l’on est vraiment dans un DTV un peu fauché, avec des scories qui reviennent à chaque fois. Et que dire de cette voix off qui explique la morale du bousin, où il faut profiter de ses proches…

Au final, The Shanghai Job est un film qui est relativement mauvais, mais qui possède tout de même une minuscule aura qui le fait passer au-dessus des autres navets que l’on se bouffe tous les mois. Si Orlando Bloom s’en branle copieusement, on reste dans un film honnête qui ne ment pas sur sa marchandise. On a du combat, de l’action, et c’est parfois intéressant d’un point de vue visuel. Il est dommage que le scénario ne suive jamais, se prenant les pieds dans le tapis pour rendre complexe un truc qui n’en avait pas besoin. Bref, même si ça reste bas du front et franchement nul, on est un cran au-dessus de bien des productions étrangères dédiées au marché du DVD ou de la VOD.

Note : 07/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.